Archives du blog

« Si vous aviez le choix entre l’immigration musulmane et la préservation des valeurs morales libérales, que choisiriez-vous ? »

A l’heure où à Cologne, le soir du 31 décembre, ont eu lieu des agressions massives de femmes par des foules masculines rappelant ce qui s’est passé en Egypte dans l’histoire récente, voici un article de Robert Skidelsky qui va au cœur de plusieurs sujets qui se croisent : islam, immigration, intégration, cultures, valeurs…  A partir de la situation britannique – mais cela est valable pour l’ensemble de l’Europe – Il a le mérite de poser les vrais questions, pour « éviter d’avancer les yeux fermés » et peut-être arrêter de tourner autour du pot…

L’appel de Donald Trump visant à interdire l’entrée des musulmans sur le territoire des États-Unis a provoqué l’échange suivant avec deux jeunes de mes amis : « Si vous aviez le choix entre l’immigration musulmane et la préservation des valeurs morales libérales, que choisiriez-vous ? » leur ai-je demandé. Ils ont tous les deux renié les prémisses de la question. Les immigrés eux-mêmes, ont-ils suggéré, peuvent avoir des codes moraux réactionnaires, mais leurs enfants, qui vont grandir en Grande-Bretagne, en Amérique ou en Europe continentale aujourd’hui, seront tout à fait différents. Mais est-ce bien vrai ?
Ma question ne portait pas en particulier sur le terrorisme islamiste (le fondement manifeste du coup d’éclat de M. Trump), mais sur la menace constituée par l’immigration musulmane à grande échelle à l’encontre du code de conduite morale que mes jeunes amis, comme la plupart des Européens instruits, acceptent à présent sans discussion. Terrorisme mis à part, ne s’inquiéteraient-ils pas si l’islam devait acquérir une influence croissante sur la loi et la politique britanniques ?

Ce n’est pas une pure hypothèse. La population musulmane en Europe était de 44,1 millions en 2010, soit 6 % du total. Il y avait 2,7 millions de musulmans au Royaume-Uni en 2011 (4,8 % de la population), contre 1,6 million en 2001. Étant donné les récentes tendances de l’immigration et surtout le taux de fertilité supérieur à la moyenne des musulmans (trois enfants par famille contre une moyenne britannique de 1,8), la part musulmane de la population britannique va nécessairement se développer dans les décennies à venir.

La plus grande partie de l’Europe suit la même trajectoire démographique. Lire la suite

une revue de presse pour Charlie

Articles récents

« Voilà de longues années qu’en tant que politologue, je prône la position suivante : ni amalgame, ni complaisance. J’ai toujours appelé à ne pas remplacer vigipirate par vigiarabe, et à ne pas confondre islam d’une part, islamisme radical d’autre part. En même temps, l’écœurante complaisance de certains doit cesser vis-à-vis de cette menace totalitaire qu’incarne ce dernier, dogme raciste, antisémite, liberticide et phallocrate au dernier degré. C’est toujours en affirmant unis et déterminés leurs valeurs que les démocrates l’emportent, et non en faisant preuve de lâcheté… »
Frédéric Encel, Que cesse la complaisance vis-à-vis de l’islamisme radical, Marianne, 8 janv. 2015 : http://www.marianne.net/Que-cesse-la-complaisance-vis-a-vis-de-l-islamisme-radical_a243695.html

Lire la suite

Combattre le foulardisme

Je reproduis ici l’excellent article de synthèse d’Alban Ketelbuters, doctorant au département de Lettres et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal.

Le verset 38 de la Sourate, Les femmes, proclame que « les hommes sont supérieurs aux femmes, parce que Dieu leur a donné la prééminence sur elles et qu’il les dote de leurs biens. Les femmes doivent être obéissantes et garder les secrets de leurs époux puisque le ciel les a confiées à leur garde. Les maris qui ont à souffrir de leur désobéissance peuvent les punir, les laisser seules dans leur lit et même les frapper. La soumission des femmes doit les mettre à l’abri des mauvais traitements. Dieu est grand et sublime. »

C’est au nom de ces principes autoritaires et sexistes que le voile est revendiqué par les musulmans les plus conservateurs. Le voile islamique constitue à lui seul une violence symbolique en ce qu’il est l’étendard de la domination masculine et de l’intégrisme religieux.

Les féministes qui se portent à la défense des femmes voilées rétorquent souvent qu’il y a des inégalités beaucoup plus graves entre les sexes, celles-ci de nature économique. Mais le principe d’égalité ne se divise pas, et cette hiérarchie rend le discours féministe incompréhensible. Le voile n’est-il pas l’autre « grande défaite historique du sexe féminin » dont parlait Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe, qui caractérise les femmes comme « l’inessentiel en face de l’essentiel » ? Elle écrivait, en 1949, ce que nul n’oserait proclamer de nos jours : « La Musulmane voilée et enfermée est encore aujourd’hui dans la plupart des couches de la société une sorte d’esclave ». Des propos qui, à notre époque, vaudrait à Simone de Beauvoir d’être traitée de lepéniste. Lire la suite

« je souhaiterais être un homme libre »

C’est le cri du coeur d’une yéménite qui décortique dans son blog le paradoxe du voile (1). Avec le ton de l’enfance et de la découverte, elle reparcourt les étapes de sa vie :  la séparation d’avec les garçons à la puberté, l’école, l’université et le discours du voile nécessaire contre la femme tentatrice, le regard appuyé et impudique des hommes de son pays…

Elle n’évoque jamais la domination masculine mais celle-ci se profile derrière chaque phrase, chaque question, dont le leitmotiv est « pourquoi ? »  Pourquoi les hommes ne seraient-ils pas des objets de tentation qui devraient eux aussi se voiler ? Lire la suite

« qu’il le porte lui ! »

Dans les années 50, en Egypte, le port du voile pour une femme était tellement incongru que le proposer au niveau politique faisait rire à gorge déployée. Comme une évidence. C’est à voir dans la vidéo ci-dessous, où Nasser raconte une négociation avec un représentant des Frères Musulmans. A un moment donné un membre de l’auditoire crie : « qu’il le porte lui ! » Les rires redoublent.
Lire la suite

liberté d’expression, c’est un marocain qui en parle le mieux

Dans le gloubli-goulba ambiant, il y a quand même des gens qui ont les idées claires et qui savent le dire simplement, contrairement à ceux qui noient le poisson, pratiquent la langue de bois, avancent masqués ou sont tout simplement perdus.
Jean Glavany par exemple, qui hier dans l’émission « Ça vous regarde » sur LCP disait à peu près ceci :
« les problèmes ce n’est pas Charlie-Hebdo qui les créent, voyons ! ». D’autant que le numéro du journal en question était un numéro habituel qui réagissait à l’actualité des manifestations contre le film anti-islam.

Il y a aussi un éditorialiste marocain dont l’article est paru dans Courrier International. Il y rappelle quelques éléments essentiels : Lire la suite

rions un peu avec des caricatures

Comme Melclalex le propose opportunément – « publions nous aussi des caricatures » – et comme il y a longtemps que je n’ai pas fait de revue de presse en images , voici ci-dessous quelques dessins qui me font rire ou sourire. Certains sur des sujets généraux, d’autres sur « l’affaire » qui déclenche une véritable hystérie.
On peut, comme Charb, se demander pourquoi d’ailleurs… Les caricatures de Charlie-Hebdo sur les intégristes cathos ne déclenchent pas une telle panique ni tant d’appels à « la responsabilité », à « ne pas jeter de l’huile sur le feu »… Ah bon ? Parce qu’il y a un feu ? Serait-ce que l’intégrisme musulman serait plus dangereux et plus menaçant que les autres ? Serait-ce que cet intégrisme progresserait en France ? Les bras m’en tombent… Lire la suite

laïcité : pas de quoi en faire tout un plat


Bon, ça y est, le débat sur l’islam, le débat sur la laïcité, la convention sur la laïcité organisée par l’UMP a eu lieu, après des semaines de polémiques et d’affolement général bien de chez nous.

Un soufflet politique du meilleur goût dont voici la recette. Prenez une réalité difficile à admettre dans un contexte de mutation économique, énergétique, environnementale, démographique… disons géopolitique, ajoutez quelques politiques dépassés et/ou lâches, laissez macérer pendant 20 ans environ. A l’occasion d’une crise grave, ajouter des gauchistes aguerris, un parti d’extrême-droite en pleine ascension, des politiques soucieux de leur réélection, bien mélanger. S’il vous reste un peu de sentiment de culpabilité occidentale et de passé mal digéré, saupoudrez et passez au four. Au bout de quelques jours de cuisson votre soufflet est prêt. Au bout de quelques semaines votre soufflet est sans doute trop haut. Retirez alors rapidement du four. Votre soufflet s’effondre et retrouve une taille habituelle. Vous pouvez le consommer avec ou sans modération. Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 990 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :