les islamistes ne sont pas dangereux…

Charlie Hebdo film anti-islamOui, les islamistes ne sont pas dangereux !
Ce sont leurs « idiots utiles » qui le sont.

Entendons-nous bien. Les islamistes sont dangereux de par leur idéologie et surtout leurs méthodes (destructions de patrimoine, attentats, assassinats, manifestations violentes…). Mais ça, c’est à peu près clair et facilement repérable. Ils jouent leur jeu, avancent leurs pions, repoussent les limites, pour arriver à leurs fins.
Bref ils font la guerre.
Ce qui à mon avis est tout aussi dangereux car plus sournois, c’est le fait de manquer de fermeté et de clarté quand il s’agit de défendre, face à eux, les valeurs fondamentales de la démocratie, de la République, bref de l’esprit des lumières.

La liberté d’expression en est un bon exemple.
Que des islamistes et autres intégristes hystériques entrent en transe et s’égosillent à grand renfort de haine chaque fois qu’ils considèrent qu’il y a blasphème à l’encontre de leur prophète, c’est leur problème. Que des humanistes, des modérés, des libéraux, des gens de gauche leur trouvent des excuses ou accèdent à leurs injonctions, par faiblesse, confusion, inconscience ou complicité, c’est grave. Car rien n’est jamais définitivement acquis.

Hier sur iTélé, Salman Rushie – dont le montant auquel sa tête est mise à prix par les mollahs a d’ailleurs augmenté – disait justement : « la volonté de défendre la liberté intellectuelle, artistique est plus faible qu’avant. Les gouvernements cèdent. Publier les Versets Sataniques serait impossible aujourd’hui ». 
Et en effet, les gouvernements marchent sur des oeufs.

A Paris, alors que Valls a pris la bonne décision de renforcer la sécurité des locaux de Charlie-Hebdo qui publie ce jour des caricatures de Mahomet, le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, en visite au Caire a « condamné » ces caricatures et a affirmé être « contre les provocations en cette période hostile ».
En période hostile ! A qui la faute ? Le point de départ de tout cela est un petit film minable qui aurait dû rester enterré sur YouTube entre une vidéo de chat et un clip de rap ; mais ce film a été traduit en arabe et envoyé à des militants islamistes libyens qui ont saisi ce prétexte pour organiser (ou couvrir ?) une manifestation et une attaque à l’arme lourde contre l’ambassade américaine… le 11 septembre.

Pourquoi ne pas plutôt saisir l’occasion pour dire poliment, mais clairement, que tout cela entre dans le cadre de la liberté d’expression qui implique le droit de choquer et qui est un principe non négociable en Europe ?

A Washington on tergiverse. Comme le souligne un journal danois, « dans une tentative maladroite de mener une realpolitik, les Etats-Unis ont essayé de concilier la prise en compte des sentiments religieux des musulmans avec une condamnation de la violence, mais Washington n’a pas dit un mot sur la liberté d’expression et ses limites. La grande majorité du monde musulman, représentants du pouvoir et populations confondus, est manifestement convaincue que le film en question a outrepassé les limites de la liberté d’expression, que les responsables doivent être emprisonnés et que le président Obama doit adresser des excuses aux musulmans du monde entier. »

Certains veulent même ouvrir le débat sur les limites de la liberté d’expression en matière de religion. Allons bon ! Et pour quoi faire ? Pour ajouter à la confusion ambiante ?

