happy like God in France

C’est un article de Libération qui le dit : les français se déclarent heureux à 90 % malgré une tendance au pessimisme. Car la France est au premier rang des pays européens craignant la pauvreté. Un nouveau french paradox sans doute ! Cela me rappelle un billet de Pikipoki rapportant les résultats d’une étude sur le bien-être :

« Concernant la richesse toutefois, et cela ne surprendra guère, la corrélation est plus importante chez les populations qui ne parviennent pas ou mal à répondre à leurs besoins de base. Mais globalement, les études indiquent que l’augmentation de niveau de vie se corrèle assez peu à l’augmentation du bien-être.
[…] le plus intéressant évidemment, est de découvrir quels éléments sont eux corrélés de façon importante avec le bonheur.
[…] « Parmi tous les facteurs qui contribuent au bien-être, le plus déterminant est celui de la richesse de la vie sociale. Dans toutes les enquêtes sur le bien-être, ce sont les personnes ou les sociétés qui privilégient les relations sociales plutôt que les biens matériels qui ont les meilleurs scores de satisfaction de vie. »
Plus que de savoir si son pays est premier, dixième ou trentième de je ne sais quel classement économique, il faut se demander d’abord ce qu’il met en place pour construire et renforcer ce lien social. »

Le bonheur est dans le lien. Et il reste une idée neuve (en Europe et ailleurs…). Autre notion intéressante, celle de set point :

« Le dossier rapporte un intéressant débat d’économistes sur ce point, les uns évoquant ce qu’ils appellent un « hedonic threadmill » c’est-à-dire pour faire vite que les personnes s’adaptent à leur nouvelle situation et, après un événement très heureux ou très malheureux, retrouvent par ce comportement d’adaptation à leur nouvelle condition un état de neutralité. Les autres critiquent cette vision de neutralité et parlent plus de « set point » ou point de réglage, propre à chaque individu, et qui n’annule pas le gain ou la perte enregistrée précédemment. »
(billet complet)

Advertisements

Publié le 31 octobre 2007, dans jours, politique et société, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. salut,
    oui, la réflexion sur l’importance du lien est intéressante. Michel Godet en a parlé abondamment dans ses ouvrages, et notamment dans « le courage du bon sens ». La richesse des rapports sociaux et affectifs est un critère bien plus déterminant pour le bien être que la richesse purement financière (même si souvent celle ci se construit sur du lien professionnel).
    à bientôt !

%d blogueurs aiment cette page :