un électeur sur deux

Hier soir je ne suis pas allée sur Twitter, ni sur Facebook, ni sur les blogs : je me suis coulée dans la peau de l’électeur lambda et j’ai suivi les résultats des élections régionales à la télé, en zappant entre France 2 et France 3. Ce qui m’a frappé c’est le coté atone des commentaires, le peu de polémiques. Sans doute étaient-ils tous consternés par le niveau record d’abstention : 53,6%. C’est beaucoup. L’abstention au 1er tour des régionales de 2004 – deux ans après le choc de 2002, certes – était de 39%. La différence est d’autant plus importante si l’on sait qu’entre 2004 et 2010 le corps électoral s’est élargi avec 1,8 million d’électeurs en plus, comme on peut le voir sur ce petit tableau de mon cru :

1er tour Régionales 2004 2010 évolution 2004-2010
Nombre % Inscrits Nombre % Inscrits en nombre
Inscrits 41 835 232 43 640 059 1 804 827
Abstentions 16 382 140 39,16 23 407 608 53,64 7 025 468
Votants 25 453 092 60,84 20 232 451 46,36 -5 220 641
Blancs ou nuls 1 202 455 2,87 756 738 1,73 -445 717
Exprimés 24 250 637 57,97 19 475 713 44,63 -4 774 924

(source : Ministère de l’intérieur, 2004 et 2010)

Bien sûr les compétences des régions sont peu connues et avec les polémiques et autres dérapages, les sujets de fond ont été peu abordés, mais il n’y a pas que ça. La semaine dernière j’étais en Espagne et l’intervention d’un membre du gouvernement sur une chaîne d’infos m’a paru éclairante : il disait en gros que les politiques et notamment la gauche – au pouvoir en Espagne – devait reprendre la main en matière d’économie et ne pas simplement accompagner ou amortir les crises (avec le traitement social du chômage par exemple…). Lepage ne disait pas autre chose hier sur France 2 : les gens ont l’impression que les politiques n’ont aucun impact sur l’économie.

Au niveau national, en dehors des écologistes qui gagnent un nombre important de voix – confirmant leur succès des élections européennes et devenant la 3e force politique du pays – toutes les familles politiques perdent des voix. La gauche parlementaire limite les dégâts à une perte dans la moyenne de celle des votes exprimés  (- 19 % environ) mais toutes les autres vont au delà, comme on peut le voir sur ce 2e tableau où j’ai regroupé en gros les familles politiques – je dis « en gros » car les partis ne sont pas toujours les mêmes et les intitulés du ministère de l’intérieur pas toujours proches des noms de partis :

1er tour Régionales
Nombre de Voix
évolution 2004-2010
2 004
2010
en nombre
en %
Exprimés 24 250 637 19 475 713 -4 774 924 -19,7
dont Extrême gauche (LO/LCR/NPA) 1 199 229 662 199 -537 030 -44,8
Gauche (PC/FG/PS/divers gauche) 9 191 367 7 406 018 -1 785 349 -19,4
Ecologistes (Verts/Ecol./Europe Ecologie) 931 995 2 372 340 1 440 345 154,5
Droite et centre (UMP/LCP/divers droite/Modem) 8 755 977 6 125 587 -2 630 390 -30,0
Extrême droite (FN, XD) 3 913 325 2 397 043 -1 516 282 -38,7
Autres (« divers », régionalistes) 258 744 512 526 253 782 98,1

(source : Ministère de l’intérieur, 2004 et 2010)

Si les scores obtenus en % des votes exprimés sont essentiels car ils déterminent les forces en présence et l’attribution des sièges au 2nd tour, il est intéressant de revenir aux effectifs et au nombre de voix obtenus pour comparer dans le temps deux élections et voir ainsi l’évolution des partis politiques. Mes regroupements étant « à la hache », pour une analyse plus fine vous pouvez aller voir chez l’autre Nicolas qui a pu notamment isoler l’UDF et qui parle de l’Ile-de-France – et de Dupont Aignan, ce qui fera plaisir à un gardois.

Au 2nd tour le système de la prime majoritaire incite les listes à se regrouper et à l’heure qu’il est PS et Europe Ecologie négocient. J’imagine qu’il ne s’agit pas d’élaborer un programme commun en une soirée mais de négocier des places sur les listes… Négociation d’appareil. Ce système de prime majoritaire est dommageable. Il aurait mieux valu que les listes EE se maintiennent et que les débats aient lieu aux conseils régionaux, projet par projet, sur le fond et sérieusement. Comme dit Seb, c’est la victoire en perdant

Quand au Modem, je n’ai pas tout suivi de ses péripéties mais ne pas même dépasser 5 % alors qu’il y avait un élan après la présidentielle de 2007, il faut le faire !
Avec tout ça il risque de n’y avoir que deux listes au 2nd tour en Ile-de-France, donc un choix encore plus réduit…
Que croyez-vous qu’ils vont faire les pêcheurs à la ligne de Paris plage ?

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet article Voter !

Publicités

Publié le 15 mars 2010, dans politique et société, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Une autre bizarrerie, et que je n’ai vu signaler nulle part, c’est qu’on ne parle plus de celui que le Figaro appelait « le premier opposant à Nicolas Sarkozy », Besancenot, qui a fait environ 2%.

  2. L’Express en parle en l’associant à Bayrou sur le thème : « Ces résultats sanctionnent une stratégie d’autonomie de mouvements bâtis sur l’image d’une seule personne » http://www.lexpress.fr/region/ile-de-france/bayrou-besancenot-deux-strategies-en-peril_855348.html

  3. C’est vrai que Besancenot et Bayrou ont un cheminement assez proche dans la chute d’une seule personne…

    Excellent billet, instructif. Merci.

    Bon entre deux tours à toi

%d blogueurs aiment cette page :