à poil les connes !

femme voiléeOui, je sais, le titre est aguicheur, mais c’est pour attirer le lecteur toujours friand de détails croustillants, sans parler des lecteurs occasionnels qui arrivent ici par des voies, comment dire, sous-ceinturales… Alors voilà, hier soir au JT de France 2 nous avons eu droit à un reportage sur une femme intégralement voilée qui débarque du TGV et qui prend un taxi illico presto pour aller manifester devant Notre-Dame avec ses petits camarades au nom de la liberté, sous les regards télescopiques d’une meute de journalistes.
Heureusement tout ce petit monde s’est fait embarquer par la police… pour manifestation non autorisée sur la voie publique. Bien joué les gars ! Cela a permis de couper l’herbe sous le pied de ces militantes intégristes qui venaient là pour se faire dévoiler de force et faire de la provoc le jour même de l’entrée en vigueur de la loi contre le voile intégral. Provocation bien organisée en tous cas puisque beaucoup de journalistes avaient manifestement été prévenus, notamment ceux qui attendaient cette dame à la gare…

Comme le dit Sarkofrance : « Voir l’une des deux s’exprimer à la télévision, le visage voilé intégralement, réclamer sa liberté de religion est exaspérant ». Exaspérant car c’est de la mauvaise foi caractérisée : ces aliénées volontaires ne sont que des militantes d’un « modèle de société basée sur des règles non égalitaires » (intox 2007) où la loi religieuse est supérieure à tout autre, où la femme est marquée comme un être à la sexualité problématique et inférieur à l’homme. Je sais que certaines féministes ne sont pas à l’aise avec cette loi au motif que « encore une fois on dit aux femmes comment s’habiller », mais les femmes ne sont pas des êtres à part qui par essence devraient échapper à toute contrainte. Surtout qu’il s’agit là du nec plus ultra en matière de domination masculine… Cette loi, qui  je le rappelle a été soutenue par Robert Badinter – je dis ça pour les gauchistes soupçonneux et les anti-sarkozystes primaires toujours prêts à renoncer – devrait permettre de lutter contre les maris qui contraignent leur femme et faciliter le positionnement des personnes qui seraient confrontées à de tels comportements.

Bref, je ne vais pas m’étaler car j’ai déjà fait le tour du sujet… et qu’on va pas y passer le siècle ! C’est interdit point barre. Et si la vie en France devient à ce point insupportable pour ces dames je suppose que l’Iran, grand pays de liberté, leur accordera volontiers l’asile politico-religieux… Comme le dit vertement intox 2007 – suivi en cela par Nicolas et le Faucon : « Casse toi pauvre conne ! Va faire la leçon là où il manque la démocratie que tu nies et que tu utilises en même temps ». Je plussoie.
Bon y’a quoi ce soir à la télé ?

Publié le 12 avril 2011, dans BEST OF, politique et société, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 27 Commentaires.

  1. Ce soir il y a « Mort d’un président » sur France3, avec l’excellent Jean-François Balmer dans le rôle de Pompidou.

    Bel article issu des tripes sinon ;-)

  2. « les femmes ne sont pas des êtres à part qui par essence devraient échapper à toute contrainte.  »
    A graver dans le marbre .
    Certaines contraintes garantissent une plus grande liberté et pour le plus grand nombre. Merci de l’avoir souligné.

  3. « encore une fois on dit aux femmes comment s’habiller » : tu as raison, les « féministes » qui voit là une simple histoire de fringue n’ont vraiment rien compris.
    Cela dit revendiquer les talons aiguilles et la mini-jupe comme symbole de « liberté » est un peu du même tonneau. Le côté secte religieuse en moins.
    Le voile signifie que la femme se plie à l’injonction de se faire invisible pour ne pas perturber ces messieurs à l’érectilité incontrôlable, la tenue putassière signifie qu’elle se plie à l’injonction de se dénuder pour qu’on sache à quelle viande on a affaire.
    Mais il y a aussi l’aliénation suprême : talons aiguilles ET burqa. C’est se définir doublement comme objet sexuel : invisible et érotique à la fois.
    Quand les femmes vont-elles se définir comme des êtres humains dont la sexualité est une affaire qui n’est ni publique ni appartenant aux bonshommes mais privée + personnelle ?

  4. Je te rejoins tout à fait pour l’agacement : les meutes de journalistes, les multiples titres des journaux, je ne sais plus quoi en penser si ce n’est qu’on nous impose ce sujet, massivement, et comme toujours je me demande : qu’est ce que les machos ont à y gagner. Parce que les médias sont machistes et leur traitement des violences conjugales, sexuelles, et de l’image des femmes est toujours déplorable. :(

  5. Emelire : ce que les médias machos ont à gagner ? Ils font un focus sur « les vrais machos » , ça les conforte dans la certitude qu’eux-mêmes ne le sont pas.

  6. Excellent billet !!!
    Je partage illico presto !

  7. ValLeNain

    Je suis toujours un peu gêné avec cette histoire de la burqa qui porterait atteinte à la femme. J’aimerai connaître le nombre d’entre elles qui le portent par volonté en France, m’est avis qu’il est plus grand que celui des femmes qui le portent par obligation.
    Depuis quelques années, je pense que ces pratiques (qui ne sont pas du tout inscrites dans les pratiques courantes des musulmans, faut-il le rappeler) est plutôt un signe de « je veux me montrer, je suis une bête provocatrice »…

  8. à cpolitic, aux romains, à Celinette : merci.

    à Lucie : bonne remarque ; la liberté ce n’est pas l’absence totale de contraintes ou de règles.

    à Euterpe : bonne analyse ; les talons aiguilles, c’est n’importe quoi…

    à Vallenain : c’est en effet de la provocation, du défi mais aussi du militantisme.

  9. Les féministes qui vont encore râler qu’on impose aux femmes une façon de s’habiller se contrefichent de la mode. Il s’agit plutôt de savoir si on doit dire aux femmes comment elles ont le droit de montrer ou pas leur corps, et si on doit faire une loi spécialement pour le voile (que les bonnes soeurs portent aussi et n’ont pas toujours choisi non plus) et si c’est de l’islamophobie (ou de la xénophobie plus simplement) ou bien si c’est pour les protéger de leurs maris, pères, frères etc.

    Comme on a « protégé » l’an dernier une sans-pap’ marocaine qui, pour échapper à un mariage arrangé par ses parents à 15 ans, est venue en France. Son frère la tabassait et elle a osé aller porter plainte ; au commissariat on l’a arrêtée et hop, charter !

    Les putes, pareil : sous prétexte de les sauver de l’exploitation, et avec de faux chiffres sur l’exploitation (grillés depuis 2009, les chiffres) Bachelot nous explique qu’il est nécessaire d’interdire le travail sexuel, choisi ou pas. A tou’s d’ailleurs, hommes, femmes et autres, au nom du féminisme (on n’est plus à ça près).

    C’est jeter le bébé avec l’eau du bain !
    Si le gouvernement veut le bien des gens, qu’il applique ses méthodes radicales au monde du travail : interdit de bosser à Orange et d’ailleurs interdit le management (et ça je serais pas contre). Les méthodes de management-pressuration modernes font bien plus de ravages dans le monde du travail que l’exploitation n’en fait dans le travail du sexe ou que le port forcé du voile dans les couples musulmans.

  10. C’est bien envoyé.

    En effet, ces femmes en niqab font dans la provoc: il s’agit pour elles d’apparaître comme des victimes. Et c’est en effet plutôt bien organisé. Après, on ne s’étonnera pas que les atteintes islamophobes aux personnes enregistrées par le Collectif Contre l’Islamophobie en France concernent pour la plupart des femmes voilées…

    Maintenant, il appartient aux musulmans dits modérés de montrer clairement et sans peur qu’ils ne sont pas solidaires avec ces connes. Pour éviter tout amalgame.

  11. à Adrien : « jeter le bébé avec l’eau du bain » ! Qu’est-ce qui est le bébé, qu’est-ce qui est le bain ?

    à El Camino : pas mieux que qui ? ;-)

    à efflorescences : ce mot « islamophobie » de par son histoire et son imprécision ( phobie d’une religion ? phobie de personnes ?) me fatigue ; voir là : http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2003/11/17/160-ne-pas-confondre-islamophobes-et-laiques

  12. Polluxe: nous sommes d’accord, ce mot me fatigue également. Il est surtout utilisé par les fondamentalistes pour faire reculer la laïcité. Pascal Bruckner, dans une tribune publiée le 23 novembre dernier par Libération, expliquait justement comment «le terme d’«islamophobie», calqué sur celui de xénophobie, [avait] pour but de faire de l’islam un objet intouchable sous peine d’être accusé de racisme».

