une revue de presse pour Charlie

Articles récents

« Voilà de longues années qu’en tant que politologue, je prône la position suivante : ni amalgame, ni complaisance. J’ai toujours appelé à ne pas remplacer vigipirate par vigiarabe, et à ne pas confondre islam d’une part, islamisme radical d’autre part. En même temps, l’écœurante complaisance de certains doit cesser vis-à-vis de cette menace totalitaire qu’incarne ce dernier, dogme raciste, antisémite, liberticide et phallocrate au dernier degré. C’est toujours en affirmant unis et déterminés leurs valeurs que les démocrates l’emportent, et non en faisant preuve de lâcheté… »
Frédéric Encel, Que cesse la complaisance vis-à-vis de l’islamisme radical, Marianne, 8 janv. 2015 : http://www.marianne.net/Que-cesse-la-complaisance-vis-a-vis-de-l-islamisme-radical_a243695.html

« Naser Khader […] insiste pour qu’ ‘une bataille s’engage à l’intérieur de la maison islam’ afin que prévalent ces idées. ‘Pour moi, les islamistes radicaux sont les nazis de l’islam. Les gens les mieux placés pour les combattre sont les musulmans, nous devons être en première ligne. Actuellement, mon camp est petit, de même que celui des extrémistes, et au milieu il y a 80 % de gens passifs et silencieux, qu’il faut convaincre de nous rejoindre pour mener cette révolution’, analyse l’ancien député [danois], soulignant que pas un religieux n’a signé son appel pour l’instant. Naser Khader affirme qu’Obama et Hollande ‘n’aident pas’ en répétant sans cesse que les terroristes n’ont rien à voir avec l’islam. ‘Je ne suis pas d’accord. C’est l’islam aussi. En refusant de le reconnaître, les Occidentaux ne nous rendent pas service, à nous les musulmans démocrates. Car comment se battre si on n’identifie pas clairement l’ennemi ?’  Naser Khader se dit en revanche favorablement impressionné par les récentes déclarations du président égyptien al-Sissi qui a appelé à une révolution dans l’islam. »
Des intellectuels de confession musulmane appellent à une «révolution» dans l’islam, LeFigaro, 13 janv. 2015 : http://www.lefigaro.fr/international/2015/01/13/01003-20150113ARTFIG00413-des-intellectuels-de-confession-musulmane-appellent-a-une-revolution-en-islam.php

« [L’écrivain peut] s’intéresser au sens des mots qui prétendent dire les événements. « Islamophobie » est de ceux-là, il paraît que c’est un grand péché. Un peu de philologie élémentaire est peut-être utile. Phobos, en grec, veut dire « crainte », pas « haine » (misos). Si ce mot a un sens, ce n’est donc pas celui de « haine des musulmans », qui serait déplorable en effet, mais celui de « crainte de l’islam ». Alors, ce serait une grande faute d’avoir peur de l’islam ? J’aimerais qu’on m’explique pourquoi. Au nom de « nos valeurs », justement. J’entends, je lis partout que les Kouachi, les Coulibaly, « n’ont rien à voir avec l’islam ». Et Boko Haram, qui répand une ignoble terreur dans le nord du Nigeria, non plus ?
Olivier Rolin, Ce que « phobie » veut dire, Le Monde, 14 janv. 2015 : http://perseides.hautetfort.com/archive/2015/01/14/ce-que-phobie-veut-dire-par-olivier-rolin-le-monde-des-livr-5535468.html

« Comme chacun peut aisément le percevoir, les attaques terroristes récentes risquent d’aggraver encore le sentiment anti-musulman en France. Et la plupart des gens comprennent bien qu’il serait totalement injuste de vouloir faire porter le chapeau à tous les musulmans. Pour autant, on ne peut pas non plus totalement dédouaner l’islam de toute responsabilité. […] je vais saisir cette occasion pour rappeler que les religions de manière générale portent une part de responsabilité dans les atrocités commises en leur nom, dans la mesure où elles portent en elles les germes de telles atrocités, […] qu’aucun respect particulier n’est dû aux religions. […] Le respect est dû à tous les êtres humains, et ce, quelles que soient leurs croyances et leurs affiliations. Mais respecter les êtres humains n’implique pas de respecter toutes les croyances invraisemblables qu’ils peuvent avoir. C’est plus respecter les êtres humains de les traiter comme des êtres rationnels dont on peut débattre et critiquer les croyances, y compris par la moquerie, que de les traiter comme des imbéciles dont il faudrait absolument préserver les illusions pour éviter de les froisser. »
Franck Ramus, Être « charlie », c’est aussi reconnaitre la responsabilité des religions, Le Huffington Post, 14 janv. 2015 : http://www.huffingtonpost.fr/franck-ramus/etre-charlie-cest-aussi-reconnaitre-la-responsabilite-des-religions_b_6468662.html

« De tradition laïque et républicaine, les caricaturistes de Charlie Hebdo ne pouvaient même pas imaginer qu’ils pourraient traiter Mahomet autrement que Jésus, Marx ou l’abbé Pierre. « Tolérer » les musulmans en leur accordant des « accommodements », ne serait-ce pas au fond les considérer comme des citoyens de second ordre incapables de vivre dans le respect des règles communes ? »
Christian Rioux, Tolérance ou laïcité, Le Devoir, 16 janv. 2015 : http://www.ledevoir.com/international/europe/429139/tolerance-ou-laicite

