les candidats, la laïcité et la loi de 1905

Ce sujet ne fait pas encore fureur dans la campagne. Ces temps-ci on parle plutôt financement des programmes et impôts (c’est toujours mieux que les histoires de scooters…). Encore que le sujet des impôts pourrait permettre d’y raccrocher la laïcité au moyen de la question suivante : « l’Etat et donc les contribuables ont-ils vocation à financer la construction de nouveaux édifices religieux ? ». La loi de 1905 dit clairement non, mais d’aucun semble vouloir la « toiletter »… Quelles sont les positions des différents candidats sur le sujet ?

Sur son site F.Bayrou se dit défavorable à la révision de cette loi et parle de code de la laïcité : « L’interrogation sur la laïcité ne se limite pas à l’école, et la question de l’islam ne se limite pas au voile. Les moyens matériels et humains mis à la disposition des musulmans pour leurs pratiques et pour leur vie de tous les jours sont aussi en cause. Un code de la laïcité est devenu nécessaire, un code qui reprenne de manière simplifiée et solennelle les textes qui fondent l’architecture juridique de notre laïcité et ont construit le compromis laïque. Je ne suis pas favorable à modifier l’arsenal juridique, notamment la loi de 1905. Si des adaptations doivent être trouvées, la rédaction d’un tel code le permettra. » Des adaptations ? Lesquelles ?
S.Royal a une position assez proche mais plus ferme puisque dans son pacte présidentiel au numéro 74, il est question de « Refuser toute remise en cause de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat et [d’]intégrer à la Constitution une charte de la laïcité. » S’agit-il de la charte déjà présentée par le HCI ?
N.Sarkozy lui, semble vouloir réviser la loi de 1905, si l’on s’en tient au rapport Machelon qu’il avait commandé à des experts du religieux… Ce rapport propose que les communes puissent participer au financement des constructions de lieux de culte. Ni plus ni moins ! Ce qui revient à supprimer le principe de séparation des Eglises et de l’Etat et à vider la loi de son sens. Et pourquoi cela ?
Parce que, nous dit-on, les religions « post-1905 » (entendre les religions qui n’existaient pas en France en 1905, c’est-à-dire le bouddhisme, le christianisme évangéliste mais surtout l’islam) sont défavorisées par rapport aux religions traditionnelles (protestantisme, judaïsme et surtout catholicisme) en terme de lieux de culte. Ah ! Et alors ? Une inégalité n’est pas forcément une injustice. Et l’égalité des religions ça n’existe pas, pas plus qu’une égalité transhistorique qui nierait le passé de la « fille aînée de l’Eglise ». La plupart des églises et des cathédrales qui ont été construites avant 1905, sont des lieux de culte mais aussi des lieux de patrimoine ouverts à tous. Que seraient devenus la cathédrale de Chartres et ses magnifiques vitraux si l’Eglise avait du les entretenir ?
On nous dit aussi que la loi de 1905 est de fait contournée localement et qu’il faut lutter contre « l’islam des caves et des garages ». Les caves et les garages, on n’en est plus là et les ressources ne semblent pas manquer (cf. un article de Valeurs Actuelles) ; et puis doit-on supprimer les stops au motif que certains ne les respectent pas ou autoriser les pots de vins parce que certains les utilisent ?
On nous dit aussi qu’il faut faciliter l’émergence d’un « islam de France ». C’est quoi « un islam de France » ? Croit-on que parce que les communes auront financé les mosquées, on va empêcher que s’y développent des courants intégristes ? Croit-on que parce que les imams seront français, ils seront modérés ? Quand on sait que le seul centre de formation français est aux mains de l’UOIF, on peut en douter…
Drôle de position en tous cas (à moins qu’il ait changé…) de la part d’un candidat libéral qui veut réduire le champ d’intervention de l’Etat… A moins que cela soit son coté bonapartiste ? Ou son coté clientéliste ? (Mais dans ce cas là, il faut savoir compter ses clients…)
Comme le dit Henri Pena-Ruiz dans sa tribune « Laïcité : questions à Nicolas Sarkozy » parue dans Le Monde : « Or, la religion n’est pas un service public, comme l’instruction, la culture ou la santé. […] L’Etat, jugé trop pauvre pour assurer les finalités sociales des services publics qui concernent tous les citoyens, serait donc assez riche pour financer l’option religieuse, qui pourtant n’en concerne que certains. […] Dès lors, la République doit-elle renoncer à la laïcité pour satisfaire cette minorité [de musulmans pratiquants], ou concentrer les deniers publics sur la redistribution par les services publics, la gratuité des soins, le logement social ou la lutte contre l’échec scolaire, qui concernent tous les hommes, sans distinction de nationalité ou de choix spirituels ? »
Bonne question. On attend la réponse…

Advertisements

Publié le 18 février 2007, dans politique et société, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. La laïcité, c’est « la république ne reconnait et ne salarie aucun culte »

    Que faites vous de

    – la situation de l’Alsace Moselle, où le concordat est encore en vigueur ? Faut-il maintenir un statu quo et pour quelles raisons ?

    -En assurant l’entretien des églises (et pas seulement celles qui sont classées monument historiques), l’Etat et les collectivités locales subventionnent largement certains cultes. Pourquoi ceux là et pas les autres ?

  2. En effet, il serait logique de supprimer le concordat en Alsace Moselle et de transférer l’entretien des églises, des temples ou des synagogues qui ne sont pas des monuments historiques aux associations cultuelles qui les utilisent.

  3. Polluxe, vous dites vrai. Les sectes qui sont des organismes privés, ont suffisemment de moyens pour financer leurs lieux de cultes. Elles fonctionnent comme des entreprises privées et n’ont nullement besoin d’être aidées par l’argent des citoyens. Pour leur entretien sans que la secte concernée n’ait à payer elle même les frais d’entretien qui lui couteraient trop cher, c’est aux particuliers de les racheter et de les entretenir. Les églises réaménagées en lieux d’habitation cela se fait.

  4. Ségolène est celle qui garantit la laicité
    argumentations sur http://poly-tics.over-blog.com/

%d blogueurs aiment cette page :