des bleus à l’âme

bleusOuf ! Ils ont perdu ! Et c’est un soulagement car on ne peut pas gagner n’importe comment et avec n’importe qui… n’en déplaise à certains.

Ceux qui se plaignent de la curée de la presse essayent de leur trouver des circonstances atténuantes en disant que ce n’est pas pire que le gouvernement. En effet ce n’est pas pire, c’est pareil, car comme l’a noté Corinne Lepage, cela relève en amont du même état d’esprit, de la même mentalité « tout fric » et « tout est permis », du même coté bling-bling.
Entre les vacances sur le yacht de Bolloré, le « casse toi, pauv’ con », l’hôtel de luxe et le « vas te faire e… sale fils de p… », il n’y a pas beaucoup de différence. Même arrogance, même mode de vie VIP. Avec en plus pour l’équipe de foot une ambiance classe de ZEP : organisation clanique, main-mise des caïds sur les « bouffons » et absence d’autorité de l’encadrement.

« Domenech, c’est le personnage joué par Bégaudeau dans Entre les murs. Au cinéma, ça peut sembler “sympa”. Dans la vraie vie, c’est ravageur »

note judicieusement le directeur de l’Etudiant, tandis  que le journaliste sportif G.Davet disait ceci dans Le Monde :

« Il semble bien qu’il y ait d’un côté les provinciaux, type Lloris, Toulalan, Gourcuff, mais aussi Govou. Puis les gens issus des quartiers dits sensibles, type Ribéry, Anelka et autres. Et enfin les électrons libres comme Malouda, et les anciens, comme Henry ou Squillaci. »

mais aussi ceci dans le journal suisse Le Temps :

« Fils de profs, belle gueule, discours pesé, Gourcuff a tout pour plaire à une certaine France du football, celle des matches de vétérans, les dimanches matin à Yvetot ou Montlouis, juste avant le gigot familial. Et déplaire à ses nombreux collègues issus des cités dites sensibles, où l’on n’aime guère les premiers de la classe.
Il y a des clans, en équipe de France, les Noirs d’origine antillaise, les Noirs d’origine africaine, les Blancs, les musulmans, ceux qui jouent à l’étranger, ceux qui sont restés en France, et on en passe. Le monde du football épouse les contours de la société française, et Gourcuff en est aujourd’hui la victime, trop isolé pour prétendre s’imposer en douceur. Raymond Domenech est fin psychologue. Il le sait, il le sent. Surtout, il n’a plus le temps. Foin de romantisme, tout laisse à penser qu’il va sacrifier Gourcuff sur l’autel du pragmatisme. Pour la philosophie du jeu, on repassera. »

Alain Finkielkraut fait le même parallèle entre l’école et le foot. En forçant le trait comme à son habitude, il parle de « l’esprit de Cité » dévoré par « l’esprit des cités » :

Alors évidemment la gauche bien pensante lui tombe dessus à bras raccourcis parce qu’il ne faut pas « stigmatiser » la banlieue, avec en filigrane une accusation de racisme. Mais comme dit M. Szafran à propos de J.Dray qui est dans ce même genre de posture :

Une fois encore, l’autisme d’un représentant de la gauche dite «  convenable », dite « morale » ; une fois encore, l’incapacité chez un élu socialiste de prendre en compte le réel – ces millions de citoyens scandalisés par la tenue (ou plus précisément par l’absence de tenue) d’adolescents retardés (et milliardaires) ; une fois encore, le refus d’entendre ce qui monte de la rue, des bistrots, des villages : le haut de cœur, le dégoût provoqué par ce déferlement d’indécences et de richesses. La place du socialiste Julien Dray aurait dû être aux côtés de ces Français-là, secoués par trois années de gouvernance sarkozyste, traumatisés par une crise économique et sociale dont ils subissent les effets au quotidien…

Vu la vitesse à laquelle certaines affaires se sont réglées (Boutin qui renonce à son salaire de chargée de mission, Joyandet qui renonce à son permis de construire, Bettencourt qui annonce qu’elle va régulariser sa situation fiscale…) – alors que les scandales politico-financiers dénoncés par Le Canard enchaîné ne sont pas une nouveauté –  j’ai l’impression que la droite semble prendre conscience de cet état d’esprit. Elle marche sur des oeufs.

Si l’on ne veut pas que la France explose de rage alors que la rigueur s’annonce, il serait judicieux de s’attaquer aux dépenses publiques qui n’ont pas lieu d’être ; par exemple, pour revenir au foot, arrêter de subventionner directement ou indirectement les clubs de foot professionnels… Qu’ils se débrouillent avec Adidas et Coca Cola.

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet article sur Wikio

Publié le 23 juin 2010, dans politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. Excellent billet

  2. Ton titre est déjà pris…
    http://penseesdoutrepolitique.wordpress.com/2010/06/23/des-bleus-a-lame/

    J’ai trop lu dans les blogs à propos de foot, je ne lis ton billet qu’en diagonale et commente parce que je suis « mis en cause » pour un propos que je n’ai pas tenu (je souhaitais la victoire mais je n’ai pas dit qu’on pouvait gagner n’importe comment).

    Mon billet était juste pour signaler que la presse avait sa part de responsabilité dans le bordel ambiant. C’est bien la presse qui a donné le signal en reportant des propos qui n’ont même pas été tenus, en racontant que ses copains répandaient la rumeur que Gourcuff est homosexuel et autres âneries.

    Quant à M. Szafran, il rentre dans le jeu de taper contre la gauche morale. Pourquoi ? C’est immoral d’avoir un sens de la moralité ? Quand Finky ouvre la parole, c’est parfois, aussi, pour dire des conneries.

    Encore une fois, les avis sont souvent un peu trop tranchés…

  3. Tant pis pour le titre. Ça veut dire qu’on a eu la même idée sans se concerter.

    « Quant à M. Szafran, il rentre dans le jeu de taper contre la gauche morale. Pourquoi ? C’est immoral d’avoir un sens de la moralité ? »

    Justement non, il met le mot morale entre guillemets…

    La victoire ne me semblait pas souhaitable ; quant à la presse, elle ne fait que brûler ce qu’elle a adoré, rien de grave.

  4. ça sent le gaz et Sarkozy semble avoir senti la lame de la guillotine qui l’attend : regarde cet article du Figaro, peut-être que ce n’est qu’un effet d’annonce, mais si effectivement la Garden Party est annulée, le gouvernement Sarkozy aura déjà fait un grand pas :
    http://tinyurl.com/32ng9bk
    Nous pouvons toujours rêver !

    C’est quand même curieux que les gouvernements des USA et la Grande Bretagne se serrent la ceinture et que seule la France égocentrique et égoîste, maintienne ses dépenses astronomiques au sein du gouvernement et fait serrer la ceinture au peuple !
    1789 n’est pas très loin, nous nous y approchons à grand pas. Tant que le peuple a de quoi manger, point de révolution.

    « Ventre affamé n’a point d’oreilles » et celà Sarkozy le sait très bien !!Et il en joue !

  5. C’est bien ce qu’il a dit le père Szafran !
    J’étais pas au courant. Entièrement d’accord avec toi pour dénoncer la (im)posture de Dray et consorts.

  6. Excellent article ! Mais ils ne réforment leurs pratique qu’en apparence et sous la contrainte de l’opinion scandalisée , alors que sur le fond, l’injustice et l’amoralité triomphent . .

  7. Muriel,

    oui, on pourrait dire aussi « le vent du boulet ».

    Vlad, Frep,

    c’est le problème des postures ça manque de réflexion et/ou sincérité.

%d blogueurs aiment cette page :