Archives du blog

lois mémorielles : on en remet une couche

Il serait grand temps d’arrêter de jouer avec la boite de Pandore !
Et il vaut le faire pour de bonnes raisons avant d’avoir à le faire pour de mauvaises… Je m’explique.

L’Assemblée Nationale viens d’adopter une proposition de loi visant à pénaliser la négation des génocides reconnus comme tel par le code pénal. C’est bien sûr le génocide arménien de 1915 dans l’Empire Ottoman qui est au coeur de cette proposition – la Turquie ne s’y est pas trompée – car elle vient à la suite de propositions similaires plus ciblées : celle de 2006 visant à pénaliser la négation de l’existence du génocide arménien, proposition votée à l’AN mais retoquée au Sénat, et celle de 2010 déposée puis refusée au Sénat.
Ces propositions déposées par des membres du PS avaient été refusées par un Sénat de droite, mais maintenant que la gauche y est majoritaire, d’aucuns se sont sans doute dits que cela pouvait peut-être enfin passer, tandis que d’autres font mine de s’y opposer alors qu’ils ont voté la loi de 2001 sur la reconnaissance du génocide arménien… Passons. Lire la suite

la Turquie, l’OTAN et l’UE

Finalement la Turquie n’a pas exercé son veto contre le danois Rasmussen, qui a été nommé au poste de secrétaire général de l’OTAN, et a obtenu en échange des « garanties » (?) dont le poste de secrétaire général adjoint et le poste de représentant de l’OTAN en Afghanistan. Coté occidental on présente cela comme une défaite de la Turquie :

« La Turquie a perdu », analyse un diplomate de l’OTAN : « Erdogan a dû accepter Rasmussen en échange de colifichets. Surtout, il a montré son vrai visage : Rasmussen n’avait ni le pouvoir légal d’empêcher la parution des caricatures, ni d’interdire la télévision kurde. Cela va refroidir l’ardeur des défenseurs de l’adhésion de ce pays à l’Union ».(source : blog de J.Quatremer)

Coté turc on le présente comme une victoire en insistant sur ce que la Turquie a obtenu et sur le soutien d’Obama : Lire la suite

la dérive de la Turquie

Le conflit de valeurs, religion-blasphème contre liberté d’expression-laïcité, s’invite au sommet de l’OTAN. En effet la Turquie menace d’exercer son veto à la candidature du danois Rasmussen au poste de secrétaire général, car il est coupable à ses yeux de ne pas avoir condamné en 2005 la publication des caricatures de Mahomet, série de dessins qui avait provoqué alors une véritable hystérie dans le monde musulman, comme le rappelle Jean Quatremer :

« [ceci] à l’époque était courageux vu le climat d’hystérie. On pensait l’affaire enterrée, mais le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a signifié ce week-end que la nomination du Danois serait mal perçue par les musulmans. […] C’est en tout cas la première fois que la religion fait ainsi irruption au sein de l’organisation atlantique. Si la menace de veto se concrétise, il y a de quoi s’inquiéter. Mais la Turquie devrait réfléchir à deux fois avant d’agir, car elle donnerait des armes à ceux qui s’opposent à son adhésion à l’Union en montrant que, pour elle, la laïcité et la liberté d’expression sont devenues de vains mots. »

Lire la suite

laïcité : le combat continue

La cour européenne des droits de l’Homme vient de débouter deux musulmanes qui contestaient, au nom de la liberté religieuse, les décisions de la justice française (au sujet de leur exclusion définitive d’un collège en 1999 pour port du foulard islamique). Par cet arrêt rendu à l’unanimité, la CEDH confirme la conception française de la laïcité en plaçant ce principe au dessus de la liberté religieuse qui doit s’y conformer, notamment à l’école : Lire la suite

tout sur le Kadhafi

On a presque tout dit sur la visite de Kadhafi en France : ses débordements, ses excentricités, ses contrats hypothétiques, sa longueur et son lustre excessifs au regard de la nature du personnage. Mais justement, qui est donc ce monsieur aux costumes bariolés et à la coiffure ridicule ? Lire la suite

c’est quoi un islamiste modéré ?

Jour d’élections législatives au Maroc. A propos du PJD (Parti de la Justice et du Développement), que ce soit dans les journaux télévisés ou dans la presse écrite, on parle d’« islamistes modérés » (idem en Turquie d’ailleurs) !! Mais c’est quoi un islamiste modéré ? Parle-t-on de fondamentalistes modérés, d’intégristes modérés, de révolutionnaires modérés, de fascistes modérés ?
On est a deux doigts de l’oxymore… A moins qu’un islamiste modéré soit un islamiste dont on parle avec modération…
Sur le même sujet : excellente émission d’Arte sur les musulmans qui disent non à l’islamisme (et qui vivent sous la menace constante des intégristes) et une tribune d’un intellectuel pakistanais dans Libération, Le silence au coeur de l’islam.

génocide arménien : l’erreur historique

« Erreur historique » est le terme utilisé par les représentants de la Turquie pour qualifier l’adoption par l’assemblée nationale de la proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien de 1915, déjà reconnu par une loi de 2001. Sans adhérer aux arguments de la Turquie je considère que c’est une erreur, d’abord parce que la loi n’a pas à faire l’histoire (comme déjà évoqué précédemment), ensuite parce que ce génocide n’a rien à voir avec la France (ce qui n’est pas le cas du génocide juif auquel la France a participé via le régime de Vichy). Ceci constitue le point faible de cette loi et les députés turcs ne s’y sont pas trompés qui envisagent de reconnaître un « génocide » commis par la France en Algérie… La France n’a pas à légiférer sur l’histoire des autres : devrait-elle reconnaître le génocide cambodgien au motif qu’il y a des français d’origine cambodgienne ? Par contre il est tout à fait légitime que l’Union Européenne exige que la Turquie reconnaisse (sincèrement…) ce génocide pour adhérer au club européen.

où l’on reparle de l’Europe

Invité à l’université d’été du MEDEF, le président de la Commission européenne, M. Barroso a affirmé que l’élargissement « est un puissant outil politique pour renforcer l’unité de l’Europe dans la diversité » – belle formule creuse – et que « dire non à la Turquie aurait un coût énorme »… Ah bon ! Lequel ?
Le Monde ne donne pas d’autres précisions, mais signale que Mme Colonna, la ministre française déléguée aux affaires européennes (pour ne pas dire LA ministre…) est beaucoup plus réservée sur le sujet :  « L’élargissement modifie en profondeur la nature même du projet européen, alors que l’on affecte de croire que l’on poursuit la même construction européenne en étant simplement plus nombreux ».
Elle a aussi critiqué le fonctionnement de l’UE : « la survie du projet européen passe par une réelle mutation », « l’Union devra faire des choix », « Il n’est sans doute pas indispensable de définir la taille des palourdes dans le bassin d’Arcachon, mais il est plus utile de prendre ses responsabilités au Liban ». (Le Figaro, 29-08-06)
S’occuper de détails quand on n’arrive pas à s’occuper de l’essentiel, comme la surveillance des frontières, est en effet un signe de disfonctionnement. De plus l’entrée d’un pays non européen dans l’Union modifiera profondément le sens de l’Union. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :