La leçon de Molenbeek 2 [revue de presse]

Molenbeek : communautarisme et clientélisme, ou quand les mêmes causes produisent les mêmes effets, en Belgique comme en France

« Pendant vingt ans, une sorte d’omerta a régné. Ceux qui tentaient de la briser étaient traités d’islamophobes ou de racistes. […] Bien avant que le think tank « Terra Nova », proche du Parti socialiste français, ne le théorise, Philippe Moureaux [le bourgmestre] avait compris que l’avenir du socialisme (bruxellois) passait par les immigrés qui allaient devenir, symboliquement, le nouveau prolétariat, remplaçant une classe ouvrière autochtone en rapide diminution.
[…] Au niveau fédéral, le vigilant sénateur Moureaux est aux premières loges pour simplifier la législation sur le regroupement familial et l’acquisition de la nationalité (qui devient quasi automatique), accorder le droit de vote aux étrangers et, à son initiative, la lutte contre le racisme est érigée en nouveau paradigme du discours politique.
[…] un modèle communautariste se met en place. Visites fréquentes dans les mosquées (qui appellent à bien voter lors des campagnes électorales), subventions d’associations musulmanes, mise à disposition des locaux de la commune pour des écoles coraniques, placement sur la liste PS de proches des mosquées, participation visible aux Fêtes de l’Aïd El Kébir ainsi qu’à des défilés anti-israéliens où l’on scande des slogans antisémites. »

Article complet : http://www.lalibre.be/debats/opinions/molenbeek-merci-philippe-56499f1d3570bccfaf1369ca#.

Hind Fraihi : «Les autorités ne voulaient pas croire ce qu’il se passait à Molenbeek»

« Quelle responsabilité ont l’Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït dans ce phénomène à Molenbeek ?
Ils y exercent une influence importante à travers l’idéologie extrémiste du wahhabisme qu’ils disséminent. J’ai eu sous les yeux des publications où il est clairement écrit qu’il faut tuer les mécréants et les juifs. Que les femmes doivent rester voilées et ne pas sortir de leur foyer. La loi islamique l’emporte sur la loi démocratique. On ne croit pas à la démocratie, la souveraineté politique est inférieure à celle d’Allah. C’est le contenu de toutes les lectures. Elles sont diffusées dans les mosquées légales ou clandestines, les librairies, les sièges d’associations de la commune. C’est un totalitarisme très visible dans la vie publique de Molenbeek.
Vous évoquez une possible révolution des femmes… Dans quel sens ira-t-elle ?
On aura le meilleur et le pire. Les femmes s’engagent dans la société. Elles veulent réussir dans la vie intellectuelle et cela se traduira par des signes positifs – des femmes insérées professionnellement avec des postes et des salaires corrects –, mais aussi des signes négatifs, puisque il y a de plus en plus de femmes radicalisées. A ce rythme, il y aura bientôt des femmes kamikazes, mais aussi d’autres qui détiendront des rôles plus importants dans les réseaux djihadistes. Si les femmes prennent cette double trajectoire contradictoire, on va au-devant de sérieux problèmes. Les femmes éduquent leurs enfants avec cet esprit de radicalisation. La femme pourrait alors devenir la première école du djihadisme. »

Article complet : http://www.letemps.ch/monde/2016/03/30/hind-fraihi-autorites-ne-voulaient-croire-qu-se-passait-molenbeek?utm_source=twitter&utm_medium=share&utm_campaign=article

La gauche se trompe dans le débat sur l’islam : tous les pays où vivent des musulmans souffrent de radicalisme

« Âgé de 30 ans, le philosophe gantois Maarten Boudry participe depuis assez longtemps au débat sur l’islam. « Je me qualifie toujours de gauche » dit-il. « Mais je trouve que les voix de gauche se trompent souvent dans ce débat. Elles éprouvent une sympathie presque aveugle pour l’islam, car elles considèrent les musulmans comme une minorité opprimée et ancienne victime de crimes coloniaux. Même si c’est le cas, ce n’est pas une raison de ne pas dire la vérité.
[…] La gauche a deux poids, deux mesures. Quand les étudiants de l’Union estudiantine catholique flamande (KVHV) protestent contre le mariage homosexuel, les jeunes socialistes se précipitent pour porter plainte. Et leur critique est justifiée. Cependant, comparées à la haine des homosexuels qui règne chez les salafistes, les positions de la KVHV sur le mariage homosexuel sont de la petite bière. Et quand des études paraissent sur ce sujet, on n’entend pas les jeunes socialistes. »

Article complet : http://www.levif.be/actualite/belgique/la-gauche-se-trompe-dans-le-debat-sur-l-islam/article-normal-389433.html

L’urgence d’appeler un chat un chat

« Plusieurs dirigeants européens, de crainte de froisser certaines catégories d’électeurs, continuent à utiliser des termes vagues. Il y a urgence de s’entendre sur les bons termes et sur les vrais ennemis.
Contre qui nous battons-nous ?
L’ennemi est l’État islamique. On peut bien lui refuser le titre d’État en bonne et due forme, mais c’est le nom qu’il se donne lui-même. Il faut refuser de l’appeler par divers autres acronymes. Pourquoi ? Parce qu’il existe d’autres États islamistes. En fait il faudrait l’appeler l’État islamique d’Irak et de Syrie.
Contre quoi nous battons-nous ?
L’État islamique est fondé sur une idéologie totalitaire qui est partagée par d’autres États. Les dirigeants de l’État islamique d’Irak et de Syrie ne reconnaissent pas les pouvoirs monarchiques. À cette l’exception près, il n’existe que des différences de degré entre l’idéologie de l’État islamique et de celle de l’Arabie saoudite. De même, les mollahs iraniens font la promotion d’un système totalitaire qui ressemble beaucoup à celui de l’Arabie Saoudite. Appelons un chat un chat. L’ennemi, c’est l’idéologie religieuse totalitaire islamiste.
Qui est derrière les  réseaux islamistes ?
[…] Un de nos grands alliés, l’Arabie saoudite finance des mosquées et des écoles coraniques islamistes à travers le monde. Depuis des décennies. L’alliance avec l’Arabie saoudite coûte à présent plus cher qu’elle ne rapporte, si l’on tient compte des guerres et des mesures de sécurité qu’il faut déployer pour contrer l’islamisme dont elle fait la promotion. La Turquie pose aussi problème. Non pas la Turquie des villes, où la vaste majorité des gens exècre l’islamisme. Celle du gouvernement Erdogan qui reçoit l’appui des électeurs peu instruits et qui rêve d’imposer l’islamisme à son pays.
Comment vaincre l’islamisme ?
La clef de voûte de l’idéologie islamiste est en Arabie saoudite… »

Article complet : http://www.journaldequebec.com/2016/03/25/lurgence-dappeler-un-chat-un-chat

Publié le 31 mars 2016, dans politique et société, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur La leçon de Molenbeek 2 [revue de presse].

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :