pendant ce temps, en Europe

La commisssion européenne propose de mettre en place une blue card unique pour tout le territoire de l’UE. Cet équivalent de la green card américaine a pour objectif de faciliter l’entrée des hauts diplômés qui pour l’instant se dirigent préférentiellement vers les Etats-Unis, le Canada ou l’Australie ; accessoirement elle facilitera les allers-retours pour éviter la « fuite des cerveaux ». On est typiquement là dans « l’immigration choisie » ce qui devrait rassurer le journaliste du Figaro (je ne sais plus lequel) qui avait eu cette formule choc : « la France exporte des bacs + 5 et importe des bacs – 5 ».
Par ailleurs les 27 pays européens se sont mis d’accord sur le Traité de Lisbonne (signature prévue en décembre), autrement appelé « traité simplifié » ou « mini-traité », qui remplace le projet constitutionnel rejeté par les français par référendum en 2005. Les différences semblent minces : elles sont résumées ici et là. En fait c’est un « traité modificatif », un traité d’amendements modifiant les anciens traités (comme l’explique VGE), qui perd son aspect de constitution et qui est encore moins lisible pour le citoyen lambda. 
Bref , l’Europe avance, peu à peu, mais en coulisses, en catimini. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes de légitimité démocratique comme le souligne une juriste, non pas du seul fait de l’utilisation de la voie parlementaire pour la ratification, mais du fait de sa conjoction avec la proximité de fond des deux textes. 

Publicités

Publié le 26 octobre 2007, dans politique et société, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur pendant ce temps, en Europe.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :