et maintenant ?

Alors qu’une poignée d’irréductibles à la Bastille et à Tolbiac (800 étudiants maximum soit 2 % des étudiants de l’université Paris 1…) a pu croire que le « grand soir » était arrivé, au mépris de la démocratie (53 % des voix pour Sarkozy avec 84 % de participation… mais les gauchistes sont-ils des démocrates ?), alors que François Bayrou fait le pari fou de son MoDem après l’hémorragie des députés UDF (même Jean-Louis Bourlanges), alors que le nouveau président accouche d’une ouverture gouvernementale dans la douleur, où en sommes-nous ?
Deux analyses intéressantes (donc je les cite) permettent d’y répondre, celle de Sylvain Attal : « L’histoire retiendra, enfin, le gâchis d’une gauche qui, malgré une bonne candidate, pour avoir échoué dans sa modernisation programatique, a laissé passer une victoire qui était à portée de main. » et celle d’Hugues : « Nous voici donc forcés, avant d’en arriver à l’étape Blair, de passer par la phase Thatcher : la société va devenir plus dure, moins coopérative, plus inégalitaire, moins solidaire pendant quelques années mais les grands équilibres finiront par être rétablis lorsque la gauche, recomposée autour d’un projet clairement social-démocrate, reprendra la main sur une droite ayant achevé le sale boulot. ». 
Ca me rappelle ce film récent de Niels Arestrup, Le Candidat , où un parti politique présente un nouveau candidat dans le but inavoué de perdre, pour ne pas avoir à faire le sale boulot et préserver le parti… Qui sait ?

Publié le 15 mai 2007, dans politique et société, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur et maintenant ?.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :