tout sur le Kadhafi

On a presque tout dit sur la visite de Kadhafi en France : ses débordements, ses excentricités, ses contrats hypothétiques, sa longueur et son lustre excessifs au regard de la nature du personnage. Mais justement, qui est donc ce monsieur aux costumes bariolés et à la coiffure ridicule ?
C’est est avant tout un dictateur sans scrupules qui veut garder le pouvoir et le transmettre à son fils (recréant ainsi au passage une monarchie qu’il a contribuée à détruire par son coup d’état de 1969, monarchie dont l’héritier était aussi à Paris cette semaine). Voilà pourquoi il a renoncé officiellement aux armes nucléaires en 2003 : il a eu peur de finir comme Sadam Hussein. Comme l’a dit la journaliste Mémona Hintermann, qui l’avait d’ailleurs vu de trop près : « Il n’a pas changé. S’il a juste changé de fusil d’épaule, c’est parce qu’en 2003 les Américains ont décidé d’envahir l’Irak. La Libye s’est sentie menacée. Sur les armes de destruction massive, il a dit « je les rends », « je coopère ». Mais il ne coopère pas du tout. C’est un type qu’on a pris la main dans le sac, il savait qu’il allait être coffré, pour parler le langage du voyou. Et il a trouvé le moyen de s’en sortir, de se sauver. Il a été plus malin que Saddam Hussein. Point. » (Libération, 12-12-07). Voilà pourquoi les infirmières bulgares ont servi de boucs-émissaires dans l’affaire des enfants contaminés par le virus du SIDA dans les hôpitaux lybiens : il ne fallait pas que la colère du peuple se retourne contre lui.
Mais c’est aussi quelqu’un qui se considère comme le guide de l’Afrique unie et de l’islam et se fait appeler « Frère guide » sur son site officiel, site qui regroupe tous ses discours et toutes ses pensées. Intéressant :

« […] l’avenir de l’Afrique réside dans l’Union Africaine. L’Afrique doit s’unifier, comme l’Europe s’est unifiée. L’unification de l’Afrique est utile non seulement pour les africains, mais aussi pour le reste du Monde. L’Europe unifiée a cessé d’être une région de confrontation. Certes, des forces militaires américaines continuent de se trouver en Europe depuis la Deuxième guerre mondiale. Cette question concerne en premier lieu les européens eux-mêmes, mais cette présence menace la paix en Europe et en Méditerranée. Il est évident que l’Europe renforcée politiquement et économiquement apporte plus de stabilité dans le Monde. Pour cela, nous voulons que l’Afrique soit unie, qu’elle ait une banque centrale commue, une devise commune, une sécurité commune, un marché commun, les mêmes tarifs douaniers. Nous sommes 50 Etats en Afrique avec 50 devises différentes, 50 banques centrales et 50 systèmes économiques sans importance. L’économie des pays comme le Malawi, la Gambie, ou la Guinée Bissau est insignifiante face à celle de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Chine ou du Japon. Une délégation provenant de l’un de ces pays qui négocierait l’achat d’une dizaine de voitures ne fait aucun poids face à ces géants économiques. Par contre, une délégation négociant au nom de l’Union Africaine pour l’achat d’un demi-million de voitures, voilà un client que l’on écouterait et avec lequel on négocierait, et non avec la Gambie, Madagascar, le Malawi, la Guinée-Bissau ou tout autre Etat même la Libye, si ce n’est que ce dernier est un pays pétrolier… Bref, la désintégration de l’Afrique ne sert pas l’économie mondiale. Je souhaite vivement que les grands acteurs saisissent l’importance de l’unité de l’Afrique, que l’Union africaine ou les Etats-Unis d’Afrique voit le jour car cela est important pour la paix, la sécurité, la stabilité et la prospérité de l’Afrique et du monde entier.»

