Archives du blog

vote Le Pen : verbatim

Après le 1er tour de l’élection présidentielle, beaucoup d’articles et d’analyses se multiplient pour expliquer le vote en faveur de Marine Le Pen. On peut utilement, en effet, croiser les données sociologiques pour se rendre compte que le vote Le Pen est important chez les ouvriers, les artisans-commerçants, les peu diplômés, les fonctionnaires de catégorie C, les 35-44 ans… On peut aussi utiliser l’analyse territoriale pour affiner. Au premier abord, la carte du vote FN à l’échelle des départements est proche de la carte du chômage. Mais cela ne suffit pas car elle la déborde. A des échelles plus fines on peut voir le le vote FN est fort dans le rural désertifié, l’urbain désindustrialisé ou le péri-urbain touché par l’insécurité… et très faible dans les centres villes. On peut croiser des milliards de données pour caractériser les électeurs du FN. Mais on peut aussi les  écouter car le vote est avant tout un message politique. Morceaux choisis : Lire la suite

Publicités

Hollande : c’est pas gagné

Il ne faudrait pas se réjouir trop vite : virer en tête au 1er tour ne garantit pas que l’on franchisse la ligne finale en premier. Il y a eu des précédents.

Certes, le candidat sortant n’est pas en tête, mais l’écart est faible : 28,6 % pour Hollande et 27,2 % pour Sarkozy cela ne fait que 1,4 point ! Certes 73 % des électeurs ont voté « contre Sarkozy » comme dit Sarkofrance, mais au second tour toutes les cartes sont rebattues. Chaque électeur a le choix entre quatre possibilités : abstention, vote blanc et l’un ou l’autre des candidats. Tout va donc dépendre du report de voix et de l’abstention, de l’abstention de ceux qui ont voté au 1er tour et/ou du vote de ceux qui se sont abstenus au 1er tour. Lire la suite

Badinter est fasciste et puis c’est tout !

Branle-bas sur le web : Badinter, de son prénom Elisabeth, est devenu un suppôt de Marine Le Pen, une « mariniste », une lepéniste, bref une fasciste. Vous ne me croyez pas ? Mais puisque je vous le dis…
Sur Médiapart on s’en émeut : « Elisabeth Badinter et la laïcité lepénisée », « je ne pouvais penser que cette philosophe soit tombée aussi bas » ; sur Politis aussi : « Badinter qui crédite (à tort) Marine Le Pen d’être la seule à défendre la laïcité », « Badinter apporte une grosse pierre à la lepénisation des esprits » !

« Lepénisation des esprits », voilà, les gros mots sont lâchées ! Mais qu’a-telle dit exactement ?
Dans un interview au Monde des religions intitulé « Un peu de Kantisme dans notre société serait bienvenu », qui évoque la fin des idéologies et le retour du religieux, en réponse à la dernière question, elle dit la chose suivante : Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :