Archives du blog

l’écho lointain de la campagne

Avec les primaires socialistes, le débat d’idées était bien lancé, ça fusait de toute part et c’était vivifiant. Puis la campagne présidentielle a commencé tambour battant sur la dette, la fiscalité, les classes moyennes. Certains débats, comme le débat Hollande-Jupé, devenaient même très techniques tant les participants se comportaient comme s’ils étaient dans une réunion interministérielle.

Et puis le temps a passé. Les évènements dramatiques de Toulouse et Montauban ont accaparé les médias. Et la campagne s’est égarée dans des sujets de détail : le permis de conduire ou la date de versement des pensions de retraite. Avec le lancement de la campagne officielle, les débats se font rares. Les clips de campagne su succèdent, les candidats sont interviewés individuellement et seuls les petits candidats ou les seconds couteaux participent à des débats. Lire la suite

l’impôt se consomme en tranches

Lundi dernier sur TF1, Hollande a créé la surprise en proposant de créer une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu à 75%. Cette proposition a fait beaucoup parler, dont des gens qui manifestement n’y comprennent pas grand chose et confondent taux marginal et taux global, dont des footballeurs qui ont peur pour leurs sous. Mais pour ces derniers, comme dirait Mélenchon « qu’ils s’en aillent tous ! » : les clubs prendront des joueurs moins chers qui ,si ça se trouvent, joueront aussi bien.

Rappelons donc qu’en France l’impôt est progressif par tranches : sur une tranche donnée de revenus tout le monde paye le même pourcentage ; bien évidemment au final tout le monde ne paye pas la même quantité d’impôt puisque tout le monde n’arrive pas au même niveau de revenus.

La situation actuelle – 5 tranches – est la suivante (source : impots.gouv.fr) : Lire la suite

drôle de candidat (2)

Paris, 24-05-07

Errare humanum est sed persevare diabolicum.

Que l’on souhaite présenter une vedette face à Braouzec, le pilier de la circonscription, soit, que l’investiture des candidats de ce parti naissant se fasse dans la précipitation, soit, que ses cadres locaux aient ignoré les prises de positions de Bouras, soit… Mais aujourd’hui tout le monde en parle : d’abord dans les blogs (Koz et autres), puis au Monde
Il n’y a pas cinquante solutions : soit Bouras renie ses positions antérieures (et sincèrement…), soit le MoDem renonce à l’investir au profit du candidat initialement prévu – ou de David Douillet s’il est libre 😉 , soit… cette candidature de premier plan (vu la photo) va être très génante pour un mouvement qui englobe le courant laïque de Lepage et qui dit vouloir renouveler la politique.
Le modem veut-il perdre le contact avec ses utilisateurs distants électeurs ?

drôle de candidat

L’ancien judoka Djamel Bouras va se présenter aux législatives dans le neuf trois (très exactement la 2ème circonscription couvrant Saint-Denis, Pierrefitte et Villetaneuse) sous les couleurs du MoDem car il « partage les mêmes idées » que François Bayrou… Cela laisse perplexe quand on sait qu’il était opposé à la loi sur les signes religieux à l’école publique et qu’il a fréquenté l’UOIF… Qui des deux a changé d’idées ? Pourquoi un tel choix de la part du MoDem ? Pour faire couleur locale ?

et maintenant ?

Alors qu’une poignée d’irréductibles à la Bastille et à Tolbiac (800 étudiants maximum soit 2 % des étudiants de l’université Paris 1…) a pu croire que le « grand soir » était arrivé, au mépris de la démocratie (53 % des voix pour Sarkozy avec 84 % de participation… mais les gauchistes sont-ils des démocrates ?), alors que François Bayrou fait le pari fou de son MoDem après l’hémorragie des députés UDF (même Jean-Louis Bourlanges), alors que le nouveau président accouche d’une ouverture gouvernementale dans la douleur, où en sommes-nous ?
Deux analyses intéressantes (donc je les cite) permettent d’y répondre, celle de Sylvain Attal : « L’histoire retiendra, enfin, le gâchis d’une gauche qui, malgré une bonne candidate, pour avoir échoué dans sa modernisation programatique, a laissé passer une victoire qui était à portée de main. » et celle d’Hugues : « Nous voici donc forcés, avant d’en arriver à l’étape Blair, de passer par la phase Thatcher : la société va devenir plus dure, moins coopérative, plus inégalitaire, moins solidaire pendant quelques années mais les grands équilibres finiront par être rétablis lorsque la gauche, recomposée autour d’un projet clairement social-démocrate, reprendra la main sur une droite ayant achevé le sale boulot. ». 
Ca me rappelle ce film récent de Niels Arestrup, Le Candidat , où un parti politique présente un nouveau candidat dans le but inavoué de perdre, pour ne pas avoir à faire le sale boulot et préserver le parti… Qui sait ?

cap central (2)

Après la conférence de presse de Bayrou, je ne sais pas pourquoi me vient à l’esprit cette réplique célèbre : « si tu ne vas pas à Lagardère, Lagardère viendra à toi »… Sans doute le coté mousquetaire béarnais… François Bayrou ne donne pas de consignes de vote (on se doutait bien qu’on allait devoir se décider tout seul) et crée un nouveau parti, le Parti Démocrate. C’est un peu comme s’il créait ce parti social-démocrate tant attendu tout seul, en espérant attirer de nouveaux venus… de la gauche ? C’est un pari risqué en l’absence de proportionnelle aux législatives, car il devra passer le 1er tour, mais espérons que cela va marcher. 
Il a été plus critique envers Sarkozy, sur son « système de gouvernement des Hauts-de-Seine » et son rapport avec les médias (ce qui lui a valu des applaudissements !) . Et même s’il a refusé les « avances inconvenantes » de Ségolène Royal, il ne ferme pas la porte et accepte de débattre avec elle, ce qui donnera ce spectacle hallucinant pour un 2ème tour d’un débat entre une candidate en lice et un candidat éliminé ! On n’est peut-être pas au bout de nos surprises.

cap central

Participation : 84,6 %
Sarkozy : 31,1 %
Royal : 25,8 %
Bayrou : 18,5 %
Situation inédite au premier tour d’une présidentielle. Vu la participation les réserves de voix sont limitées. Les leaders d’extrême-gauche ont déjà appelé à voter Royal et ceux de leurs électeurs traditionnels qui ont voté utile au premier tour ne vont pas changer d’avis : dans ces eaux là c’est le domaine du Tout Sauf Sarkozy
Le PS a donc l’opportunité de laisser tomber sans risque l’extrême-gauche (qui est de fait captive dans cette élection) et de faire alliance avec le centre pour fonder un véritable courant social-démocrate, sur le modèle italien par exemple.
Que va-t-il faire ? Comme on dit à la NASA c’est une fenêtre de tir unique…
Three, two, one… ignition !

J moins 3

A trois jours des élections présidentielles qu’est-ce-qui compte vraiment ?
Finalement, peu importe que cela soit Royal ou Bayrou face à Sarkozy, peu importe le vainqueur final de l’élection, l’important c’est qu’il y ait un vrai choix au 2nd tour, c’est de revenir à un fonctionnement démocratique normal et non pas un faux choix comme en 2002 avec Le Pen, car alors il y aurait des tensions sociales importantes, des blocages et des manifestations à chaque mesure prise par le gouvernement. Le pire quoi. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :