affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères, avec celui des Finances, est un ministère majeur (surtout ces temps-ci), d’où l’intérêt d’avoir trois ministres :
– Catherine Colonna, ministre déléguée aux affaires européennes,
– Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie,
– Philippe Douste-Blazy, ministre des affaires [qui lui sont] étrangères, comme disent certains et comme en témoigne cette déclaration faite lors d’une conférence de presse à Beyrouth lundi dernier : « Dans la région, il y a bien sûr un pays comme l’Iran, un grand pays, un grand peuple et une grande civilisation, qui est respecté et qui joue un rôle de stabilisation dans la région ».
Stabilisation, le mot est bien choisi, surtout en le déclinant au présent… 😯
Dans un domaine aussi sensible que la diplomatie où chaque mot compte, le choix de Douste comme ministre est plus qu’hasardeux : on dirait un remake du Grand blond avec une chaussure noire, version Le grand brun avec une cravate zébrée… Voir le portrait au vitriol paru dans Le Monde en avril :

Le ministre n’a pas toujours une vision très claire de la géopolitique. Il s’est laissé plusieurs fois surprendre à confondre Taïwan et la Thaïlande, la Croatie et le Kosovo. Lorsqu’une catastrophe aérienne a endeuillé la Martinique, le 16 août 2005, il a voulu aussitôt se rendre à Fort-de-France. Il a fallu que l’Elysée intervienne pour rappeler que les Antilles ne sont pas un territoire étranger. Quand il s’ennuie dans une réunion, même devant les plus grands directeurs du Quai d’Orsay, il peut ostensiblement sortir son téléphone portable et pianoter des SMS sans plus rien écouter.
Il y a quelques mois, Condoleezza Rice a fait appeler son cabinet. La conseillère du président américain avait joint tous ses homologues et souhaitait parler à Philippe Douste-Blazy. C’était un vendredi. Le ministre était dans sa circonscription de Toulouse. Sans traducteur ni conseiller diplomatique auprès de lui. Selon des sources diplomatiques, le Quai, à la grande surprise de Washington, a préféré dire à l’Américaine de rappeler après le week-end. (article complet)

Publicités

Publié le 2 septembre 2006, dans humour, politique et société, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. merci pour le lien vers l’article du Monde qui reste un must !!!

  2. Excellent !

    Je ne connaissais pas l’épisode de Fort de France… fort de café !
    Mais le meilleur c’est que dans l’un des liens que tu donnes « Le grand brun … » à la rubrique « biographie » il est question de fonctions électives avec les couleurs de l’UMP à partir de 2001 alors que l’UMP n’a été fondée qu’en 2002. Je ne sais pas comment il réussit ce tour de passe passe véritable voyage dans le temps !

  3. Le Ministère des Affaires Étrangères,
    une machine infernale et redoutable d’inéfficacité, non pas envers « l’Etranger » mais un quidam Français.

    Un ministère formidable, si vous avez besoin de rien vous serez immédiatement servi, d’ailleurs n’essayer pas vous déplacer c’est le planton qui vous reçoit qui vous informera qu’il faut écrire, cet innombrable personnel n’est pas là pour vous servir ni pour résoudre vos problèmes.

    Cette administration au fonctionnement sphinctérien, est totalement imperméabilisée, envers le citoyen.
    L’information est unilatérale et ne peut profiter qu’à cette usine à gaz.

    Ces gens là sont pleins de ressources mais vous font perdre les vôtres.

    La circulation du courrier est triangulaire en ce qui me concerne. Les échanges entre le citoyen, ministère et consulat sont exponentiels, consul que je cherche à rencontrer pour informations depuis 3 ans un consul qui s’y refuse.

    Une administration qui couvre les propos inexactes de son consul et nous voilà arrivé dans cette culture de l’opacité qui ne sert que cette machine infernale.

    Enfin une institution calamiteuse qui j’espère changera !

    Horus le 22/02/07

%d blogueurs aiment cette page :