Archives du blog

licencier des fonctionnaires

Licencier des fonctionnaire ? Oui, c’est possible. Est-ce-que c’est nouveau ? Oui et non.
En fait le licenciement était déjà mentionné à l’article 24 de la loi de 1983 sur les droits et obligations des fonctionnaires, mais n’était semble-t-il utilisé que très rarement, en cas de faute grave. C’était une sorte de sanction.  Ce qui change aujourd’hui c’est que le licenciement peut intervenir suite à une réorganisation de l’administration selon le schéma suivant : réorientation professionnelle, mise en disponibilité, licenciement après refus de trois postes. C’est ce que dit le décret relatif à la situation de réorientation professionnelle des fonctionnaires de l’Etat : Lire la suite

baisse des salaires ?!

deflation« Pour que le canal de la compétitivité fonctionne, il faut un degré élevé de flexibilité à la baisse des salaires et des prix, qui faciliterait l’ajustement des marchés nationaux du travail aux chocs économiques, ainsi que l’allocation efficiente du facteur travail et des autres ressources. »

Pardon ? C’est quoi qu’est-ce ? C’est pas sous-titré ? Qu’est-ce qu’il dit le monsieur ?
Lire la suite

trop de fonctionnaires ?

Ne dites pas à mes amis que je suis fonctionnaire, ils croient que je suis vendeur de shit dans le neuf-trois…
Ce pourrait être la devise de beaucoup de fonctionnaires tant il est de bon ton ces temps-ci de leur taper dessus (trop nombreux, trop coûteux, trop ceci ou trop cela…), comme s’ils étaient les seuls responsables des difficultés économiques du pays et qu’en réduire le nombre était LA solution. Le Centre d’analyse stratégique vient fort à propos mettre un peu de nuances dans tout ça en proposant une étude sur les évolutions de l’emploi public dans les pays développés depuis 1980. Qu’y apprend-t-on ? Lire la suite

des fonctionnaires…

« …moins nombreux mais mieux payés » a dit notre bougeant président.
L’Intersyndicale Fonction Publique appelait hier à la grève car « les deux revendications prioritaires portant sur le pouvoir d’achat et l’emploi public ne sont toujours pas prises en compte par le gouvernement ». En terme clair les syndicats en question (CGT, UNSA, CFDT) veulent des augmentations de salaires sans suppression de postes. Pourquoi cette position ? Stratégie à étapes ? 23 000 postes supprimés sur un total de 5,2 millions d’agents ce n’est pas énorme. Pourquoi au contraire ne pas prendre le président au mot et mettre l’accent sur les salaires ?
Reste bien sûr à s’entendre sur l’expression « mieux payés »… Là où les syndicats, à juste titre, parlent augmentation du point d’indice c’est à dire de la brique de base qui permet d’augmenter tous les agents (déjà expliqué dans un billet précédent), le gouvernement parle déroulement de carrière ou mesures ciblées… A suivre.
Sans oublier qu’un fonctionnaire mal payé peut devenir un fonctionnaire déprimé ou pire, corrompu  😉

les profs à la rue

Environ 22 000 enseignants ont manifesté hier à Paris (précision : 30 000 selon la fourchette haute des syndicats + 13 500 selon la police égale 43 500 que je divise par 2 soit 21 750 cqfd) pour protester notamment contre les suppressions de postes et indirectement pour défendre les salaires. Or il semblerait que dans un passé récent ces revendications aient joué l’une contre l’autre, au profit de la première ; autrement dit, les syndicats et les enseignants en se focalisant sur la défense des emplois – pour améliorer des conditions de travail qui se dégradaient du fait de l’arrivée de « nouveaux publics plus difficiles » – ont de fait renoncé à la défense du pouvoir d’achat qui a baissé depuis 25 ans. C’est ce que dit l’étude de deux économistes : Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :