Archives du blog

« Islamophobie » : racisme imaginaire ou réel ?

Émission de CPolémique (France 5) du 19 février 2017, avec Pascal Bruckner et Nadia Redmana de la Brigades des mères : à voir ou à revoir car elle pose bien la problématique dans tous ses aspects idéologiques et concrets.

ci té homo kite ta téci

Alors que l’annulation d’un match de foot entre une équipe homophile – le Paris Foot Gay – et une équipe de musulmans – le Créteil Bébel – a défrayé la chronique dans les journaux et dans les blogs, il se trouve qu’un ancien entraîneur du Paris Foot Gay, musulman d’origine marocaine ayant grandi dans les cités de banlieue, vient de publier un livre témoignage Un homo dans la cité.
Quelques éléments de l’histoire citée dans 20 minutes sont révélateurs. Lire la suite

revue de blogs

revue de blogsPendant que le gouvernement réfléchit au moyen de ponctionner les classes moyennes faute de pouvoir – ou de vouloir – agir sur les détenteurs du pouvoir économique, pendant que les affaires reprennent au mépris des victimes de la crise, pendant qu’une certaine presse s’amuse ou lénifie, pendant que certains poussent le bouchon un peu plus loin, une citoyenne crie sa colère et un autocollant sème le trouble, en banlieue…
Lire la suite

histoire dans le 93

Lu chez le privilégié, un passage qui en dit long sur l’univers mental de certains jeunes du 93. Une sorte de lecture du monde en creux [c’est moi qui rehausse en gras] :

« Lorsqu’ arrive les quelques minutes que nous consacrons en terminale générale à l’islamisme, il y a un argument que les élèves tangents sur cette question nous ressortent régulièrement : « oui, mais, Monsieur, il y a des élections en Iran. »
De nombreux élèves s’accrochent à ces élections pour croire que l’islamisme n’est pas une idéologie totalitaire.
[…] J’espère que nos jeunes, ici, tentés par l’islamisme, comprendront qu’ils soutiennent, de fait, une idéologie qui ne peut leur apporter la liberté et la démocratie. On peut prôner une idéologie totalitaire en démocratie, mais qu’on en soit au moins conscient. »

Lire la suite

la journée de la jupe en exploitation limitée

film : la journée de la jupeCe film serait privé de banlieue affirme Marianne 2 !
En fait c’est pas tout à fait ça. Quand on va à la source de cette information, le Bondy Blog – qui, ceci dit en passant, raconte la fin du film, pas très sympa – on comprend simplement que ce film est difficile à trouver en banlieue. Et pour cause : il n’est distribué que par les cinémas indépendants, les grands circuits Pathé, Gaumont, UGC ayant refusé de le distribuer. Ce n’est donc pas seulement la banlieue qui ne verra pas ce film mais tous les lieux qui n’ont pas de cinémas indépendants, c’est à dire, en gros, toute la France en dehors des grandes villes.  Une petite recherche sur le site de Télérama en utilisant les codes postaux est assez instructive à ce sujet…
Lire la suite

journée de la jupe

film : la journée de la jupeLe film La journée  de la jupe comme Entre les murs se passe dans un collège difficile de la région parisienne. Même milieu, mêmes élèves « issus de l’immigration », mêmes problèmes. La comparaison s’arrête là.

Entre les murs se positionnait comme un pseudo documentaire qui à partir de scènes proches du « vécu » essayait de faire passer le désordre, le copinage et la démagogie pour une méthode d’enseignement.
La journée de la jupe est une fiction pure qui à partir d’une histoire improbable et violente (une prof de français s’empare du révolver d’un élève et glisse vers la prise d’otages) dénonce les tabous des « cités » et les renoncements du système éducatif (le principal qui ne soutient pas ses profs, le prof qui « s’adapte » et cite le Coran…). Lire la suite

cover revival

Martine est morte mais la source n’est pas tarie !
Et c’est le tour des Pieds Nickelés maintenant…

géographie des émeutes

Plusieurs mois après les émeutes de novembre 2005, les premières études sortent dont l’ouvrage Emeutes urbaines et protestations, dirigé par Hugues Lagrange, sociologue au CNRS : 200 communes ont été étudiées, celles de plus de 25 000 habitants en Ile-de-France et celles de plus de 65 000 habitants ailleurs, pour essayer de comprendre pourquoi certaines avaient bougé et d’autres non. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :