Archives du blog

Sarkozy, c’est fini : les signes qui ne trompent pas

D’aucuns passent leur temps à décortiquer les sondages, comparer les élections, multiplier les projections savantes pour essayer de prévoir au millimètre près le futur vote. Exercices laborieux et chronophages, pétris d’algorithmes et d’incertitudes. Alors qu’il suffit d’observer certains signes avant-coureurs qui ne trompent pas : les rats. Quand les rats quittent le navire, c’est qu’il coule ! C’est pas Costa qui dira le contraire…

Ainsi cet ancien conseiller éducation de Sarkozy (2007-2009) qui se fend d’une tribune dans Le Monde pour clamer : « Après deux ans auprès du président Sarkozy, pourquoi je voterai Hollande ». Lire la suite

écarts de salaires, plafond de verre, temps partiel subi : l’Insee en parle

Il y a peu, à propos de la suppression de la case « mademoiselle » dans les formulaires, en commentaires de billets ou sur Twitter, j’ai vu passer des arguments du style : ce n’est pas important, c’est ridicule, vous feriez mieux de parler de l’écart des salaires… Et bien parlons-en !
Car, ça tombe bien, l’INSEE vient de sortir l’édition 2012 de sa collection Insee Références sur les salaires. Ce que l’on lit dans ce rapport est très clair [c’est moi qui graisse].

Sur l’emploi :

« En dépit d’un mouvement de convergence global, d’importants écarts de taux d’activité demeurent entre femmes et hommes, en particulier entre 25 et 49 ans où l’écart atteint 11,0 points contre 6,6 points chez les 15-24 ans et 7,3 points chez les 50-64 ans. Cet écart est dû pour une large part aux comportements liés à la présence de jeunes enfants. » Lire la suite

administrations : adieu mademoiselle !

mademoiselleÇa y est, la case « mademoiselle » va enfin disparaitre ! Comme quoi la campagne coup de poing organisée en septembre par l’association Osez le féminisme et le buzz qu’elle avait déclenché ont été efficace. Comme quoi quand on le veut, un changement aussi simple à réaliser peut se mettre en place rapidement.

Par une circulaire du 21 février émanant du premier ministre, il est décidé que les termes « mademoiselle » mais aussi « nom de jeune fille » et « épouse de » – termes qui renvoyaient la femme, et elle seule, à son statut marital et qui établissaient donc une inégalité de traitement – sont supprimés des formulaires administratifs.
Il n’y aura plus que « madame » ou « monsieur ». Osez le féminisme incite les entreprises et organismes privés à faire de même.

Ce qui est proprement hallucinant, et qui ne manquera pas d’étonner les générations futures, c’est qu’il ait fallu attendre le début du 21e siècle pour établir un élément d’égalité aussi simple et basique. Comme quoi la charge symbolique et le degré de résistance étaient beaucoup plus importants que certains ne voulaient bien l’admettre. Lire la suite

laïcité : le retour à gauche ?

Effel-laicitéQue ce soit avec Hollande au Bourget ou Mélenchon à Villeurbanne, cette campagne électorale se signale par un retour du mot laïcité dans les discours de gauche. C’est une surprise, voir un retournement.

Longtemps dévoyée, à droite comme à gauche, par l’adjonction d’adjectifs qui en dénaturaient le sens (laïcité « ouverte »,  « positive », « plurielle »…), de fait abandonnée par des élus locaux soucieux d’acheter la paix sociale en misant sur le religieux par faiblesse ou par conviction, la laïcité a finalement été récupérée par le Front National qui n’en est pas à une contorsion idéologique près. D’autant que ces temps-ci le FN a tendance à ramasser tous les sujets qui trainent…

Il était temps de réagir. Mais qu’en est-il exactement ? Des discours aux programmes, y-a-t-il une cohérence ? Lire la suite

Sarkozy y va, mais…

Sarkozy vient de déclarer officiellement sa candidature à la présidentielle mais il ne m’a pas l’air très motivé. Il y va, dit-il, parce que la France traverse une crise sans précédent depuis 1945 et qu’un « capitaine n’abandonne pas le navire en pleine tempête ». C’est l’effet Costa Concordia… D’autant que je ne crois pas qu’il y ait eu un cas de président sortant ne se représentant pas…. Cela aurait fait désordre, un peu lâche.

Lire la suite

Une blogueuse dans la farine

Le saviez-vous ? La personne qui a jeté de la farine mercredi sur François Hollande est une blogueuse !
Je vois certains venir : « ça c’est bien un truc de fille ! ». Car qui dit farine dit gâteau, goûter, enfants, cuisine et donc femme… Et bien non ! Détrompez-vous, ce n’est pas un truc de fille, c’est avant tout un truc de gauche ! Contrairement à l »entartage qui est un truc de droite, car pour faire une tarte il faut un four, pour avoir un four il faut un logement, pour avoir un logement il faut être riche. La farine, elle, est accessible à tous : il suffit d’aller à l’épicerie du coin acheter un kilo de farine, ça coute un euro environ. Tout un symbole.

Lire la suite

les classes moyennes au coeur du débat

Les classes moyennes semblent être un enjeu majeur des élections de 2012. Tout le monde se les arrache.

Sarkozy estime que François Hollande se livre « à une attaque absolument sans précédent contre les classes moyennes […] avec la progressivité de la CSG, avec la suppression du quotient familial, avec l’indexation sur le revenu de la consommation d’eau, de gaz et d’électricité, avec l’instauration d’une nouvelle tranche supplémentaire de l’impôt sur le revenu ».

Hollande répond que les classes moyennes n’ont bénéficié ni « du bouclier fiscal ni des avantages qui ont été donnés aux plus gros contribuables. […] Les classes moyennes n’en peuvent plus, et je les comprends. Elles ont été ponctionnées pendant cinq ans, elles seront protégées. »

Pécresse ajoute : « Quand François Hollande dit: « Les riches payeront », ce discours est un cheval de Troie pour préparer à une taxation des classes moyennes. » Lire la suite

Sarkozy… c’est fini…

Au vu de l’interview d’hier, y’a pas à tortiller : il est cuit !
Proposer en toute hâte une batterie de mesures dont la plupart ne peuvent pas être appliquées tout de suite, ce n’est pas gouverner, c’est annoncer un programme. Et si c’est un programme, pourquoi ne pas dire carrément qu’il est candidat ?

Tout ça sent la précipitation. Et cela ne servira sans doute à rien. Sarkozy tourne à vide. Il est devenu inaudible car il a épuisé son capital confiance et sympathie. Il  En fait la politique c’est comme le soleil : quand on a épuisé son capital on prend des coups pour rien et on s’expose au mélanome…

Allez, une petite chanson pour sa route : Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :