Sarkozy : 5 raisons de ne pas être réelu

SarkozyC’est Stef qui a lancé ce sujet et « notre » Nicolas qui l’a relayé : « J’aimerais savoir ce qu’en pense mes camarades blogueurs, qu’ils répondent eux-mêmes aux raisons pour lesquelles Nicolas Sarkozy serait battu, et si le retour à la retraite à 60 ans leur parait être un gage de victoire. » Voici donc ma contribution.

1/ parce qu’il ne voudra pas se représenter

Sarkozy est un grand enfant qui « tous les matins en se rasant » rêvait d’être président mais qui laissera tomber son jouet après l’avoir cassé. Cette posture infantile était très nette dans la période électorale de 2007 décrite par Yasmina Reza dans son livre L’aube, le soir ou la nuit. Lors de certains meeting électoraux, il piaffait comme un gosse à la vue de la salle : « Tu as vu qui est là ? Y’a un tel ou une telle ! »
Il voulait arriver à ce poste suprême pour prouver sa valeur à quelqu’un. Peut-être son père, toujours vivant. Chirac et Mitterrand quand ils étaient présidents n’avaient plus de père… Ils avaient aussi une manière plus digne d’incarner la fonction.

2/ parce que son image est largement écornée

Critiqué de partout, en France et à l’étranger, il n’est manifestement pas à l’aise dans la fonction dont il n’a pas pris la mesure. Son coté brut de décoffrage dans le langage, qui passait bien en période électorale, sied mal au mandat présidentiel. Le « casse-toi pauvre con » en est le parfait exemple. Il est comme un enfant dans un costume trop grand pour lui. Il ne maîtrise pas sa communication.
D’une certaine façon il a déjà perdu l’élection de 2012 en 2007, en allant fêter son élection au Fouquet’s avec des grands patrons et en passant ses vacances sur le yacht de Bolloré. D’un point de vue symbolique, dans un pays soucieux d’égalité et de justice sociale, c’est désastreux. Ça fait président des riches et du « grand capital », pas président de tous les français.

3/ parce que la droite choisira un autre candidat

Sarkozy est en train de se griller et le jour venu les concurrents ne manqueront sans doute pas pour le remplacer. Notamment dans le courant gaulliste parmi ceux – au hasard – qui peuvent avoir une dent un croc contre Sarkozy.

4/ parce que l’économie sera un sujet majeur

Avec les difficultés liées à la crise mais aussi les effets de la globalisation, les sujets économiques et sociaux reviennent sur le devant de la scène. La non suppression du bouclier fiscal a été une erreur. Les sujets comme la régulation financière ou les paradis fiscaux semblent oubliés. Et seul un parti ayant un programme d’envergure pourra gagner. Le PS n’en est pas encore là mais un candidat comme DSK pourrait rassurer tous le monde.

5/ parce son bilan sur la sécurité et la lutte contre l’immigration clandestine sera mauvais

Dans ce domaine les faits comptent plus que les mots. Et Sarkozy parle trop. Ce qui est un signe d’impuissance. Sa seule chance, c’est que ces sujets restent tabous à gauche. Mais d’autres pourraient s’en emparer.

Bref, le principal ennemi de Sarkozy c’est Nicolas Sarkozy et 2 ans c’est trop court pour faire une psychanalyse. La gauche a donc un boulevard devant elle. Si elle ne gagne pas c’est qu’elle est en dessous de tout, notamment en terme de programme. Quant au retour à la retraite à 60 ans ce serait un mauvais gage de victoire. Ce serait retourner à des mythes obsolètes. Mais ça peut marcher… car, comme l’a dit Aubry dans une interview – en termes plus politiquement corrects – ça ne couterait rien vu que très peu de personnes seront concernées : pour avoir une retraite à taux plein avec une durée de cotisation de 41 ou 42 ans la majorité des gens partiront de fait à 62 ou 63 ans…

Votez pour cet article sur Wikio

Advertisements

Publié le 17 septembre 2010, dans politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Pour moi, si le PS ne met pas dans son programme à la présidentielle 2012 un retour à 60 ans et leur projet de financement, il ne sera pas crédible !

    Mais cette barrière psychologique des 60 ans est biaisée car elle ne veut pas dire qu’un salarié prendra sa retraite à 60 ans mais pourra le faire compte-tenu des contraintes actuelles et du calcul éventuel de leur pension !
    Si quelqu’un débute sa « carrière » à 23 ans (bac+5) et doit coitiser 43 ans pour toucher une retraite à taux plein, ce n’est toujours pas à 60 ans qui devra s’arrêter de bosser pour espérer toucher sa retraite maximum !

    Et quoiqu’il arrive, c’est sur cette ambiguité que la droite va attaquer la gauche !

  2. Oui, le problème principal ce sont les carrières courtes et le passage de 65 à 67 ans pour l’âge maximal d’une retraite à taux plein. Et non pas le seuil « psychologique » des 60 ans.

    C’est quoi ce nouveau verbe « coitiser », hum ?

  3. Arghhh Zut ! J’ai encore rippé avec mon Blackberry 🙂

  4. Et si tout simplement, il était empêché de se présenter ? Les 5 raisons qui feront que Sarko n’y aille pas !!!

  5. Je partage en grande partie ton analyse … il y a des trucs qui ne pardonnent pas, et j’aurais ajouté le coup de l’Epad !

    la gauche a un boulevard devant elle … oui, le front nat aussi … si bien qu’il y a encore danger avec le 1er tour … comme en 2002 … donc c’est pas gagné !

%d blogueurs aiment cette page :