« En tuant les caricaturistes de Charlie Hebdo, ce n’est pas seulement la liberté d’expression que les djihadistes ont visée. C’est plus directement le droit de caricaturer et de critiquer l’islam. On n’a pas simplement tiré sur des caricaturistes et des journalistes ; on a exécuté des combattants de la laïcité […] »
André Lamoureux, Laïcité, islamisme et critique des religions, Le Huffington post, 17 janv. 2015 : http://quebec.huffingtonpost.ca/andre-lamoureux/islamisme-critique-religions_b_6481522.html?ncid=tweetlnkcahpmg00000011

Articles anciens

« Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin – de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd’hui. […] Et qu’est-ce que je vois ? Qu’est-ce que je vois mieux que d’autres, sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois, toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d’enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : Daesh. Mais le pire est que je te vois te perdre – perdre ton temps et ton honneur – dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.
Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Tu cries : « Ce n’est pas moi ! », « Ce n’est pas l’islam ! » Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom. Tu t’insurges que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu’à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l’islam dénonce la barbarie. Mais c’est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l’autodéfense sans assumer aussi et surtout la responsabilité de l’autocritique. »
Abdennour Bidar, Lettre ouverte au monde musulman, Marianne, 13 oct. 2014 : http://www.marianne.net/Lettre-ouverte-au-monde-musulman_a241765.html

« Je vais encore me faire traiter d’islamophobe. Mais en vérité je vous le dis, amis musulmans qui parfois êtes aussi mes élèves, si l’on ne réagit pas très vite, d’autres se chargeront de réagir. Et dans une ville où une kalachnikov coûte moins de 300 euros, qui sait jusqu’où cela peut aller ? Et c’est bien là qu’ils veulent nous amener – à la guerre civile. »
Jean-Paul Brighelli, Le voile à l’université, un cheval de Troie, Causeur, 5 nov. 2014 : http://www.causeur.fr/voile-a-luniversite-about-a-trojan-horse-30060.html

« […] c’est l’évolution du rapport de force qui m’inquiète. D’un côté l’islamisme et l’antisémitisme sont de plus en plus offensifs, inventifs, et de l’autre côté il y a nous, tétanisés par la peur, et nos États si timides, pour ne pas dire lâches ou pire attentifs comme s’ils s’accommodaient de ces dérives ou espéraient en tirer un profit. Quand on voit l’évolution des relations des États-Unis et de l’Europe avec l’Iran, l’Arabie, le Qatar, les maîtres du terrorisme et du djihad, on ne doute pas de leur penchant pour les accommodements contre nature.
[…] combattre l’islamisme comme le font les Occidentaux, c’est-à-dire à la place des musulmans, est une erreur grave : c’est les libérer de leur devoir de défendre eux-mêmes leur religion et leurs pays, c’est les exonérer de leur obligation de s’acquitter de leur part dans le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde, c’est les exonérer de leur responsabilité dans le développement de l’islamisme au sein de leur société et de son exportation, c’est enfin les empêcher de faire par eux-mêmes l’expérience historique, sans doute douloureuse, de la sécularisation de leur pays et de la révolution démocratique. C’est d’autant plus grave qu’au bout l’Occident sera accusé d’ingérence dans le monde musulman, ce qui relancera l’islamisme. »
Boualem Sansal, Aux musulmans de combattre le terrorisme, Causeur, 24 déc. 2014 : http://www.causeur.fr/boualem-sansal-crif-30763.html#

« […] le Maroc, évidemment, n’est pas épargné. Un ami m’a rapporté ceci : ‘Ma fille de 10 ans est venue me voir pour me demander : ‘Papa, pourquoi Hollande s’attaque-t-il à notre prophète ?’ C’est ce qu’on lui a dit à l’école…’
Le grand public, c’est-à-dire Monsieur Tout-le-Monde, le musulman moyen, ne connaît pas Charlie Hebdo. Il ne sait pas que le journalisme satirique est un genre à part, tout à fait respectable. Il ne sait pas, non plus, que « notre prophète » et « notre religion », pour reprendre une terminologie courante, ne sont pas les seules sources de rire et de moquerie de plus ou moins bon goût. Il ignore que l’interdiction de représenter le Prophète ou de railler l’islam est une loi valable seulement en terre d’islam, pas dans le reste du monde (et les terres de l’islam ne représentent qu’une petite partie du globe, n’est-ce pas !). Il ignore surtout, et c’est sans doute le plus dramatique, que, dans un pays libre, un article et une caricature expriment le point de vue et la sensibilité d’un individu et pas d’un pays. »
Karim Boukhari, La colère aveugle du musulman moyen, Courrier international / Tel quel, 24 sept. 2012 : http://www.courrierinternational.com/article/2012/09/24/la-colere-aveugle-du-musulman-moyen

Publié le 25 janvier 2015, dans politique et société, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Tiens, il n’y a pas de commentaire !
    Tant qu’on parlait de danger islamiste, c’était assez clair: on était des personnes douteuses s’abritant derrière l’argument de la laïcité pour exprimer xénophobie, islamophobie, complicité avec l’extrême droite , sionisme et j’en passe. Et pourtant, il n’y avait pas à aller loin pour apprécier les nuisances islamistes. Voilà qu’une catastrophe arrive sur notre sol et qu’on tue des journalistes. Du coup, ceux qui tiraient les sonnettes d’alarme dans les medias ou sur les blogs sont mal vus: s’ils n’avaient pas fait monter l’islamophobie, on n’en serait pas là !
    désespérant, non ?

    • Oui, c’est ce qui explique aussi les théories du complot : la réalité est tellement difficile à accepter que l’on échafaude des usines à gaz pour la contourner.
      Mais il y a quand même des gens qui ont pris conscience du danger.

%d blogueurs aiment cette page :