journée de la jupe

film : la journée de la jupeLe film La journée  de la jupe comme Entre les murs se passe dans un collège difficile de la région parisienne. Même milieu, mêmes élèves « issus de l’immigration », mêmes problèmes. La comparaison s’arrête là.

Entre les murs se positionnait comme un pseudo documentaire qui à partir de scènes proches du « vécu » essayait de faire passer le désordre, le copinage et la démagogie pour une méthode d’enseignement.
La journée de la jupe est une fiction pure qui à partir d’une histoire improbable et violente (une prof de français s’empare du révolver d’un élève et glisse vers la prise d’otages) dénonce les tabous des « cités » et les renoncements du système éducatif (le principal qui ne soutient pas ses profs, le prof qui « s’adapte » et cite le Coran…).

Là où Bégaudeau à force de compromis et de lâcheté « achète la paix sociale » tout en masquant mal son mépris, Mme Bergerac prend ses élèves de front et les met face à leurs contradictions, leur violence verbale et sexuelle, leur hypocrisie religieuse, leur antisémitisme, leur machisme. Parce qu’au fond elle les estime assez pour vouloir à tout pris les faire accéder au théâtre de Molière.
Quand Bégaudeau traite une élève de « pétasse » en feignant d’ignorer la charge sémantique de ce mot, Mme Bergerac réclame une journée de la jupe pour que ce vêtement ne soit plus le signe de la pute, ce que la ministre, restée aux revendications féministes des années 70, ne comprend pas…

Isabelle Adjani joue très juste et est magnifique, ce qui ne gâche rien (tiens ! père algérien, mère allemande, prénom français, carrière atypique : serait-ce encore possible aujourd’hui ?).

Ce film qui a fait un record d’audience sur Arte vendredi dernier (2,2 millions de téléspectateurs) sort demain dans les salles. A voir absolument.

Hep ! Au fait, la journée de la jupe, ça existe, c’est le printemps de la jupe.

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet articleVoter !

Publié le 24 mars 2009, dans BEST OF, films & Co, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. Ce film m’avait tentée, une intervenante en collège (actrice aussi il s’agit d’Ariane Ascaride) avait pointé qu’aucune fille ne portait de jupe, et ce n’était pas l’hiver pourtant, et avait glissé une phrase féministe ou quelque chose sur le respect à ce sujet. Oui c’est bien de le pointer. Et ce n’était pas dans un quartier difficile, mais … le machisme est partout. Il y a + de 30 ans j’étais collégienne, et je me souviens de ces garçons qui regardaient sous les jupes, donc nous les filles mettions nos shorts de gym (des horribles culottes bouffantes) sous nos jupes, robes, etc. Et très vite nous sommes toutes passées au pantalon. A l’époque les banlieues étaient moins dures, il n’y avait pas encore de crise religieuse comme on en a aujourd’hui, mais le machisme, comme j’écris souvent, se recombine à l’infini … Des histoires de jupe il y en a tant, même une jeune handicapée qui se plaignait d’un garçon (handicapé mental lui aussi) qui lui tirait, lui soulevait sa jupe, du coup elle aussi … pantalon. etc etc … bon y’a du boulot !!!

  2. salut,
    je suis un peu vert d’avoir loupé le film sur Arte. Je vais aller rattraper ça au cinéma. Je trouve le propos courageux, et le sujet pas si « improbable » que cela…
    merci d’avoir refait circuler l’info.

  3. souklaye

    Nous pourrions tous solennellement pleurer sur le cadavre de l’éducation nationale et ériger une stèle en l’honneur du professeur inconnu.
    Nous pourrions encore retranscrire la lutte du corps enseignant pour l’instruction des plus indigents.
    Nous pourrions analyser les rouages en forme de réformes et les coupes budgétaires qui sabotent jours après jours le brio de ces professeurs philanthropes et passionnés.
    Nous pourrions… Tant de choses, excepté que l’école est un concept surfait et ses employés complètement anachroniques.
    La suite ici :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/03/24/avant-maintenant-apres-––les-zep/

  4. @ Souklaye : 2ème commentaire aussi sibyllin que le précédent… mais est-ce vraiment un commentaire ?

    @ Lomig : il y a quand même peu de chance qu’une telle histoire ait lieu dans la « vraie vie » 🙂

    @ Emelire : un coup de pied bien placé aurait peut-être été judicieux alors 😉
    Dans ce film la « crise religieuse » est en arrière-plan en effet au travers des élèves qui veulent être de « bons musulmans »…

  5. @ Emelire : « La vie tout entière, absorbé par cette affaire, par ce jeu de dupes, voir sous les jupes des filles. ». Quand c’est Souchon qui le chante, on trouve ça plutôt rafraichissant…

  6. laurentsamuel

    c’est effectivement un très bon film que tout le monde devrait aller voir !
    mon avis en cliquant sur ces liens :
    http://laurentsamuel.wordpress.com/2009/03/27/ne-ratez-pas-la-journee-de-la-jupe/

  1. Pingback: Adjani pour la jupe « le blog de polluxe

%d blogueurs aiment cette page :