Archives du blog

les classes moyennes au coeur du débat

Les classes moyennes semblent être un enjeu majeur des élections de 2012. Tout le monde se les arrache.

Sarkozy estime que François Hollande se livre « à une attaque absolument sans précédent contre les classes moyennes […] avec la progressivité de la CSG, avec la suppression du quotient familial, avec l’indexation sur le revenu de la consommation d’eau, de gaz et d’électricité, avec l’instauration d’une nouvelle tranche supplémentaire de l’impôt sur le revenu ».

Hollande répond que les classes moyennes n’ont bénéficié ni « du bouclier fiscal ni des avantages qui ont été donnés aux plus gros contribuables. […] Les classes moyennes n’en peuvent plus, et je les comprends. Elles ont été ponctionnées pendant cinq ans, elles seront protégées. »

Pécresse ajoute : « Quand François Hollande dit: « Les riches payeront », ce discours est un cheval de Troie pour préparer à une taxation des classes moyennes. » Lire la suite

Publicités

l’Elysée m’écoute !

Ça vous épate ? Et bien c’est vrai, l’Élysée a suivi mes conseils. Dans un billet précédent, je disais que pour sa petite réforme fiscale à un an des présidentielles, le gouvernement ne devait pas se louper et tenir compte  des classes moyennes, avec la « suppression du bouclier fiscal et [le] maintient de l’ISF avec quelques aménagements pour éviter l’effet « Ile de Ré » »…

C’est exactement ce qui a été choisi : le bouclier fiscal, très impopulaire après la crise, est supprimé, le seuil d’entrée dans l’ISF est relevé à 1,3 M€ (au lieu de 0,8 M€) ; s’y ajoutent une taxation plus importante des héritages au dessus de 900 000 € par part et une taxation des exilés fiscaux. Lire la suite

fiscalité : réforme ou révolution ?

A l’heure où le gouvernement planche sur une réforme fiscale, l’économiste Thomas Piketty et deux de ses confrères ont eu la bonne idée de lancer un site proposant une « révolution fiscale ». Le mot révolution ainsi que la couleur rouge du site ont sans doute été choisis pour attirer le gauchiste moyen qui fonce sur le rouge comme le taureau de combat sur la muleta, mais si techniquement c’est une révolution, une remise à plat complète du système fiscal, l’objectif demeure modéré : « rétablir un minimum de progressivité » de l’impôt.

Il s’agit de remplacer un grand nombre d’impôts et de taxes (la contribution sociale généralisée, l’actuel impôt sur le revenu, le prélèvement libératoire, la prime pour l’emploi, le bouclier fiscal…) par un nouvel impôt sur le revenu à la fois plus simple, plus clair et plus juste :
« Ce nouvel impôt sur le revenu, payé par tous les Français, sera prélevé à la source sur les revenus du travail et du capital (comme l’actuelle CSG, avec la même assiette que cette dernière [salaire, revenu d’activité non salarié, retraite, chômage, revenus du capital, y compris les plus values]) suivant un barème progressif (comme l’actuel impôt sur le revenu) » ;  mais à la différence de ce dernier, il serait « exprimé en taux effectif directement applicable à la totalité du revenu, et non en taux marginal [par tranche]. » Lire la suite

TVA so what ?

La TVA sociale est le sujet incontournable du moment dans les médias et sur les blogs. N’y connaissant rien (ou si peu) j’ai fais un peu le tour pour voir, pour tenter de suivre la polémique, puisque polémique il y a. Le billet d’Econoclaste, assez ancien, est trop compliqué pour moi. Par contre la lecture des textes suivants m’a semblé éclairante : les articles de l’Expansion, l’Express et wikipedia, les billets d’etarcomed et de Telos. Mais de là à avoir un avis sur la question… Ce que je perçois c’est que c’est une mesure très technique à qui on donne des objectifs multiples, qu’on joue sur du velours et que l’on est pas sûr des conséquences positives. Les experts divergent. Bref il faut peut-être encore réfléchir et tester, au delà du traditionnel combat droite/gauche. Mais on est à la veille du second tour des législatives, alors on s’écharpe, on s’invective. Et le PS se sert de cette mesure comme argument électoral… en oubliant que DSK lui-même (sur son blog) y avait songé :

Mon idée est d’utiliser les « points forts » de la TVA pour poursuivre des objectifs clairs et précis. Premier objectif : la lutte contre les conséquences des délocalisations et la défense de l’emploi. La TVA doit pouvoir être mobilisée pour taxer davantage les produits qui proviennent quasi-exclusivement de l’importation, le cas échéant après une délocalisation massive. Deuxième objectif : la défense de la santé et de l’environnement. La TVA doit « aider » le consommateur à ne pas acheter des produits dommageables en matière de santé […] ou en matière environnementale, lorsque les produits sont très polluants. 

Ce qui revient à dire qu’on peut moduler la taxe selon les produits, donc la limiter par exemple sur ceux de première nécessité pour compenser le coté injuste de cet impôt… A suivre…

%d blogueurs aiment cette page :