Comme le rappelle ce jour un juriste dans Libération « non seulement il n’existe plus de délit de blasphème en France depuis 1791 puis 1881, mais encore, dans une république laïque, il n’existe tout simplement pas de blasphème. La liberté d’expression ne saurait donc être limitée par la liberté de croyance. La seule limite en ce domaine est le respect de l’ordre public, qui prohibe l’incitation à la haine, la discrimination, ou encore l’incitation à la violence à l’égard non pas d’une religion, mais des personnes qui la pratiquent. La nuance peut paraître subtile mais elle est fondamentale, c’est le citoyen que protège la république, pas sa croyance. »
Il rappelle aussi que tout cela n’est pas anodin : l’Organisation de la conférence islamique (OCI) n’a de cesse depuis des années de faire pression sur l’ONU pour instaurer une condamnation du blasphème

Le recteur de la mosquée de Paris est « consterné » par les caricatures, après avoir mis en garde contre tout risque d’amalgame entre extrémistes et ensemble des musulmans suite aux évènements de Libye… Comme d’habitude. Ce qu’il n’a pas compris, c’est que c’est ce type de réaction récurrente qui conduit à l’amalgame, en donnant le sentiment que sa préoccupation première est la défense des musulmans et non la condamnation inconditionnelle de l’islamisme.

Les gens qui ici, dans un État de droit, condamnent à demi-mot les islamistes ou ne défendent pas clairement la liberté d’expression, ne rendent pas service à ceux qui se battent pour les libertés ailleurs, là où c’est vraiment risqué… En Libye justement, une manifestation a eu lieu pour s’excuser auprès du peuple américain et pour condamner le terrorisme. C’est courageux :

Benghazi -Libye -13/09/2012 (France 24)

Bien sûr ici, on peut se permettre de se gausser, de dire que c’est pas important, que c’est crétin, d’accuser Charlie-Hebdo de vouloir faire du fric, de parler de diversion

Et pourtant, la caricature est une tradition de longue date en France, mais comme d’hab’ il est plus facile de taper sur des chrétiens ou des juifs qui ne menaceront personne… Facile… Mais ne faisons pas d’amalgame. Tous les blogueurs / twitteurs ne sont pas de lâches gauchistes, pour preuve :

Publié le 19 septembre 2012, dans BEST OF, politique et société, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 18 Commentaires.

  1. Voir mon com’ sur le blog de Nicolas … Je sais je suis trop paresseuse … ou fatiguée😀 pour faire une note sur mon blog !… [J’enseigne à un public exigeant …]
    Je suis largement d’accord avec ton excellente note …
    Sauf que dans la pratique diplomatique, comme dans la gestion administrative, la notion « d’opportunité » est licite et loin d’être condamnable.
    Fabius est un homme intelligent, ça tout le monde le sait, mais éminemment courageux … et en ce moment, en milieu hostile, il négocie … la vie d’otages français, la vie d’une population prise en otage au Nord du Mali …
    Mesurons nos propos à son sujet et au sujet de ses propos sur CE sujet … Son taf du jour, avec ces enjeux-là, monsieur tout-le-monde n’est pas capable de le mener à bien.
    Respect Lolo.
    BzPolluxe

    • Je comprends ton point de vue et le coté diplomatique. Mais je me pose la question : n’est-il-pas possible de négocier – sachant que cela revient souvent à une question d’argent – sans renoncer même seulement en apparence à ses valeurs ? N’est-ce-pas contreproductif à long terme ? Et source de confusion ?

      • Nous pouvons avoir une opinion personnelle, mais émettre un conseil sur ce sujet à un serviteur de l’Etat du niveau de compétence et d’éthique de Laurent Fabius et de l’équipe de hauts fonctionnaires qui l’entoure, me parait un peu candide.
        Bz

    • Candide sans doute… Mais je n’avais pas l’intention de donner à proprement parler un conseil.

  2. Super article comme j’aimerais en faire si je n’étais pas si fainéant. L’analyse, la synthèse, tout y est !

  3. Ca nous fait oublier les Roms… comme on avait oublié le terrorisme islamiste pendant quelque temps… Nous sommes pris entre deux (?) (mille ?) feux. Je me demande combien de temps nous allons résister.

  4. La liberté d’expression ne saurait donc être limitée par la liberté de croyance. La seule limite en ce domaine est le respect de l’ordre public, qui prohibe l’incitation à la haine, la discrimination, ou encore l’incitation à la violence….

    Pas mieux.

  5. Tu devrais écrire plus souvent.

  6. on ne se gausse pas en tout cas pas moi même si je pense qu’il y a autre chose à faire de la part de Charlie Hebdo dans cette période ou l’on tue un ambassadeur et l’on brule tel ou tel édifice.
    C’est aussi simple que ça et ça n’a rien à voir avec la liberté d’expression et la religion.

    Le monde a besoin d’apaisement et ce n’est pas en mettant de l’huile sur le feu que certains se calmeront.

    • « Certains » prennent le moindre prétexte pour s’enflammer. Je ne suis pas sûre que se plier à leurs injonctions les calme : cela peut au contraire leur donner le sentiment que l’on cède et les conforter dans leur posture.

  7. Non Charlie!
    Je ne suis pas d’accord avec vous et me battrai toute ma vie s’il le faut pour que vous ne puissiez pas, sous couvert de liberté, fouler au pied le sens de toute transcendance. Pour vous c’est la liberté qui transcende… pour eux, c’est la transcendance qui libère !

    Non Charlie
    Au nom de la liberté d’expression, ce n’est pas votre vie que vous mettez en jeu mais la vie d’autrui…
    Y avez-vous songé un tant soit peu ? À vos compatriotes au Caire, à Tunis, ou à Tripoli ? Qui n’auront bientôt plus l’occasion de vous lire…

    Non Charlie
    Votre caricature est une injure pour toute personne qui a deux grammes d’intelligence et un minimum de connaissance de l’état des lieux, des forces en présence et du désir de vengeance auquel vous venez de donner naissance.

    Non Charlie
    On n’a pas le droit de s’octroyer tous les droits, d’offenser et de défoncer les gens dans ce qu’ils ont de plus sacré : l’objet de leur Foi ou de leur désarroi.

    Non Charlie
    Il n’y a pas que la liberté… il y aussi le secret qui rime avec le plus grand respect que l’on doit à tous ceux avec lesquels nous désirons vivre et mourir en paix.

    Non Charlie
    Je sais que vous savez ce que tout le monde sait : que toute mauvaise cause entraine les pires effets … des innocents vont devoir payer votre petite liberté de libre penseur sans un brin de responsabilité.

    Non Charlie
    On n’a pas le droit de toucher au prophète quand on veut se payer des têtes. Si les islamistes ne vous reviennent pas… il faut aller le leur dire en face, sans violer avec vos sombres desseins, leur religion et leur trace.

    Non Charlie
    Ne parlez plus de liberté d’expression… mais de valeurs et d’échelle de valeurs.
    Et sur cette échelle il est, semble-t-il important de vous rappeler que la liberté de conscience est première. On n’est pas obligé de l’honorer certes, mais on n’a pas le droit de la déshonorer.

    Non Charlie
    Votre caricature n’est qu’une imposture.
    De plus, c’est du marketing qui va couter la vie à tous ceux qui croient qu’on peut rire de tout et avec tout le monde. C’est une déclaration de guerre… guerre de religion dont aucune libre expression au monde ne peut être fière.

    Non Charlie
    Si l’offense est l’expression de votre liberté, admettez alors, la violence, comme expression de leur liberté ! Échange de mauvais procédés.
    Non, ne dites pas « mais » ! Assumez…

  8. « mais comme d’hab’ il est plus facile de taper sur des chrétiens ou des juifs qui ne menaceront personne… »

    Essaie donc de taper sur les juifs et tu verras le nombre de procès que tu auras aux fesses…..

    • Bon des chrétiens uniquement si tu veux… Mais je pensais à des menaces, pas à des procès…

  9. Bravo pour votre texte qui clarifie les enjeux, ce qui n’est pas si facile et que je ne parvenais pas à faire. Un rappel de principes qui paraissent finalement assez solides quand ils sont simplement exposés.

    • Oui au niveau des principes ce n’est pas si compliqué ; seuls ceux qui sont prêts à les remettre en question coupent les cheveux en quatre.

%d blogueurs aiment cette page :