Archives du blog

La leçon de Molenbeek 2 [revue de presse]

Molenbeek : communautarisme et clientélisme, ou quand les mêmes causes produisent les mêmes effets, en Belgique comme en France

« Pendant vingt ans, une sorte d’omerta a régné. Ceux qui tentaient de la briser étaient traités d’islamophobes ou de racistes. […] Bien avant que le think tank « Terra Nova », proche du Parti socialiste français, ne le théorise, Philippe Moureaux [le bourgmestre] avait compris que l’avenir du socialisme (bruxellois) passait par les immigrés qui allaient devenir, symboliquement, le nouveau prolétariat, remplaçant une classe ouvrière autochtone en rapide diminution.
[…] Au niveau fédéral, le vigilant sénateur Moureaux est aux premières loges pour simplifier la législation sur le regroupement familial et l’acquisition de la nationalité (qui devient quasi automatique), accorder le droit de vote aux étrangers et, à son initiative, la lutte contre le racisme est érigée en nouveau paradigme du discours politique.
[…] un modèle communautariste se met en place. Visites fréquentes dans les mosquées (qui appellent à bien voter lors des campagnes électorales), subventions d’associations musulmanes, mise à disposition des locaux de la commune pour des écoles coraniques, placement sur la liste PS de proches des mosquées, participation visible aux Fêtes de l’Aïd El Kébir ainsi qu’à des défilés anti-israéliens où l’on scande des slogans antisémites. »

Article complet : http://www.lalibre.be/debats/opinions/molenbeek-merci-philippe-56499f1d3570bccfaf1369ca#.

Hind Fraihi : «Les autorités ne voulaient pas croire ce qu’il se passait à Molenbeek»

« Quelle responsabilité ont l’Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït dans ce phénomène à Molenbeek ?
Ils y exercent une influence importante à travers l’idéologie extrémiste du wahhabisme qu’ils disséminent. J’ai eu sous les yeux des publications où il est clairement écrit qu’il faut tuer les mécréants et les juifs. Que les femmes doivent rester voilées et ne pas sortir de leur foyer. La loi islamique l’emporte sur la loi démocratique. On ne croit pas à la démocratie, la souveraineté politique est inférieure à celle d’Allah. C’est le contenu de toutes les lectures. Elles sont diffusées dans les mosquées légales ou clandestines, les librairies, les sièges d’associations de la commune. C’est un totalitarisme très visible dans la vie publique de Molenbeek.
Vous évoquez une possible révolution des femmes… Dans quel sens ira-t-elle ?
On aura le meilleur et le pire. Les femmes s’engagent dans la société. Elles veulent réussir dans la vie intellectuelle et cela se traduira par des signes positifs – des femmes insérées professionnellement avec des postes et des salaires corrects –, mais aussi des signes négatifs, puisque il y a de plus en plus de femmes radicalisées. A ce rythme, il y aura bientôt des femmes kamikazes, mais aussi d’autres qui détiendront des rôles plus importants dans les réseaux djihadistes. Si les femmes prennent cette double trajectoire contradictoire, on va au-devant de sérieux problèmes. Les femmes éduquent leurs enfants avec cet esprit de radicalisation. La femme pourrait alors devenir la première école du djihadisme. »

Article complet : http://www.letemps.ch/monde/2016/03/30/hind-fraihi-autorites-ne-voulaient-croire-qu-se-passait-molenbeek?utm_source=twitter&utm_medium=share&utm_campaign=article

La gauche se trompe dans le débat sur l’islam : tous les pays où vivent des musulmans souffrent de radicalisme
Lire la suite

Publicités

La leçon de Molenbeek [revue de presse]

B. SANSAL : « Les Européens trouvent toujours une explication pour dédouaner les islamistes »
« Les Européens ont toujours sous-estimé ce qui vient du Sud. Ils ont sous-estimé l’intelligence et la ruse des dictateurs arabes, qui ont toujours su trouver « l’argument » pour obtenir d’eux soutien ou silence, voire complicité : le pétrole, les marchés, la main-d’œuvre et la communauté émigrée en Europe, l’islam, l’islamisme et le terrorisme, le balancement des alliances. Ils ont gravement sous­-estimé les problèmes insolubles que l’islam poserait à terme à l’Europe chrétienne, laïque, démocratique, libertaire.
Sa transformation en islamisme était prévisible, mais elle a été sous­ estimée, comme a été sous-estimée l’influence que la situation interne des pays arabes allait exercer sur les communautés arabes et musulmanes en Europe. Les problèmes algéro-algériens ont fini par devenir des problèmes franco-français, ce qui dérange les uns et les autres. Le halal, le voile, les prières dans les rues, le mouton de l’Aïd, sont des épisodes qui ont été regardés sous l’angle social et culturel, voire comme de simples phénomènes de mode ou d’affirmation identitaire, alors qu’ils étaient des étapes planifiées d’un programme politique mondial. Ils ont enfin, et c’est le plus grave, sous-estimé la capacité de l’islam à s’implanter dans de nouveaux territoires. L’islamisme européen est né ; un jour il se constituera en partis politiques ayant naturellement pour but de conquérir le pouvoir.
[…] Les « Idiots utiles » continuent de sévir et plus que jamais. Oui, on peut le dire : Ils portent une lourde responsabilité dans le fait que les Européens aient sous-estimé la dangerosité de l’islamisme pour l’Europe et le monde. Ils ne se rendent même pas compte qu’ils sont devenus les « avocats » des islamistes. »

Article complet : http://laicite-revue-de-presse.fr/?p=3727 (MARIANNE n° 931 (du 20 au 26 février 2015), Page 29)

Comment Molenbeek est devenu un État dans l’État

« Depuis des années, la Belgique, qui subit le terrorisme islamiste, est pointée du doigt par les services de renseignement européens et maghrébins. Elle abriterait des foyers de radicalisation et de narcotrafic à Bruxelles, à Anvers et en Wallonie. Les autorités marocaines sont très inquiètes devant la radicalisation hors de contrôle de leurs ressortissants, qui versent dans le crime organisé, le salafisme voire le chiisme, en rupture complète avec leur islam. Les géographes questionnent la dynamique de la communauté marocaine de Belgique, majoritaire dans les berceaux du grand Bruxelles, alors qu’à l’inverse de la France et de l’Espagne, la Belgique n’a pas de passé colonial marocain.Les Rifains se concentrent dans des quartiers qui s’homogénéisent à Roubaix, Tourcoing, Bruxelles-Molenbeek, Rotterdam, Liège… Une partie de cette jeunesse belge frappée par le chômage et la crise se tourne vers le fondamentalisme religieux […].
[…] Austérité ancestrale et culture insulaire, hostilité viscérale au régime marocain et à son islam, rejet de l’Etat qui rappelle la Sicile, liberté religieuse à tous vents, réseaux mafieux structurés par 40 ans de business (10 milliards de $ de chiffre d’affaires annuel) au profit des maffias du Rif et de leurs obligés, du Maroc au Benelux, liberté de mouvement depuis Schengen, absence de surveillance policière efficace, antécédents historiques désastreux, ressentiment, culture de la violence dans un univers hostile, chômage de masse… la base arrière de Molenbeek a une très longue histoire. Pour la première fois, il va peut être falloir poser la question de l’économie de la drogue. » Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :