l’histoire au péril de la loi

Si le parlement et les lois peuvent être sans problême un sujet d’histoire, l’inverse n’est pas vrai ; les lois ont pour fonction d’établir les règles de vie d’une société, non d’établir l’histoire officielle, au risque d’un jugement anachronique… cf. le point de vue de 2 historiens :

« L’histoire de la colonisation française est un enjeu capital. Ce qui est en cause, c’est en fait l’histoire nationale et son devenir. Albert Camus, écrivait déjà en avril 1958 : « Certains Français considérèrent que, par ses entreprises coloniales, la France – et elle seule, au milieu des nations saintes et pures – est en état de péché historique. » […] Et l’article 4 de la loi du 23 février 2005 invitant les enseignants à faire connaître les aspects positifs de la colonisation n’a pu que susciter des protestations. L’article est mal venu, non pas seulement à cause du contexte, mais du fond. Pour l’historien, il n’est pas admissible que la représentation nationale dicte « l’histoire correcte, celle qui doit être enseignée ». Trop de lois déjà – bien intentionnées – ont caractérisé tel ou tel événement historique. Et ce sont les tribunaux qui tranchent. Le juge est ainsi conduit à dire l’histoire en fonction de la loi. Mais l’historien, lui, a pour mission de dire l’histoire en fonction des faits. »
Max Gallo (article complet)

« Les mémoires de l’esclavage sont multiples, et souvent antagonistes. Ainsi certains, aux Antilles, ont-ils critiqué les Africains qui, par le passé, ont fait le commerce des ancêtres des Noirs des Antilles. Dans le rapport remis récemment au Premier ministre par le Comité pour la mémoire de l’esclavage, on affirme qu’aucune histoire ne saurait être écrite sans prendre en compte les mémoires qu’elle suscite. L’historien ne doit pas les écarter, car elles sont un objet d’histoire. Mais son travail consiste dans leur dépassement : l’historien n’est pas un juge. Il me semble également qu’il n’appartient pas à l’Etat, par l’intermédiaire de la loi, de dire l’histoire, au risque de confondre histoire, mémoire et morale. Plus que d’un « devoir de mémoire », trop souvent convoqué à la barre, on a besoin d’un souci de vérité et d’analyse critique. »
Olivier Pétré-Grenouilleau (article complet)

Article 4 de la loi du 23 février 2005 : Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite.
Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit.
La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l’étranger est encouragée.

Article 1 de la loi du 21 mai 2001 : La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVè siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité.
Article 2 de la loi du 21 mai 2001 : Les programmes scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent. La coopération qui permettra de mettre en articulation les archives écrites disponibles en Europe avec les sources orales et les connaissances archéologiques accumulées en Afrique, dans les Amériques, aux Caraïbes et dans tous les autres territoires ayant connu l’esclavage sera encouragée et favorisée.

Article unique de la loi du 29 janvier 2001 : La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915.

Publié le 30 novembre 2005, dans politique et société, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :