la paye de Proglio n’est pas scandaleuse…

La double paye d’Henri Proglio a fait polémique. Le cumul de deux fonctions et de deux rémunérations n’est pas en soi scandaleux. De toute façon l’intéressé y a renoncé. Le problème, c’est le niveau de la rémunération : 1,6 millions d’euros par an pour le poste de PDG d’EDF, dans un pays où 90% des salaires sont inférieurs à 38 110 € par an… En période de crise, d’augmentation de la précarité et du chômage, cela choque d’autant plus.

La justification de Mme Lagarde à l’Assemblée Nationale est intéressante (voir vidéo ci-dessous). Outre que cette femme a du cran pour garder le fil de son explication sous les huées, elle a le mérite de décrire la réalité… toute crue.
Le gouvernement voulant un très bon PDG pour EDF, voir «le meilleur», il accepte de le payer très cher aux conditions que M.Proglio réclame. Se pose alors la question de savoir si la compétence est à ce prix et s’il n’y avait pas moyen d’en trouver un aussi compétent et moins gourmand… Mais la réalité qui est derrière est encore plus rude : il y a un marché des PDG. Un peu comme pour les joueurs de foot. «Il y a une réalité, […] il y a un monde qui a changé».
En effet, dans un secteur électrique européen dérégulé, dans une économie mondiale globalisée, EDF – société anonyme dont l’Etat français est le principal actionnaire – est soumise à la concurrence. Et la concurrence joue manifestement à l’avantage des dirigeants d’entreprise – même si cet argument est exagéré – et au désavantage des autres salariés.

Finalement ce n’est pas la rémunération de Proglio qui est scandaleuse, mais le système qui la permet. « Financiarisation », « dérégulation », « mondialisation », « globalisation », que sais-je ? Si ce système est une réalité, ce n’est pas une fatalité. Il a été choisi et mis en place. Le décortiquer comme ceci ou cela pour le modifier est souhaitable.
Questions : est-ce possible à l’échelle d’un pays comme la France ou même de l’Union Européenne sans «se tirer une balle dans le pied» ?

En tous cas ceux qui hurlent sur les bancs de l’Assemblée Nationale feraient bien de réfléchir à des solutions pour les intégrer à leur programme de 2012…

Vodpod videos no longer available.

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet article sur Wikio Voter !

Advertisements

Publié le 22 janvier 2010, dans politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. « Finalement ce n’est pas la rémunération de Proglio qui est scandaleuse, mais le système qui la permet »

    Yes ! En fait, je m’en fous de la rémunération de Riton… Par contre, un système qui permet ce bazar doit être changé !

  2. Personnellement en tant que libéral, je trouve cela scandaleux, non pas que je suis un adepte de la réglementation à tout va, vous en doutez bien, mais pour des raisons bien précises : Ce salaire est l’expression du modèle économique Français, le corporatisme. Peu ou pas de concurrence, proximité de l’Etat et tout ce qui s’en suit…

  3. De toute manière le salaire de Henri Proglio est scandaleux dans la mesure où ses équivalents dans la fonction publique gagnent moins, dans la mesure où évidemment en période de crise, devant le salaire moyen des Français, réclamer une telle rétribution (qui ne tient pas compte des avantages matériels nombreux comme les voyages, les voitures, les notes de frais, le secrétariat privé et professionnel et j’en passe) est obscène.
    Le pire peut être, c’est que cette polémique éclipse complètement le vrai problème qui est qu’un même homme dirige (malgré ce titre de président consultatif, il reste actif) à la fois une entreprise privée et une autre publique, que les deux seront amenées être en concurrence et que il est évident qu’à terme le privé absorbera doucement le privé.
    Le pire aussi c’est la manière qu’a le gouvernement de lancer des bouchons trop loin (Jean Sarkozy et l’Epad, la rémunération de Proglio) pour ramasser en douce l’essentiel, qui, pour les protégés du Prince, se résume à du plus de profit. Jean Sarkozy n’est pas Président mais il a son fauteuil à l’Epad avec tous les avantages discrets que cela lui rapporte et rapportera, Proglio aura malgré tout un salaire coquet et le reste…Et tout cela pour le Prince est un bon investissement non pas électoral en effet car l’effet est néfaste en tout cas dans l’immédiat, mais sur le long terme lorsqu’il aura quitté l’Elysée. Ayant pendant 5 ou dix ans répandu ses bienfaits, il en récoltera les fruits…juteux certainement.

  4. @ nicolas : la question est comment…

    @ clerc : en effet du point de vue électoral, ce genre d’affaires est désastreux.

    @ marco : je ne sais pas s’il s’agit là de corporatisme, mais le copinage et la collusion doivent se retrouver dans beaucoup de modèles dont le libéralisme…

  5. M. Sapin qui refusait la solidarité nationale dans la crise en prétendant qu’on la dramatisait pour faire taire l’opposition est disqualifié pour parler de morale. Ce n’est pas à un politicien de parti d’enseigner l’intérêt général alors qu’il le bafoue sans même l’apercevoir.

  6. Clin d’oeil satirique sur le sujet et sur d’autres choses sur :
    http://douillon.canalblog.com/
    Bons Sourires
    JEAN PATRICK

  7. Ce n’est pas le salaire de Proglio qui est trop élevé. C’est celui de tous les autres qui est trop faible.
    Je suis d’accord.
    Augmentons les salaires de tous, à commencer par le mien.
    🙂

  8. Ah la la… l’égoïsme des profs… 😉

%d blogueurs aiment cette page :