« qu’il le porte lui ! »

Dans les années 50, en Egypte, le port du voile pour une femme était tellement incongru que le proposer au niveau politique faisait rire à gorge déployée. Comme une évidence. C’est à voir dans la vidéo ci-dessous, où Nasser raconte une négociation avec un représentant des Frères Musulmans. A un moment donné un membre de l’auditoire crie : « qu’il le porte lui ! » Les rires redoublent.

Quand des gens se perdent en conjectures pour savoir si le voile c’est bien ou non, si la femme garde sa liberté ou non, si c’est un vêtement prôné par l’islam ou non, se plaçant ainsi sur le terrain de ceux qui en font la promotion, cette simple phrase vient rappeler que tous ces arguments tombent d’eux même s’ils ne concernent que la moitié de la population.

Quant aux rires, ils marginalisent de fait et sans tergiverser une demande irrecevable, déplacée, hors sujet… Au lieu de ça, aujourd’hui, en Europe, on cède ou on anticipe et on s’autocensure, au lieu d’affirmer simplement les principes d’égalité femme-homme ou de liberté d’expression de l’artiste.

Ces rires nous montrent aussi à quel point sur ces sujets  le monde est en pleine régression. Comme le dit si bien Schneidermann : « On n’entend qu’une chose, ces rires à gorge déployée qui nous parviennent à travers les décennies, ces rires incroyables, inimaginables, libérateurs, qui crèvent le mur des polémiques maussades, et mesurent mieux que tous les discours l’épouvantable chemin parcouru. »

Publié le 5 octobre 2012, dans politique et société, vidéos, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Je n’arrive pas à me décider à rire comme sur la vidéo, ou à crier contre l’obscurantisme qui envahit les esprits.

  2. Ah, je ne savais plus où j’avais vu cette excellente vidéo, merci.

    J’avais écrit un billet, voilà trois ans déjà, sur un reportage de Thalassa. Jeunes filles voilées à la grande bibliothèque d’Alexandrie, et nostalgie d’une bibliothécaire d’un temps où elles l’étaient moins.
    http://merle-moqueur.blogspot.fr/2009/12/si-thalassa-sy-met-aussi.html

    • J’ai lu ton billet. C’est triste en effet.
      J’aime bien un des commentaires que je trouve très juste : « Je n’ai pas vu Thalassa. Mais quand on sort « les femmes » pour montrer que tout va bien, c’est inquiétant… »

  3. Nasser, reviens! ils sont devenus fous!

  4. Je pense qu’une des raisons au retour des extrémistes que ce soit en politique et en religion est une question démographique. Comme ils ont tendance à faire plus d’enfants que les autres, mathématiquement leurs enfants sont proportionnellement plus importants dans leur génération, que eux-mêmes à leur époque. Les frères musulmans qui étaient très minoritaires dans les années 50, en plus des « conversions » bénéficient de l’effet démographique de leurs adhérents actuellement.
    La bataille sur les utérus revient de plus en plus en force à l’heure actuelle où il y a des tensions démographiques et migratoires.

%d blogueurs aiment cette page :