Archives du blog

une mauvaise idée au placard

Comme on pouvait s’en douter du fait de la mise en place d’un groupe de travail chargé d’y réfléchir, le projet de parrainage individuel d’enfants de la Shoah – initié par Sarkozy - est définitivement abandonné :

Présidé par Hélène Waysbord-Loing, inspectrice générale et présidente de l’association de la Maison d’Izieu dans l’Ain, le groupe de travail, où siégeaient notamment Simone Veil, Serge Klarsfeld et Claude Lanzmann, a rendu public son rapport hier. Il exclut le parrainage d’un enfant mort par un vivant « afin de ne pas traumatiser un public jeune ». « Il faut aborder le sujet de façon concrète par l’étude d’un nom, d’un visage, plus rarement de traces écrites, lettres ou portraits », plaide-t-il de façon très générale. Mais si l’on part « d’un exemple singulier (d’un enfant ou d’un groupe d’enfants) », c’est pour aller ensuite « au plus général ». « L’approche par les enfants victimes doit éviter le compassionnel, avertit-il. Il doit aussi privilégier la vie, c’est donc avant tout l’itinéraire des enfants avant leur déportation qui est évoqué. » Libération (19-06-2008)

C’est exactement ce que je disais dans un billet précédent. 
Voilà une bonne chose de faite.

15 jours

Cela aura été la durée de vie du projet de Sarkozy de confier à chaque enfant de CM2 la mémoire d’un enfant juif victime de la Shoah, la commission chargée du sujet l’ayant trouvé « inapplicable » (Libération du 28-02-2008). Ce projet impopulaire (85 % des français sont contre selon un sondage Ifop) a réuni contre lui des psychologues, des enseignants et des historiens. Ceux-ci réagissent sur le rapport entre émotion et histoire, évoqué dans le billet précédent ;  l’article de B.Lefebvre et S.Trigano paru dans Libération, "L’émotion contre l’histoire", apporte des éléments intéressants : Lire la suite

la Shoah n’a pas besoin de ça

[..] faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d’un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah », a déclaré M. Sarkozy. « Les enfants de CM2 devront connaître le nom et l’existence d’un enfant mort dans la Shoah. Rien n’est plus intime que le nom et le prénom d’une personne. Rien n’est plus émouvant pour un enfant que l’histoire d’un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui », a-t-il ajouté. (source : Libération, 14-02-2008)

Voilà donc la nouvelle idée de M.Sarkozy, rendue publique lors de son intervention au dîner du CRIF (une première, ceci dit en passant, pour un président de la République…). Mais qu’est-ce que c’est encore que cette ânerie ? Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  840 followers