Archives du blog

retour sur un mariage annulé

L’affaire de l’annulation d’un mariage par le tribunal de Lille a fait grand bruit au début du mois : elle a déclenché une énorme indignation des milieux associatifs et politiques… puis une indignation sur l’indignation, celle des « juristes blogueurs influents ». Et franchement, j’ai beau retourner les choses dans tous les sens, la plus pénible des deux a été pour moi la dernière.
J’ai bien lu Jules et Maître Eolas qui expliquent en long et en large pourquoi il n’y a rien à redire à ce jugement d’un point de vue juridique, pourquoi il ne pouvait en être autrement et pourquoi la première indignation était totalement exagérée, déplacée, le fait d’ignorants du droit, de professionnels de l’indignation, voir même d’intolérants, et, disons-le entre les lignes, de xénophobes.
Et bien oui, après avoir lu tous ces billets indignés sur l’indignation et les commentaires qui allaient avec, il me reste comme un sentiment de malaise.

Lire la suite

beaucoup de bruit pour rien

Les termes « ADN », « génétique » font peur. Si on les associe au mot « immigration » comme c’est le cas dans le projet de loi sur la maîtrise des flux migratoires, alors là, c’est la panique : réactions outrancières, pétitions, jusqu’à la secrétaire d’État à la politique de la ville, sur France Inter, qui qualifie ce projet de « dégueulasse » (ceci dit en passant, si les projets de loi du gouvernement auquel elle appartient ne lui conviennent pas elle peut toujours démissionner…).
De quoi s’agit-il ? Lire la suite

vous avez dit “opposable” ?

A l’heure où il est question d’un projet de loi sur le « droit au logement opposable » la lecture des juristes de la blogosphère permet d’avoir des précisions utiles : Lire la suite

la dictature des bons sentiments

canal St-MartinLes bons sentiments en politique ce n’est pas nouveau, ça revient régulièrement. Et ça dégouline partout depuis quelques temps. Ca a commencé en décembre avec l’opération des tentes sur le Canal Saint-Martin, opération de politique spectacle montée par deux pros, un comédien et un producteur, qui ont créé l’association Les enfants de Don Quichotte. Objectif : sensibiliser la population et les politiques au sort des SDF. Lire la suite

loi mémorielle bis

La proposition de loi du PS destinée à punir la négation du génocide arménien, déjà reconnu par une loi de 2001, a été renvoyée sine die sans faire l’objet d’un vote. Pourquoi ? Non pas parce que ce genre de loi pose problème et que l’on souhaite engager un débat de fond, non, c’est pour la plus mauvaise des raisons qui soit : ne pas déplaire à la Turquie, important partenaire commercial. Lire à ce sujet la tribune de Corinne Lepage sur POI qui dénonce les courtes vues économiques de la diplomatie française. Lire la suite

pétage de plomb

Dans la série « pétage de plomb » sur le CPE, nous avons eu le pouvoir exécutif qui promulgue une loi et décide de ne pas l’appliquer en attendant la suivante qui doit la modifier…
Il y a aussi les étudiants bretons d’une université de Rennes qui adoptent le look Corsica Natione…
O tempora, o mores


plus d’info

caricatures (3)

Très bon reportage d’Envoyé spécial hier sur France 2 où l’on voit que des imams danois fondamentalistes, aidés de l’ambassadrice d’Egypte au Danemark, ont monté et diffusé tout un dossier (caricatures + faux documents) pour exciter l’opinion musulmane contre le Danemark…
Résultat des courses : au lieu de condamner cette manipulation, un député UMP du Gard propose une loi pour interdire les propos et les actes injurieux contre les religions… Faut arrêter la mauresque ! 😡
Voir aussi l’article du Monde à ce sujet : Retour sur caricature

l’histoire au péril de la loi (2)

Concurrence victimaire ou mémorielle (on dirait que chacun veut sa Shoah), jugement anachronique pour mettre le passé au service du présent, volonté d’imposer une histoire officielle de la part de lobbies (politiques ?), procès d’historiens… Face à cela 19 historiens viennent de signer une pétition pour la liberté de l’histoire qui rappelle à juste titre que l’histoire n’est ni mémoire, ni morale, ni objet juridique et qui demande l’abrogation de tous les articles de lois ayant trait à l’histoire :

« Dans un Etat libre, il n’appartient ni au Parlement ni à l’autorité judiciaire de définir la vérité historique. La politique de l’Etat, même animée des meilleures intentions, n’est pas la politique de l’histoire.
C’est en violation de ces principes que des articles de lois successives ­notamment lois du 13 juillet 1990, du 29 janvier 2001, du 21 mai 2001, du 23 février 2005 ­ ont restreint la liberté de l’historien, lui ont dit, sous peine de sanctions, ce qu’il doit chercher et ce qu’il doit trouver, lui ont prescrit des méthodes et posé des limites.
Nous demandons l’abrogation de ces dispositions législatives indignes d’un régime démocratique. »

%d blogueurs aiment cette page :