« on s’en fout » ! vraiment ?

Roger Karoutchi, membre du gouvernement, vient de rendre publique son homosexualité. J’y vois comme Authueil une volonté de transparence à l’heure où cet homme politique va se lancer, pour les élections régionales, dans des primaires UMP contre Valérie Pécresse qui se présente volontiers comme « une mère de trois enfants ».
Il ne s’agit pas d’étaler sa vie privée pour en tirer avantage mais de ne rien cacher pour éviter l’hypocrisie et sans doute les coups bas. Même si ce choix est le signe que la société française a changé (quel homme politique de droite aurait pris ce risque il y a 20 ans ?) cela reste courageux dans une société ou l’hétérosexualité reste la norme.

Il suffit pour s’en rendre compte de lire les commentaires du style « on s’en fout » en dessous des articles ou sur les blogs. Ces commentaires souvent agressifs ou à connotation sexuelle («  on s’en branle ») traduisent un malaise certain. On reproche à Karoutchi de « révéler son homosexualité ». Mais c’est bien parce que ce comportement est considéré comme hors norme qu’il est d’abord souvent caché puis révélé. Mme Pécresse ou M. Sarkozy n’ont pas besoin de « révéler leur hétérosexualité » et pour cause… Les révélations cesseront le jour où l’on sera passé à l’étape suivante et où l’on pourra lire sous les photos des politiques « M. Untel et son compagnon », « Mme X et sa compagne », « M Truc et sa femme » sans que cela donne lieu à des commentaires sur leur sexualité. M. Sarkozy affiche en permanence son hétérosexualité en ayant sa femme à ses cotés dans les réceptions officielles. Pourquoi M.Delanoë ne pourrait-il pas faire de même ? Ou alors c’est que l’on préfère que cette orientation sexuelle là reste cachée… A tout prendre les commentaires qui la condamne sont plus honnêtes.
Tiens, pour sourire, allez voir l’origine du mot foutre.

[tweetmeme source= « PolluxeBlog » only_single=false]
Votez pour cet article

Publié le 26 janvier 2009, dans BEST OF, mots, politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. D’accord sur le fond. Je suis tombé aussi sur ces nauséabonds « on s’en fout » et j’ai vite passé mon chemin.

    Ceci étant, Roger Karoutchi était ce dimanche l’invité de deux émissions. « 7 à 8 » sur TF1 et « Ripostes » sur la 5.
    Et là, y’a un problème ..
    Sur TF1, il en parle de son homosexualité. Ça fait, comme il le répète à tout bout-de-champ, QUE deux pages dans son livre (feint-il de s’étonner que ce coming-out retienne autant l’attention ? … Je ne le crois pas ..) mais bon, oui, je veux bien en parler.
    Précisons que cette émission est pre-enregistrée.
    Or plus tôt (18h et en direct) sur la 5, face à Moati, voilà qu’il s’emporte et dit que non, ça suffit, on ne va pas évoquer son coming-out, que ça ne fait QUE deux pages dans son livre, et que ça concerne sa vie privée.
    Et, là, pardonne-moi, mais y’a comme un malaise.

    D’un côté, il en parle et plutôt bien, tout en abordant l’actualité politique, ça ne le gêne pas.
    D’un autre côté, il dit : ouh la, stop, vous abordez ma vie privée !
    Et si ce « coming-out » était avant tout stratégique, voire politique (cf : la guéguerre avec Pécresse …)

  2. Bien sûr que c’est stratégique mais pas forcément au mauvais sens du terme : c’est un moyen en clarifiant la situation de couper l’herbe sous le pied de son adversaire.
    Je n’ai pas vu ces émissions mais peut-être n’est-il pas si à l’aise que ça avec ce « coming-out » qui lui a peut-être été conseillé en vue des élections.

  3. @Polluxe

    Vous voilà pris en flagrant délit de politiquement correct ! Où est votre discernement ? Le politiquement correct, c’est de considérer que l’homosexualité et l’hétérosexualité sont équivalents…

    Pourtant, l’homosexualité est avant tout une douleur subie. Est-il si simple de penser que l’on n’est contraint par sa constitution à arrêter la chaîne de la vie ?
    L’homosexualité mérite la compassion, la sympathie, mais ne mérite certainement pas le relativisme.

  4. « douleur subie » ! Sans doute socialement du fait que c’est un comportement jugé comme marginal.
    « arrêter la chaîne de la vie » ! Vous confondez sexualité et reproduction ; de nos jours les deux peuvent aller ensemble mais pas forcément.

    Comme disait Tristan dans un de ses billets : quelqu’un peut-il allumer les Lumières svp ?

%d blogueurs aiment cette page :