  13. Voilà pourquoi je ne l’utilise pas. Certains comme Fourest propose musulmanophobie : http://www.gaucherepublicaine.org/combat-laique/musulmanophobie-ce-mot-mal-aime/1013

  14. En fait, ce qui est gênant, c’est l’utilisation délibérée du suffixe -phobie.

    Les mots en -phobe sont en effet disqualifiants: on ne parle pas avec un phobique car il s’agit d’un malade. Au mieux, à défaut de le raisonner, on va le soigner ou l’isoler. Cela rappelle l’époque où le stalinisme avait recours à la psychiatrie pour museler toute opposition: les ennemis du peuple étaient forcément des malades mentaux qu’il fallait interner. Ainsi, en réduisant celui qui tient des propos critiques sur l’islam à un malade, on empêche tout débat.

    À ce sujet, je vous conseille de lire cet excellent billet que Philarête a publié dans son Escalier:
    http://lescalier.wordpress.com/2010/12/03/antiphobie/

  15. Merci pour ce lien. J’ajoute le lien de l’article de Bruckner : l’invention de l' »islamophobie ».

  16. je ne sais pas d’il s’agit d’une aliénation de la femme… celle qui parlait au JT n’avait pas vraiment l’air d’être soumise à qui que ce soit d’autre qu’à une pseudo doctrine religieuse (nulle part dans le Coran il n’est écrit que la femme doit être intégralement voilée…). Et je suis toujours mal à l’aise avec cette question de soumission.

    en revanche ce qui est sur c’est que cette loi interdit la burqa certes, mais aussi la cagoule ou tout autre vêtement cachant le visage intégralement, il ne s’agit donc pas de dire aux femmes comment s’habiller mais bien de garantir une certaine forme de sécurité et de visibilité dans l’espace public ! entendre une femme dire qu’on aliène sa liberté de culte ça me rend dingue, dans un Etat laïc, la loi de l’état est au dessus des prescriptions religieuses, point barre.

    Ce qui est génant en revanche, c’est pour les femmes qui le portent effectivement de manière forcée et qui ne sortiront plus de chez elle… ça ne va pas régler les problèmes d’intégration de certaines (très minoritaires) familles.

  17. à Azerty : aliénation et soumission, ce n’est pas la même chose…

  18. effectivement… je me suis mal exprimée ! elle n’a pas l’air soumise mais aliénée ça c’est possible.
    La seule chose c’est que je n’arrive pas à savoir quel est le degré de soumission réel de ces femmes à un homme.

  19. En tous cas, elles sont soumises à une règle religieuse profondément sexiste.

  20. Je n’ai pas particulièrement de sympathie pour la burqa et tous ces voiles intégrales. Cependant, cette loi me gène parce que, oui, on dit encore aux femmes comment s’habiller ! C’est infantilisant.
    De plus, j’ai l’impression qu’on instrumentalise le féminisme juste pour mieux frapper les musulmans… A mon avis, c’est pas par féminisme que cette loi a été adoptée…

    Des femmes aliénés, il y en a beaucoup : celles qui essayent d’être les plus belles, les anorexiques, les femmes au foyer, les catho qui prennent pas de contraception et qui pondent 20 gosses… Est ce qu’elles méritent d’être punies ?
    D’ailleurs, on est toutes (et tous!) plus ou moins aliénés par le genre qu’on nous impose.

    Je pense pas que ce soit par la prohibition qu’on s’en libérera : vive l’information !

  21. polluxe

    @ antisexisme : « on dit encore aux femmes comment s’habiller ! C’est infantilisant. »

    Non, c’est l’inverse, on interdit une pratique, on pose une limite. Et ceci parce qu’elle constitue une violence symbolique et une provocation grave. Robert Badinter l’a dit mieux que moi : http://polluxe.wordpress.com/2010/10/07/voile-integral-m-badinter-merci/

  22. C’est complexe, comme sujet.
    Ici, cette loi n’est pas comprise, on y voit une atteinte a la liberté religieuse.
    On voit beaucoup de femmes en voile intégral a Bombay. Il y a une volonté de faire disparaitre la femme de l’espace public qui me gène. En même temps, je ne sais pas si le changement, en la matière, passe par la contrainte de la loi…

  23. « Ici cette loi n’est pas comprise » :

    C’est normal, chaque civilisation a ses valeurs, ses codes ; une loi n’a pas forcément vocation à être universelle et être comprise partout. Il y a sûrement des lois indiennes que les européens ne comprendraient pas.

    Cette loi est un moyen en France – mais cela vaudrait aussi pour l’Europe – de poser une limite face à la montée de mouvements intégristes musulmans.

  1. Pingback: Variae › La burqa, la gauche et la liberté

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 859 autres abonnés