Marianne enceinte est-elle anti-féministe ?

Tempête dans la blogosphère. L’affiche publicitaire pour le grand emprunt (ci-contre) serait anti-féministe. Olympe y voit un retour aux valeurs maternelles et « hait cette chemise de nuit blanche et pure, avec laquelle personne n’oserait sortir dans la rue ». Emelire s’énerve carrément : « l’État instrumentalise notre corps, croit utile de nous ramener à notre utérus et à notre pureté ! la MAIN de l’État n’a rien à faire DANS mon utérus et certainement pas y chercher de l’argent ! »

Restons calme. Le grand emprunt a à voir avec la France et avec l’avenir. L’agence de publicité qui a fait l’affiche a donc choisit une Marianne, symbole de la France, et un enfant à venir, pour symboliser l’avenir justement. Avec un titre : la France investit dans son avenir. Rien de bien original, c’est sûr. Ils auraient pu mettre un homme ou un couple tenant la main d’un enfant… Mais ils ont sans doute voulu rester dans la lignée historique des affiches du genre pour marquer à la fois la continuité et l’importance de cet emprunt. Logique.
Par contre, le reproche que l’on peut faire à cette campagne de pub qui a couté la modique somme de 975 000 euros, comme le dit Slovar, c’est son inutilité car cet emprunt, à la différence des précédents, ne sera pas ouvert aux particuliers. Pourquoi faire de la pub donc ?

Personnellement je ne me sens pas assignée à un rôle maternel ou à l’enfantement par cette pub. Bêtement, j’y vois le symbole de la France, Marianne, coiffée d’un bonnet phrygien, symbole de liberté – non ce n’est pas un bonnet de schtroumpf… Elle est en blanc, le fond est bleu, peut-être manque-t-il un peu de rouge… Le bonnet phrygien aurait pu être rouge comme dans l’iconographie traditionnelle. Elle regarde vers la droite, donc l’avenir, car nous lisons de gauche à droite. Un personnage qui regarderait à gauche, surtout dans un rectangle vertical, aurait l’ai bloqué. Pieds nus, drapée, elle me fait penser à la semeuse des anciennes pièces de un franc ou des centimes d’euros actuels.
Si le symbole de la France avait été un homme, cela aurait pu être différent, bien sûr, mais il se trouve que c’est une femme qui représente notre pays, notre mère patrie. Et pour l’instant les hommes enceints sont rares. Bon il y a le coq aussi, mais pour le coup cela aurait fait vieillot. Marianne c’est quand même mieux, même si aucune n’atteindra la sensualité de Bardot. Pour moi cette pub n’est pas sexiste ou anti-féministe. En tous cas je ne la lis pas comme ça.
Si on veux de la bonne vieille pub sexiste on peut cliquer sur l’affiche ci-dessous.
Là c’est du lourd !

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet article Voter !

Advertisements

Publié le 19 février 2010, dans images, politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 13 Commentaires.

  1. Ils n’avaient qu’à prendre un homme gros, comme Tonnégrande.

  2. D’accord avec vous. Je trouve la pub plutôt bonne, simple, pas racoleuse ni tapageuse. Sobre.
    Anti-féministe surement pas. Par contre la deuxième pub en noir et blanc est excellente ! Je la garde par devers moi afin de conforter ma femme dans son choix matrimonial dès lors qu’elle aurait un quelconque reproche à me faire. Arf !

  3. ils auraient dû prendre Mme Badinter… 🙂

  4. Marianne enceinte toute de blanc vêtue ! C’est un peu étrange, mais anti-féministe, pourquoi donc ?
    Marianne se marierait-elle avec le grand Emprunt ? Et, enceinte, qui plus est…

  5. @ Nicolas : pas possible, pour la pub il faut quelqu’un de jeune.
    @ Gael : pareil 😉
    @Vlad : le bonjour à votre femme.
    @ Lucie : étrange non, c’est le blanc du drapeau français ; par contre ils n’ont pas osé le bonnet rouge, curieux…
    En fait c’est peut-être une tirelire 🙂

  6. Pour ma part, je trouve cette campagne intelligemment conçue, même si le contexte dans laquelle elle sort n’est pas des plus favorables (à dessein ?). Pour autant je ne pense pas qu’il faille critiquer autant de détails comme la couleur du bonnet phrygien par exemple. Il s’agit avant tout d’une mise en scène publicitaire d’une idée, plutôt bien réalisée je trouve !

    J’ai écrit un article sur la question, à lire ici :
    http://z-factory.blogspot.com/2010/02/marianne-enceinte-polemique-de-symboles.html

  7. Je ne critique pas la couleur du bonnet, je constate seulement que les publicitaires n’ont pas osé le bleu, blanc, rouge…

  8. Je trouve que c’est plutôt bien de critiquer une image publicitaire, car justement rien n’est laissé au hasard (pour rappel, budget de la campagne : 970000 euros).

    Elle porte une robe blanche virginale et elle est enceinte. Enceinte par l’opération du Saint-Emprunt, peut-être?
    C’est ce qui m’a sauté aux yeux la première fois que j’ai vu cette affiche!

  9. Le Saint-Emprunt… C’est amusant, d’autant que pour moi les voies de l’économie sont impénétrables 🙂

  10. L’opération du Saint-Emprunt: j’espère que l’économie n’est pas seulement affaire de foi…
    Quoique…Ce n’est peut-être pas si rationnel que ça.

  11. Merci pour votre commentaire. J’ai moi-même réalisé une analyse sémiologique de cette campagne publicitaire sur http://www.sciigno.net
    Bien cordialement,
    Elodie.

  12. intéressant de remarquer que d’un point de vue anthropologique, cette affiche ne peut en aucun cas marquer les esprits et avoir une connotation positive pour le grand publique.
    En effet, anthropologiquement l’inconscient populaire français est marqué par deux idées fortes: l’appartenance à une culture d’origine chrétienne et l’aspect révolutionnaire (dont Marianne est l’héritage direct). Hors sur cette affiche, l’usage de la couleur blanche pose deux gros problème inconsciamment perçus:
    – le blanc est la couleur de la royauté, la seule couleur « antirévolutionnaire »par excellence, et réactionnaire (raison pour laquelle sur le drapeau français, le blanc est entouré des deux autres couleurs), et donc opposé aux idéaux sur lesquels la République a été fondée.
    – de plus dans l’héritage chrétien, le blanc est associé à la pureté virginale (encore plus porté par une femme: mariage en blanc etc..) et ne peut être associé à une femme enceinte.

    pour ces deux raisons notre système symbolique inconscient ne nous permet pas d’y adhérer, cela ne peut pas « prendre » culturellement.

    Pour conclure, l’agence qui a créée la pub (surement EuroRSCG ou Publicis) a voulu faire original pour un message institutionnel, mais n’a pas pris en compte la symbolique populaire française, ce qui explique cette polémique.

  1. Pingback: Le ventre polémique. « Journal, deuxième partie.

%d blogueurs aiment cette page :