Archives du blog

DSK, ce sont les humoristes qui en parlent le mieux


Le feuilleton judiciaire de DSK nous a tenu en haleine tout l’été. Et maintenant que le suspens redescend, DSK est tombé dans les griffes des humoristes.
"L’humour c’est pas drôle quand c’est principalement de la méchanceté" avait dit DSK après une chronique de Guillon sur France Inter… Hum… Ironie du sort, il est devenu une mine pour les humoristes de tout poil, chroniqueurs, dessinateurs et surtout Guignols où sa marionnette renvoie tous les soirs l’image d’un obsédé sexuel en peignoir léopard… Guillon, qui ne passe plus à la radio, en a remis une couche cette semaine dans Libération et c’est excellent, comme d’hab.
Alors rions un peu en ces temps moroses :

Les espoirs de la gauche sur la moquette du Sofitel

Décidément, les séries françaises sont pathétiques ! Le dernier épisode de «Sexe à Manhattan» dimanche soir sur TF1 fut affligeant. Cinq mois de suspense torride pour finir comme ça ! C’est dommage parce que le scénario au départ était génial : un homme politique français, directeur du FMI, accusé de viol par une femme de chambre à New York, alors qu’il s’apprête à annoncer sa candidature à la présidence de la République. Le type s’appelle Dominique, il est socialiste, ultrafavori dans les sondages, mais priapique au dernier degré, il commet l’irréparable… Lire la suite

1er débat, 1ères impressions en vrac

Hier soir, comme je n’ai pas pu aller au KDB, j’ai suivi le 1er débat des primaires du PS. En fait de débat, il y a d’abord eu de courtes déclarations, des interviews individuels, un grand interview à plusieurs orchestré par Pujadas et pour finir, à nouveau, de courtes déclarations. Pas vraiment d’échanges directs, en dehors d’une passe d’armes sur le nucléaire entre Aubry et Hollande, pendant  laquelle on a pu entendre Valls en voix off  se lâcher : "c’est bien là, ça s’anime !"…
C’est dire le coté lissé de l’exercice, style je veux surtout pas me disputer avec mon petit camarade que je devrai soutenir aux présidentielles… Bref, cela avait un coté scolaire, entre Question pour un champion spécial grandes écoles et Le maillon faible, avec Pujadas dans le rôle du bizut content de mettre sur le gril ses ainés (au début, entre les interviews individuels, il gloussait sans que l’on sache vraiment pourquoi…).

A mon avis, les trois vainqueurs de l’exercice sont Montebourg, Valls et Aubry. Lire la suite

tout désespoir n’est pas perdu ou le PS reloaded

Comme Nicolas je ne peux m’empêcher de relayer – et donc d’archiver ici – cette excellente chronique de François Morel qui, en quelques traits d’humour bien sentis, résume parfaitement la situation au PS. Mais on pourrait en dire tout autant d’EELV…  A croire que trop de primaires tue l’élection… C’est sans doute pour ça qu’ils étaient livides au PS au moment de l’affaire DSK…

En tous cas, dépêchons nous d’en rire avant d’avoir à en pleurer… Ceci dit, cela permettrait à Sarkofrance de garder son pré carré et de ne pas se trouver dans la mouise après 2012 : que serait ce garçon sans Sarkozy ? ;-) Lire la suite

le 15 mai : quelle catastrophe ?

Depuis hier, l’affaire DSK tourne en boucle sur les chaînes d’infos et occupe l’essentiel des JT. Éditions spéciales, analystes politiques réquisitionnés pour l’occasion, journalistes dépêchés en urgence à New-York (manifestement le cas de Marie Drucker pour France 2), interviews de personnalités politiques, suivi minute par minute de l’affaire. Il faut dire que tous les ingrédients du bon thriller sont en place : pouvoir, argent, sexe. Comme si Hollywood était dépassé par la réalité.
Certes, l’affaire est grave pour les personnes impliquées, pour le parti socialiste à un an des présidentielles, pour le FMI et surtout les pays en crise dont il s’occupe, la Grèce notamment. Mais à quel point ? Au point de parler de séisme ou de tsunami politique comme l’ont fait certains médias ? Ainsi i-TéléFrance 24, Le Nouvel Obs avec "DSK : le séisme" ou Le Post avec cet article – supprimé depuis mais dont il reste la trace [merci Google...] :  http://www.lepost.fr/article/2011/05/15/2495015_dsk-tsunami-politique-majeur.html

Deux mois après le tsunami qui a provoqué des milliers de morts et une catastrophe nucléaire au Japon, ces choix sémantiques sont déplacés et choquants. Lire la suite

laïcité, égalité, mosquée ?

A en croire les propos de certains, ça a l’air tout mélangé dans la tête des gens du PS.
Tout mélangé parce qu’ils nous ressortent à propos de l’islam, les clichés habituels – clichés qui ne correspondent pas ou plus à la réalité – mais aussi des solutions qui, si elles devaient concerner tout autre religion, feraient bondir n’importe quel militant de base. L’islam rend-t-il bête, fait-il peur ou appuie-t-il judicieusement sur le talon de culpabilité de tout bon socialiste qui garde en tête les heures les plus sombres de notre histoire, en l’occurrence la colonisation en Afrique du Nord ?

Ainsi, à la suite de Benoit Hamon qui considère que certains musulmans prient dans la rue Myrha faute de mosquée, Sandrine Mazetier, député PS de Paris, affirme dans une interview au Monde : "Les fidèles ne prient pas dans la rue par plaisir, ils le font car ils n’ont pas de lieu de culte. Il n’y a pas de raison qu’ils soient obligés de prier dans la rue. Des solutions existent, mais elles demandent l’implication des pouvoirs publics [...] "

Les bras m’en tombent… Lire la suite

Audrey et Arnaud sont dans un bateau

Je ne le savais pas mais Audrey Pulvar est en couple avec Arnaud Montebourg. Ça se comprend : à force de se fréquenter, milieux journalistiques et médiatiques finissent par se mélanger. Et cela pose bien sûr des problèmes déontologiques coté journalistes. Comment garder un minimum de distance et d’objectivité en matière d’information politique quand son conjoint fait partie du jeu ?

Mes collègues blogueurs se posent alors la question de savoir si Audrey Pulvar peut "rester sur France Inter alors que son compagnon, Arnaud Montebourg est candidat à la Présidentielle et mis en examen dans une histoire parallèle à l’affaire Woerth." Et de citer tous les cas précédents répertoriés et connus… où l’on se rend compte que le binôme classique c’est femme journaliste et homme politique. Lire la suite

Cesse-t-on d’être socialiste quand on a le pouvoir ?

socialistesOu bien est-ce que le PS, quand il est dans l’opposition, donne dans la posture systématique, le slogan facile qui attire le chaland ?
La question peut se poser sur le sujet des retraites quand on voit comment le PS s’accroche à l’âge légal de départ à 60 ans. Pour être au diapason de qui ? Des syndicats, des manifestants, des partis plus à gauche que lui, du peuple fantasmé ?
Lire la suite

avoir raison avec Besson et tort avec Besancenot

Une fois n’est pas coutume, je suis d’accord avec Martine. Elle approuve Besson pour avoir refusé la naturalisation d’un homme faisant porter le voile intégral à sa femme et désapprouve Besancenot pour avoir présenté en PACA une candidate voilée.
Le PS à travers Martine retrouverait-il la voie républicaine, l’esprit de la gauche oubliée ? Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  840 followers