l’ONU, les JO, le Tibet et les autres

Ca se confirme, accorder les JO à la Chine n’était pas une bonne idée du point de vue des Droits de l’Homme, puisque selon un rapport d’Amnesty International, les atteintes aux Droits humains se multiplient, dans ce pays soucieux de donner une image de pays « stable et harmonieux » lors des JO :

« Beaucoup espéraient que les Jeux serviraient de catalyseur pour des réformes, mais l’on constate à présent que l’actuelle vague de répression qui s’abat sur les militants et les journalistes a lieu non pas malgré, mais bien à cause de l’organisation des JO.
[…] Le rapport attire également l’attention sur la récente répression menée au Tibet par les autorités chinoises, qui a donné lieu depuis le 10 mars 2008 à de graves violations des droits humains. Les autorités chinoises auraient, entre autres, recouru à une force non nécessaire et excessive, notamment à la force meurtrière, à la détention arbitraire et à l’intimidation. »

Par ailleurs le secrétaire général de l’ONU n’a pas dit un mot sur les évènements du Tibet alors qu’il a trouvé le temps, et rapidement, de condamner le film anti-islam du hollandais G.Wilders.
Entre parenthèses ce petit film appelé Fitna ne casse pas trois pattes à un canard ; son argument est simple voir simpliste (mais ce n’est pas un documentaire d’Arte) : le terrorisme et l’intégrisme islamique qui véhicule des idées incompatibles avec les valeurs de l’Europe (antisémitisme, homophobie, soumission des femmes…), prennent racine dans le Coran, il faut donc combattre l’islam d’autant que le nombre de musulmans augmente en Europe et aux Pays-Bas. Ce que l’on peut reprocher à ce film c’est d’établir une adéquation totale entre le fondamentalisme et le Coran et de condamner tout en bloc, sans laisser une chance à des lectures plus contextualisées et modernes de ce livre saint. Sinon, les images utilisées sont bien réelles et il entre dans le cadre de la liberté d’expression (on peut le voir sur Dailymotion). Fin de la parenthèse.
Quant à l’attitude du secrétaire général de l’ONU, elle n’a rien d’étonnant finalement si l’on se rappelle que le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies comprend la Chine et un bon tiers de pays appartenant à l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique)… L’an dernier ce Conseil avait adopté une résolution contre la diffamation des religions, notamment l’islam, c’est à dire contre le blasphème ! (voir billet précédent). Le 27 mars il a fait de la diffamation des religions un cas de racisme. Et enfin le 1er avril (serait-ce une blague ?) il a modifié le mandat du rapporteur sur la protection de la liberté d’expression : celui-ci doit désormais signaler les cas où un individu aurait abusé de ce droit !
Reporters Sans Frontières dénonce ce tour de passe-passe :

« La modification du mandat du rapporteur spécial sur la liberté d’expression est dramatique. Elle fait d’un défenseur de la liberté d’opinion un procureur qui a pour mission de traquer ceux qui abusent de cette liberté. Il existe d’autres mécanismes pour condamner les attaques racistes ou diffamatoires par voie de presse. Ce n’est pas au rapporteur spécial sur la liberté d’expression de s’en charger.
[…] Le poids croissant des Etats membres de l’Organisation de la conférence islamique au sein de ce Conseil est inquiétant. Toutes les décisions de l’instance onusienne sont maintenant prises en fonction des intérêts des pays musulmans ou d’Etats puissants qui savent s’entourer d’alliés, comme la Chine ou la Russie. »

On ne peut pas être plus clair… L’ONU otage de l’OCI et de la Chine ?

Advertisements

Publié le 3 avril 2008, dans politique et société, verbatim, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur l’ONU, les JO, le Tibet et les autres.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :