beaucoup de bruit pour rien

Les termes « ADN », « génétique » font peur. Si on les associe au mot « immigration » comme c’est le cas dans le projet de loi sur la maîtrise des flux migratoires, alors là, c’est la panique : réactions outrancières, pétitions, jusqu’à la secrétaire d’État à la politique de la ville, sur France Inter, qui qualifie ce projet de « dégueulasse » (ceci dit en passant, si les projets de loi du gouvernement auquel elle appartient ne lui conviennent pas elle peut toujours démissionner…).
De quoi s’agit-il ? A la lecture de l‘amendement en question on comprend que dans le cadre d’une demande de regroupement familial, si les liens de filiations ne sont pas attestés (quand le système d’état civil du pays d’origine n’est pas fiable), les services consulaires peuvent proposer un test ADN au demandeur. Ce test n’est pas obligatoire : c’est juste un moyen (imparfait puisque biologique uniquement) de prouver la filiation. C’est somme toute assez simple.
La plupart des arguments contre cet amendement font référence à la bioéthique (certains y voient un premier pas vers Gattaca) ou à la définition de la filiation. Ces arguments ont parfaitement été décortiqués et démontés par Koz ; il ne s’agit pas de sélectionner génétiquement les meilleurs ni de redéfinir la filiation en la limitant aux enfants naturels, mais d’éviter les fraudes documentaires (constatées notamment en Afrique par un sénateur lors d’une mission de contrôle des services de visas) et d’offrir au demandeur la possibilité de prouver rapidement la filiation (comme cela est dit dans l’exposé des motifs).
Un autre argument consiste à nier les fraudes : « quelle étrange raison pousserait les immigrés à faire venir massivement dans notre pays des enfants qu’ils sauraient ne pas être les leurs ? » peut-on lire dans la pétition initiée par Charlie Hebdo et SOS racisme ; on pourrait en effet tenir ce raisonnement s’il s’agissait de prendre en charge ces enfants, or il s’agit simplement de les faire entrer sur le territoire, ce pour quoi la solidarité peut jouer à plein (voir un site sénégalais déjà cité).  Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ces tests ont été mis en place dans d’autres pays européens sans que cela provoque semble-t-il de polémique… Pourquoi une telle agitation en France ? Parce que cela concerne l’Afrique ? Un autre test prévu par le projet de loi, un test de langue celui-là, qui risque de gêner l’entrée des cadres qualifiés venus d’Amérique ou d’Asie n’a pas soulevé un tel tolé.
Reste la solution de bon sens : ne pas proposer de test ADN et refuser systèmatiquement le visa en cas de doute sur l’état civil…

Advertisements

Publié le 10 octobre 2007, dans politique et société, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur beaucoup de bruit pour rien.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :