les blogueurs parlent aux blogueurs

appelUn blogueur a lancé un appel à la blogosphère politique pour relayer la mobilisation contre la réforme des retraites…
Je veux bien répondre à l’appel, mais je ne suis pas sûre que ma réponse aille dans le sens souhaité par son initiateur qui dit :
« Messieurs, Dames de la blogosphère, il est temps de sortir l’arsenal numérique, le billet qui fait mouche, ceci est un appel au militant de l’internet qui sommeille en vous. Ne sentez vous pas qu’il se passe quelques chose ? […] Nous devons relayer et soutenir toutes les initiatives qui vont permettre de sauvegarder le droit à la retraite à 60 ans. »

Et bien non. Cette réforme est imparfaite car partielle, technique et sans soute insuffisante, mais comme disait le fondateur du groupe de réflexion socialiste Terra Nova au mois de juin dernier, elle a le mérite d’exister pour faire face à l’urgence. Elle permet aussi de faire sauter le verrou symbolique des « 6o ans » qui d’ailleurs concernent de moins en moins de gens. Le parti socialiste aurait sans doute procédé en douceur en allongeant la durée de cotisation – laissant ainsi les « 60 ans » se vider peu à peu de leurs sens – et en menant une réflexion plus globale. D’autres auraient choisi de ne rien faire et de laisser pourrir le système par répartition. Le gouvernement lui a choisi une réforme a minima et un électrochoc sur les « 60 ans ». Est-ce une bonne stratégie ? Le futur proche le dira.

Mais de là à se mobiliser pour le retrait d’une loi votée à l’Assemblée nationale, à manifester, à s’agiter dans la rue avec force ballons et tambours, dans une ambiance que certains souhaitent – et donc perçoivent comme – révolutionnaire, je dis non. Un peu comme l’ami Disparitus d’ailleurs.
Les élections présidentielles sont dans moins de deux ans, ce qui est court. Tous les partis ont ainsi la possibilité de mitonner un package complet « réforme des retraites ». Leur réflexion devra cependant aller au-delà. On a souvent entendu parler à propos de cette réforme de catégories : les femmes, les mères, les vieux, les jeunes… Mais outre que le système de retraite n’a pas pour fonction de régler les problèmes du monde du travail, il n’a pas non plus à régler le problème du chômage. Ce sont des problèmes situés en amont qui doivent être traités en amont.

Comme le dit Nicolas, notre modelé économique et social « est en train de se casser la gueule ». Et que ce soit pour les retraites, les aides sociales ou l’assurance maladie, il faudra bien se poser les questions de base : qui paye ? pour quoi et pour qui ?
On ne pourra indéfiniment faire reposer le système sur les classes moyennes. D’où la nécessité de supprimer le bouclier fiscal. On peut aussi s’interroger sur la pertinence du maintien de l’AME à l’heure ou les déremboursements se multiplient… On peut réfléchir à beaucoup de pistes, sans tabous. Car cette fois-ci le traitement social du chômage ou la relance par la consommation ne suffiront pas. Cela pourrait même être suicidaire dans un monde globalisé, dérégulé (1) où la Chine s’impose (2).

Bref, il y a du boulot pour les experts en économie, les vrais… Pas Eric Cantona qui propose de faire la révolution en retirant notre argent des banques ! Certains blogueurs se posent naïvement la question de savoir si c’est une bonne idée. Rubin dans un commentaire rappelle que les retraits massifs avaient provoqué le chaos en 1929…

Votez pour cet article sur Wikio

(1) lire ce que disait Maurice Allais, seul prix Nobel d’économie français, à ce sujet : Les effets destructeurs de la mondialisation (ContreInfo.info) et Les tabous indiscutés (Marianne, déc. 2009).
(2) lire Le yuan, les américains et nous (Alternatives économiques, oct. 2010).

Publicités

Publié le 14 octobre 2010, dans politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 14 Commentaires.