« Il est de l’intérêt économique de la Turquie de faire partie de l’Europe et c’est aussi de l’intérêt du monde islamique qu’une nation musulmane comme la Turquie soit membre de l’Union Européenne afin qu’elle soit le cheval de Troie de ce monde en Europe. Or il est de l’intérêt de l’Europe à ce que la Turquie fasse partie seulement de l’OTAN en tant que colonie militaire et base de l’Alliance Atlantique. Il n’est pas de son intérêt à ce que la Turquie soit dans l’Union Européenne. La Turquie est un arbre dont les racines sont en Asie et seules ses branches effleurent l’Europe. C’est un Etat islamique sunnite oriental dans ces des traditions, son histoire, sa culture, ses mœurs et ses goûts.
[…] Les nouveaux islamistes fanatiques qui vont prendre le pouvoir et contrôler la rue en Turquie n’accepteront jamais de faire partie d’une Union qui ne cite pas dans sa Constitution la loi (Shari’a) et les sanctions islamiques. Ils deviendront un jour majoritaires au parlement européen, grâce à l’abrogation de toutes les moyens de contraception et de contrôle des naissances (c’est un péché dans leur croyance) et par la polygamie et le concubinage (avec les chrétiennes européennes). Ainsi, la Turquie deviendrait le pays le plus peuplé d’Europe. […] J’aurai pu ne pas sonner le glas du danger, ni dévoiler ces desseins terrifiants. Mais c’est ma responsabilité vis à vis de la stabilité du monde et de la paix en Méditerranée dont la rive sud appartient dans sa totalité aux arabes. […] J’avertis avant qu’il ne soit trop tard et avant qu’une décision dont les conséquences seraient graves ne soit prise. »

« Pour propager l’islam, n’avons nullement besoin de l’épée ou de la bombe. Il existe cinquante millions de musulmans en Europe, sans oublier qu’il est des signes que l’islam apparaîtra en Europe sans recourir à la violence ni à la conquête. Ces cinquante millions de musulmans transformeraient l’Europe en un continent musulman en l’espace de quelques dizaines d’années. Dieu fera que la Turquie intègre l’Union Européenne pour que le nombre de musulmans européens croisse à cent millions. L’Albanie fait d’ors et déjà partie de l’Europe alors qu’elle est une nation musulmane. Il en va de même pour la Bosnie dont cinquante pour cent de la population est musulmane. Les statistiques démontrent qu’il existe des mosquées par milliers en Europe et que des organisations et associations musulmanes y foisonnent. L’Europe tout comme les Etats-Unis sont pris au piège ; soit ils admettent qu’ils deviendraient à l’avenir des nations musulmanes soit ils déclarent la guerre aux musulmans.
Puisque Mohamad est le messager de Dieu pour l’humanité entière conformément au Coran, il en découle donc que la population du monde entier doive répondre à l’appel de Mohamad « Appelles les Hommes au pèlerinage… »»

« Vous [les européens] êtes ici présents pour endiguer le phénomène de la migration. Cependant toutes les mesures politiques et administratives que vous avez prises vont à l’encontre de cet objectif. Prenons l’exemple du Processus de Barcelone, étant entendu que l’Afrique du Nord, le Moyen Orient, l’Europe et les pays du pourtour méditerranéen sont inclus dans le Processus de Barcelone. Selon ce processus je suis en droit d’aller en Europe en tant que citoyen faisant partie du Processus de Barcelone. Dans ce cadre, ne parle-t-on pas de coopération, de lutte contre la pauvreté, de la liberté de mouvement et de travail, de nous aider les uns les autres, de vivre en paix, d’avoir un seul parlement, des législatures communes, d’être égaux dans le partage des richesses. Comment le Processus de Barcelone encourage-t-il cette intégration et combat en même temps les résultats engendrés par Barcelone, dont cette réunion témoigne. Il faut commencer par supprimer le Processus de Barcelone, l’Europe aux européens et l’Afrique aux africains. Et la mer les sépare. Nous serons convaincus que nous sommes deux entités, mais parler de coopération euro-méditerranéenne veut dire que je suis inclus dans l’Europe entière, jusqu’en Scandinavie.
[…] Puis il y’a d’autres revendications telles que les droits de l’homme, le droit d’asile, le droit des réfugiés contre la discrimination, le droit à la liberté . Tous des slogans humanistes très beaux, voire révolutionnaires. Cependant, vous dites vouloir lutter contre la migration mais toutes ces revendications ont encouragées la migration.
[…] Il faudrait que l’Europe réexamine le concept de réfugié politique parce que n’importe qui peut abuser de ce droit. Un nombre de personnes que vous avez admis comme réfugiés sont devenus des terroristes. Deux options se posent à l’Europe, soit de fermer ses portes et revoir sa politique, ou d’accepter de les ouvrir même si elle reçoit cent millions de réfugiés chaque jour. Quand à vouloir traiter ce problème d’un point de vue sécuritaire, cela est sans succès. […] Nous ne pouvons pas surveiller toutes les frontières, même l’Otan ne pourra pas le faire. »

Publié le 17 décembre 2007, dans politique et société, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :