le mariage ouvert à tous : enfin !

mariage-pour-tous-voteÇa y est, c’est fait ! Le 23 avril 2013 sera une date à graver dans le marbre : l’Assemblée Nationale a rendu, par son vote, le droit au mariage universel. C’est historique.
Les homosexuels ne sont plus des citoyens de seconde zone, mais des citoyens à part entière. Merci, entre autres, au talent et à la détermination de Christiane Taubira, qui a fait hier un discours émouvant.

Concrètement, cela ne va pas bouleverser la société française : des couples homos vont se marier – ce qui constituera peut-être, comme en Belgique où la loi le permet depuis 10 ans, 5% des mariages – des hommes et des femmes vont pouvoir adopter l’enfant de leur conjoint, bénéficier du congé parental ou de la même mutuelle…

La véritable révolution est ailleurs : elle est symbolique, morale, éthique.
A compter de ce jour, l’homosexualité entre dans la norme de la République française, les citoyens homosexuels deviennent les égaux des citoyens hétérosexuels, l’hétérosexualité seule n’est plus normative. L’homophobie, que ce soit de la crainte, du dégoût ou de la haine, ne va pas disparaitre d’un coup bien sûr. Il est plus facile de changer les lois que les mentalités qui évoluent lentement. Mais maintenant, l’homophobie, ça va être le problème des homophobes : la pathologie change de camp.
La virulence des débats à l’Assemblée comme dans les manifs, montre bien l’importance de cette modification du système de valeurs.

Barjot s’est plainte d’insultes à la sortie de l’AN hier. Mais n’était-ce pas elle qui disait : « Hollande veut du sang, il en aura ! » ? Pas très chrétien tout ça. Comme le dit l’Évangile (Mt 26,52) : « tous ceux qui prendront l’épée, périront par l’épée »… Je comprends que l’on soit attaché à un modèle traditionnel de famille ou que l’on estime qu’un enfant doive être éduqué par un homme et une femme. On peut en débattre. Mais de là à tomber dans la caricature ou l’exagération qui a consisté, par exemple, à parler de dictature ou de coup d’état… On dirait l’extrême-gauche, tiens. Sans compter les contresens et les âneries débitées à longueur de journée, du style « vous êtes en train d’assassiner des enfants ! ».

Les opposants à la loi, on aussi souvent placé le débat sur des hors sujets comme la PMA, qui n’est possible que pour les couples stériles ou la GPA, qui est interdite en France. Mais là aussi je suis étonnée de la posture de certains catholiques : ne considèrent-ils pas le Christ comme le fils de Dieu alors qu’il était l’enfant biologique de Marie et Joseph ? N’était-ce pas là le premier cas de gestation pour autrui ou d’insémination artificielle ? Un certain Gabriel, ange de son état, a d’ailleurs eu un rôle pas très clair dans l’histoire…

Au delà de ces histoires de reproduction, de filiation ou de famille, ce qui coinçait, bien sûr, c’était l’homosexualité. Le blogueur du Salon beige, lors d’une discussion sur Twitter, m’a donné le lien vers le catéchisme officiel de l’Église catholique. Au chapitre « La vocation à la chasteté », il est dit que les actes homosexuels sont « contraires à la loi naturelle », qu’ils « ferment l’acte sexuel au don de la vie » et qu’ils « ne sauraient recevoir d’approbation  » ; l’homosexualité est une « propension objectivement désordonnée [qui] constitue pour la plupart [des homosexuels] une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. »

L’Église ne condamne donc pas les homosexuels mais l’homosexualité, la seule sexualité autorisée étant celle qui a lieu entre un homme et une femme mariée, en dehors de toute contraception ou avortement.  Ceux qui ont manifesté étaient sans doute très attachés à cette vision de la sexualité, vision que tous les catholiques  ne respectent pas complètement dans le cadre de leur hétérosexualité d’ailleurs.

En fait c’est une partie conservatrice ou « orthodoxe » des catholiques qui voulaient faire pression pour imposer ses principes. Mais la France étant un pays laïque, elle n’est pas tenue de s’imposer des lois religieuses. Pas plus que les repas cachères ou halals dans les cantines, la vision catholique de la sexualité, n’a à s’imposer pour le mariage civil. Malgré un look branchouille ou bon enfant, en rose et bleu, il s’agit là d’une droite « aristo-réactionnaire » comme le dit Authueil dans une analyse très juste.

Barjot qui se proclame « catho branchée » et qui a bien choisi son nom, est allée très loin dans le n’importe quoi, au point d’aller dire aux intégristes musulmans de l’UOIF : « vous êtes notre espérance » ! Ceci dit, le collectif « Manif pour tous » comprenait dans ses rangs un membre de l’UOIF, Camel Bechickh. Curieux positionnement, tandis que Marine Le Pen est restée bien silencieuse…

Dans la série Mme Foldingue, j’ai préféré Boutin, qui est souvent drôle à son insu. C’est ça le véritable talent comique. Hier, sur BFM TV, elle en était à dire qu’elle n’assisterait pas au mariage en mairie d’un couple homo, mais qu’elle irait quand même trinquer au champagne. J’ai beaucoup rit. Ce n’est pas une mauvaise femme.

Il y a eu aussi Guaino, plus touchant, mais souvent moins drôle dans le rôle du chien abandonné.
Le duo Barjot-Boutin l’emporte haut la main. Il a sûrement de l’avenir dans la politique spectacle. Dans la politique tout court, c’est moins sûr.
Merci à Guillaume d’avoir illustré ma pensée.

Publié le 24 avril 2013, dans politique et société, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur le mariage ouvert à tous : enfin !.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :