la burqa fait fureur

burqaAnnoncée hier sur France inter, la proposition du député communiste de Vénissieux de créer une commission d’enquête parlementaire sur le port de la burqa ou du niqab (voiles intégraux), déclenche les passions. Le sujet ne laisse pas indifférent et c’est normal, car la vision de ce genre de vêtement heurte à la fois notre sensibilité féministe, égalitaire, libérale, laïque, humaniste, occidentale.

Partout sur la blogosphère le débat fait rage autour du sujet :
faut-il interdire la burqa ?

On a d’un coté ceux qui au nom de la liberté individuelle refuse toute interdiction, soit en toute sincérité par ce que ce sont des libéraux purs et durs, soit par stratégie car sous couvert de liberté, religieuse ou non, ils soutiennent en fait cette pratique. Il faut y ajouter les trolleurs musulmans qui accourent au secours de leur religion bafouée…
De l’autre coté il y a ceux qui sont prêts à passer le cap de l’interdiction car ils sont viscéralement opposés à la mainmise du religieux, à l’oppression des femmes ou à la progression de l’islam intégriste, voir de l’islam tout court, en France.

C’est oublier un peu vite que pour l’instant il s’agit seulement de lancer une commission d’enquête chargée de « définir des propositions afin de lutter contre ces méthodes ». On l’a bien fait pour les sectes, pourquoi ne le ferait-on pas pour des vêtements qui par les symboles qu’ils véhiculent posent problème dans nos sociétés ?

En fait c’est le number one qui en avouant un penchant pour l’interdiction a lancé le débat malgré lui (une centaine de commentaires en une journée !) suite à l’info de Romain.
Celui-ci utilise au passage contre ces voiles, l’argument religieux : « le voile intégral, comme le rappellent de nombreux théologiens musulmans n’a rien à voir avec la foi. » Aurélien fait de même : « ces voiles intégraux datent de bien avant l’Islam, et rien ne les impose dans les textes religieux. » Cet argument m’étonne toujours car cela revient à entrer dans un débat religieux interne qui ne concerne que les musulmans. Si l’on considère que ces pratiques sont intolérables et qu’il faut lutter contre elles peu importe dans un Etat laïque le point de vue religieux sur le sujet.

Nemo présente de façon assez dubitative les pistes légales possibles pour lutter contre ces pratiques. Rimbus émet une idée intéressante qui consiste à inverser la stratégie : « D’après moi, il ne faut pas punir celle qui porte le voile, ou la burqa (ça peut être volontaire, donc légitime), mais punir celui qui l’empêche de les retirer. » Les femmes voilées pourraient alors comme les femmes battues porter plainte et bénéficier d’un soutien. Mais le malaise ne serait pas dissipé pour autant.

Car ces voiles ne symbolisent pas seulement la dévalorisation, l’oppression de la femme, ils sont aussi une sorte de tenue revendicatrice des mouvements fondamentalistes musulmans. Et c’est cette double signification qui nous dérange.
Comme le dit Etiam : « Jouons franc jeu. Si on veut interdire la burqa, ayons le courage de dire que c’est parce que ça nous dérange, de la même façon qu’on serait choqué de voir quelqu’un en uniforme Waffen SS dans les rues de Paris. Toute société à le droit de définir ce qu’elle tolère ou non. Mais de grâce, évitons les bons sentiments paternalistes au nom desquels on prétend sauver les gens malgré eux. »

Le billet le plus inattendu vient de Suzanne qui a carrément testée la tenue !
En tous cas le débat est lancé, sur la blogosphère comme ailleurs. C’est mieux que la politique de l’autruche. Mais je ne peut m’empêcher de penser : on en est là…

Car comme le souligne justement un article de Marianne 2 « le débat n’est donc pas de savoir si la burqa se développe en France : 24 heures après la dépêche de l’AFP, personne ou presque ne le nie plus. La polémique porte dorénavant sur la nécessité, ou non, d’interdire ce « vêtement » dégradant. Cinq ans après la loi sur le voile à l’école, voilà où nous en sommes : déterminer si le port de la burqa à l’Afghane ou du niqab à l’Iranienne relève ou non de la simple liberté individuelle. Finalement, la laïcité est peut-être en train de perdre définitivement la partie. »

Je me souviens d’une époque – mais je parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître – où lorsque j’entendais le mot voile je pensais Atlantique, Route du Rhum, Tabarly…
Votez pour cet article sur Wikio Voter !

About these ads

Publié le 19 juin 2009, dans politique et société, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 20 Commentaires.

  1. Y’a des sujets, comme ça…

  2. "La burqua fait fureur"
    La burqua fait furher?

    Un peu, oui.

  3. la burqa ne fait du mal a personne pas de burqa pas de travestis aussi et ni des homos qui se mari "amoral" les homos introduise des maladies comme le sida se sont la plus part des pédophiles qui veule adopté des enfants alors que la burqa ne gêne personne sauf les femmes ne qui crois en rien uniquement au pouvoir " Fadela Amara "

  4. Tiens un troll pro-burqa :-)
    Certains trolleurs gagneraient à prendre des cours de français tout de même…

    @ Nicolas : oui ce sont des sujets sensibles car ils touchent à l’identité profonde des gens.

    @ Suzanne : je n’avais pas pensé à ce jeu de mot.

  5. hello

    j’utilise l’argument religieux quelque part en supplément pour dire en résumé "c’est intolérable et discriminatoire ET en plus ça n’a rien de musulmans".
    M’intéressant dans mon blog à la question politique et parfois aux spiritualités, rien de plus logique.

  6. Belle synthèse de ce qui se dit sur la blogoboulle mais je n’arrive pas à saisir ce que tu en penses !…interdiction ou non ?

  7. "Cet argument m’étonne toujours car cela revient à entrer dans un débat religieux interne qui ne concerne que les musulmans. "

    Tiens, j’aurais dû ajouter ça dans la liste des trucs qui m’énervent au sujet de la burqa, mais je n’avais pas fait un tour d’horizon blogosphérique aussi vaste que le tien.

  8. @ Romain

    Je comprends l’emboitement de tes arguments. Mais tous les musulmans n’étant pas d’accord sur ce sujet, s’immiscer dans le débat religieux peut être un terrain glissant et une source de confusion. Et cela donne trop d’importance aux interlocuteurs religieux.
    Par ailleurs cela a un coté "je cherche à trouver des appuis chez les musulmans eux-mêmes car je ne suis pas sûr de mes propres arguments". Et c’est sûrement ce qui énerve Etiam.

    @ Nicolas007

    Spontanément je penche pour l’interdiction, mais je pense que cela est prématuré de trancher. L’idée d’une commission parlementaire est une bonne idée, comme l’a été la commission Stasi avant la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école. Ou la commission sur les sectes. Il convient de bien décrire et analyser le phénomène avant de passer à une loi éventuelle.

  9. Merci de ta visite et de ton commentaire, j’ai appris ce qu’était un "trolleur", je ne finirais pas ma journée idiote……
    En faisant ce petit post, je ne pensai pas que c’était aussi " brûlant" il est vrai que je fait parti du 3 eme âge et que je me suis bien investie dans la défense des droits de la femme dans nos bonnes années 60-70, et que de voir ces femmes aussi méprisées et leurs droits niés me colle dans un petit état de rébellion, bien salutaire ma foi!!!!

    Du coup, je reviendrai te lire………

  10. Joli résumé de l’état des lieux et un troll de compétition en prime

  11. Oui il est beau mon troll. C’est pour ça que je le garde. C’est un trophée :-)

  12. Par contre, c’est niqâb avec un "b".

  13. Quoi ? J’ai été détrôné comme troll officiel et multicartes ? Hop ! je me voile dès demain, en signe de protestation !

    Et ce sera mon choix, d’abord.

  14. ça craint pour les trolls officiels, depuis quelques jours ; à force de not feed nos trolls, ils se sont fait détrôner par des inconnus encore plus expansifs.

  15. Je dirais comme Polluxe que ce qui est important de souligner c’est l’intérêt d’une commission parlementaire qui se propose de mesurer ce dont on parle avant d’en tirer des lois, des règles ou des conclusions. Ce que beaucoup oublient de faire : savoir de quoi ils parlent (elles parlent) avant de sauter sur tout ce qui bouge.

    Et cela nous permet cependant de lire partout de belles énormités, nées de la confusion des valeurs avec ce que cela suscite de passionnel. Notamment comme quoi le port d’une burqa dans un pays laïque où ce n’est pas l’accoutrement normal serait quelque chose qui ne "gêne pas" (comme certains commentateurs ici semblent le dire).

  16. Merci pour ton commentaire et la précision apportée. Sur le fond je reste par contre sur ma position ;-)

    Honnêtement, je ne voie pas l’intérêt de légiférer sur le phénomène. On devrait se demander pourquoi ce genre de pratique commence à apparaître (très marginalement) en France. Radicalisation de certains ? Absence d’intégration et repli sur des traditions identitaires très marquées ? Statut et respect des femmes dans certains quartiers ?

    Ce genre de commission risque de se tromper de cible et de nourrir le délire des radicaux.

  17. @ Didier : je veux une photo !

    @ Otir : tout à fait ; il est important de mettre les choses à plat.

    @ Vincent : il y a sans doute toutes ces raisons ; avec aussi parmi les femmes voilées des européennes converties "en quête de sens". Et là cela ressemble à un phénomène sectaire.

    Une commission ça mange pas de pain et de toute façon les radicaux sont déjà dans le délire…

  18. Je suis d’accord sur le zèle de nouvelles converties d’origine européenne. On est proche du phénomène sectaire mais je ne suis pas sûr qu’il faille en faire la publicité.

  19. La burqa fait surtout fureur dans les médias… et sur les blogs. Elle existerait pourtant en France, certains affirment l’avoir rencontrée. Mais dans l’ensemble, les commentaires des uns et des autres c’est plutôt ‘L’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours".

    Avec un battage pareil, on peut pourtant espérer en voir désormais davantage et de plus en plus.
    Merci qui?

  20. Mc, vous inversez le problème ou alors vous vivez dans un coin reculé du massif central ;-)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 825 autres abonnés