  1. Bonne analyse de la situation sauf qu’on peut abroger une loi…

    😉

  2. les retraites ne sont que la goutte d’eau qui fait déborder le vase, c’est davantage dans ce contexte qu’il faut le voir… et ceux qui refusent de le comprendre s’exposent à de sérieuses déconvenues…

  3. @ Stef :
    on peut abroger une loi en effet mais je préfère que cela soit fait lors d’un travail parlementaire plutôt qu’en douce par une non promulgation du pouvoir exécutif suite à une pression de la rue… sinon à quoi ça sert d’avoir un parlement…

    @Mirabelle et Nicolas :
    oui et je crois que cela a été compris puisqu’ils s’empressent de parler de la suppression du bouclier fiscal…

  4. « naïvement », non…D’ailleurs, la fin de mon billet interroge sur les conséquences d’un tel acte…Personne n’a vraiment répondu, à part Seb Musset qui est pour cette idée, ce qui est logique par rapport à son raisonnement global, mais qui reste assez vague sur l’issue d’un mouvement de retrait massif et qui ne propose pas non plus de solution concrète pour le faire. (d’ailleurs, le problème est réglé : les gens « normaux », la classe « moyenne » ne peut pas le faire. Les crédits, les prélèvements mensuels et les revenus modestes le font déjà à leur place…)

  5. Seb n’est pas pour un retrait massif et propose une solution très concrète :
    « Ne pas les quitter et y laisser le moins d’argent possible et, bien sûr, refuser tout contrat de placement ou autre produit « certifié », la cupidité des banques se nourrissant de la nôtre. »

    Il critique aussi le crédit et fait justement remarquer que pour y renoncer il faudrait aussi renoncer à la « course à la gadgétisation »…

    Comme il le dit très bien c’est une question d’éthique personnelle et je trouve son positionnement très juste, même si je ne suis pas sur la même ligne politique que lui.
    Il a au moins le soucis de la cohérence.

  6. @polluxe

    La réforme ce n’est pas « simplement » de repousser les ages de 60 et 65 ans à 62 et 67 ans, c’est aussi de piquer tout le fric du fond de réserve des retraites créée par la gauche pour les années 2020 et +, et c’est l’injustice quant aux nouveaux prélèvements financiers qui seront effectués sur le dos des salariés.

    J’avais écrit un truc la dessus : http://perdre-la-raison.blogspot.com/2010/10/reforme-des-retraites-la-greve-est-elle.html

    le capital n’étant que bien peu concerné par le financement et c’est un réel problème de justice

    bonne journée

  7. Je n’ai pas dit qu’il s’agissait « simplement » de changer les bornes d’âge… mais ce sont bien ces bornes d’âge qui mettent les gens dans la rue et qui étaient dans l’appel…
    Créer, comme tu le dis dans ton billet, une CSR sur le modèle de la CSG assise sur tous les revenus pourrait être une solution.
    Mais je ne pense pas qu’un conflit long forcera un gouvernement de droite à faire une réforme de gauche…

  8. Bonjour Polluxe, l’AME dont tu as parlé, voilà donc un truc qui me rend dingue…
    Sinon j’aime bien ton article. Au moins toi tu sais être mesurée dans tes propos 🙂

  9. je ne sais plus trop si j’ai encore le droit de commenter ici… sinon je vais encore me prendre un coup sur la tête par Nicolas. Donc je m’abstiens. Sinon je dirais bien que le nini n’a jamais fait avancer quoi que ce soit, et qu’un autre monde est possible. Lis donc le manifeste des économistes atterrés… ça t’ouvrira peut être des horizons.

  10. @ Vlad : l’AME c’est en effet du luxe…

    @ GdC : Un lien.. au lieu d’une remarque acerbe…

  11. @polluxe : des liens ? ah je vois… tu aimes le bondage ? je ne suis pas très sm j’avoue…

  12. Dommage 😉

  1. Pingback: La pauvreté est-elle un crime ? « les échos de la gauchosphère

%d blogueurs aiment cette page :