volver…

Volver, « revenir » en espagnol, c’est l’histoire du retour d’une mère défunte dans la vie de ses deux filles. Revenir pour arnaquer le deuil et torpiller l’absence, revenir pour renouer le lien et pour tout se dire, revenir pour continuer une histoire et garder un sens à la vie, revenir pour du bonheur en plus, pour la saveur du rabe… Ca a l’air d’une histoire fantastique mais ça ne l’est pas vraiment.
Un Almodovar impudique, drôle, de moins en moins excentrique et de plus en plus conteur : à la fin du film qui dure 2 heures on voudrait que cela continue, on voudrait suivre encore ce petit monde de femmes, entre le vent du pueblo et la poussière de la banlieue…

Advertisements

Publié le 25 mai 2006, dans films & Co, jours. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. absolument magnifique et chaudement recommandé.

    Ce film me semble puissamment novateur en plein d’aspects, et en même temps, c’est peut-être simplement parce qu’il utilise de façon juste les procédés et figure du répertoire ?

    (les éoliennes, les accessoires hippie de la défunte mère, les lumières du restaurant, le salut final à feu le personnage masculin, le personnage d’adolescente, que sais-je …)

%d blogueurs aiment cette page :