delenda est Gaza

GazaIl y avait longtemps que le monde entier n’était pas tombé à bras raccourci sur Israël. Ça finissait par manquer. Avec la crise économique, la Grèce, l’Euro, les retraites, on les avait presque oubliés Israël, Gaza et toute sa bande…

Dommage, parce qu’un bon feuilleton se doit d’être régulier, sinon l’intérêt et l’ audience diminuent. On perd le fil, on ne sait plus où l’on en est avec les personnages,  qui a tué qui, qui est avec qui, qui veut quoi… On ne se rappelle même plus quel est le fil conducteur. En tout cas le titre, je m’en souviens, c’est « Guerre au Proche-Orient ». Heureusement, les militaires de tout poil sont de bons scénaristes qui ne manquent pas une occasion.
Et immédiatement la machine repart, la passion renait. Condamnations internationales, réunion d’urgence du Conseil de sécurité, manifs devant l’ambassade d’Israël… Petite manif en France, où il y avait trois pelés et un tondu, euh… pardon, trois voilées et un barbu. Plus les verts et l’extrême-gauche. Les fans habituels quoi, le noyau dur, ceux qui se repassent en boucle les épisodes précédents en attendant le prochain et qui sont à l’affut. 

Dans ce nouvel épisode, les gentils ont attaqué des méchants terroristes venus livrer des armes en bateaux à Gaza malgré le blocus. A moins que ce soit l’inverse… Les méchants ont attaqué des gentils pacifistes venus livrer du matériel humanitaire à bord d’une flottille – flottille ça fait plus printanier – pour rompre le blocus. Bon, en fait les gentils et les méchants sont en guerre mais les gentils on les appelle « pacifistes » quand ils ne font pas de la guerre militaire mais de la guerre médiatique. C’est en attendant d’avoir beaucoup d’armes pour écraser les méchants. Mais ils veulent quand même la victoire…
Ça me revient :  les méchants ce sont les israéliens et les gentils les palestiniens et les pro-palestiniens. Le blocus a été mis en place par les israéliens et les égyptiens mais ces derniers on n’en parle pas parce qu’ils sont gentils en fait, vu qu’ils ne sont pas méchants… et qu’ils sont musulmans par ailleurs.

En fait c’est plus compliqué que ça en a l’air parce que les gentils ne font pas tous la même guerre : certains veulent juste un Etat palestinien à coté d’Israël, d’autres, comme le Hamas qui gouverne Gaza, veulent un Etat islamique unique. Ceux-ci ont des amis en Turquie, au Liban, ou en Iran qui est leur modèle. On les appelle aussi les islamistes. Certains palestiniens ne sont pas d’accord avec ça mais ils n’osent pas le dire de peur qu’on croit qu’ils sont passés dans le camp des méchants.
Et puis les méchants ne veulent pas tous la même chose et selon qui est leur chef, ça change. Alors ça traine depuis 60 ans environ, ce qui est long, trop long. D’autant qu’en tant que contribuables européens on paye les décors à Gaza (construction, reconstruction…).
Le feuilleton se complique de jour en jour et on n’en voit pas la fin. Il faut dire aussi que les méchants ne sont pas si méchants que ça,  parce que sinon ça serait vite réglé : sur un petit territoire comme Gaza – 360 km² soit Paris plus le 93 – une frappe nucléaire chirurgicale, des excuses, une enquête, un procès, quelques militaires en prison, une stèle à la mémoire des disparus… et hop à Créteil !

Parce qu’on a pas que ça à suivre comme feuilleton !
Ces temps-ci j’aime bien « DSK chez les traders ». Le suspense est intense. On ne sait pas exactement s’il va réussir à réguler la finance internationale. Y’a plein de rebondissements : des pays endettés qu’ont plus de sous, des agences mystérieuses qui les notent comme des andouillettes, des grecs qui font des salades, des allemands rigides, des bourses fluctuantes, des marchés anxieux qu’il faut rassurer comme des adolescentes en compét à la Nouvelle Star… et au milieu de tout ça… DSK qui traîne son sex-appeal version Nespresso entre le FMI, la France et le PS. Bref, il y a tout pour faire une bonne série : le pouvoir, l’argent, le sexe. Alors que chez les enturbannés et autres sémites, c’est bof…

Tiens, j’ai trouvé un très bon résumé de la situation au Proche-Orient chez Alain Lamassoure. Y’a mes potes Authueil et l’Hérétique qui en parlent plus sérieusement.
PS. Koz et G.Malbrunot aussi.

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet article sur Wikio

Publié le 1 juin 2010, dans BEST OF, politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Beurk, je n’aime toujours pas les fourmis qui récoltent sans se « mouiller » beurk beurk beurk :ppp

  2. pendant que ça traîne depuis 60 ans, les méchants continuent d’avoir des conditions de vie qui s’améliorent, des territoires qui s’agrandissent, quitte à le faire sur le débris des maisons dynamitées des gentils, des populations qu’ils refusent et d’autres qu’ils font venir,
    les gentils souffrent d’infrastructures détruites, de contrôles permanents, d’interdictions diverses, de raids armés sur leurs territoires, d’une économie sabotée…

    on comprend que certains aient plus envie que d’autres que la situation dure ainsi, et se fichent totalement d’un état palestinien comme voisin

  3. @ Martine : plait-il ?

    @ francis : oui, cela s’appelle une guerre ; mais je ne pense pas que les israéliens aient envie que cela dure car ils subissent quand même les attentats et les roquettes…

  4. pendant que ça traîne depuis 60 ans, les méchants continuent d’avoir des conditions de vie qui s’améliorent, des territoires qui s’agrandissent, quitte à le faire sur le débris des maisons dynamitées des gentils, des populations qu’ils refusent et d’autres qu’ils font venir,les gentils souffrent d’infrastructures détruites, de contrôles permanents, d’interdictions diverses, de raids armés sur leurs territoires, d’une économie sabotée…
    +1

  5. Gérard Lachaussée

    Il faut peut-être remonter au début. Suite à la création de l’état d’Israël per l’ONU le 29 novembre 1947, les Nations unies adoptent la résolution 181 qui prévoit le partage de la Palestine en un État juif et un État arabe.

    Le nouveau Yichouv et les communautés juives sionistes accueillent favorablement ce vote mais les Arabes palestiniens et l’ensemble des pays arabes qui militaient pour la constitution d’un État palestinien rejettent la résolution.

    Le lendemain du vote, la guerre civile éclate entre les communautés juive et arabe palestiniennes. Si les arabes palestiniens et l’ensemble des pays arabes avaient accepté la résolution 181, il n’y aurait pas de problème aujourd’hui. Mais ils ne l’ont pas acceptée et ne l’acceptent pas encore. D’ou le litige qui perdure.

%d blogueurs aiment cette page :