cercle républicain

Pendant que certains, à deux pas de là, se gavaient de petits fours à la soirée de lancement de France 24, j’étais au Cercle Républicain pour une soirée débat organisée par Corinne Lepage sur le thème « Face aux menaces intégristes : défendre la liberté d’expression et la laïcité ». Etaient présents : André Bercoff, Pierre Cassen, Chahla Chafiq, Alain Calles, Corinne Lepage et Michèle Vianès. J’ai beaucoup apprécié l’intervention de Chahla Chafiq qui de part son histoire sait manifestement de quoi elle parle quand il s’agit de dictature islamique :
elle définit l’islamisme comme une idéologisation de l’islam de type totalitaire, voulant imposer une théocratie dans les pays musulmans mais aussi étendre son influence au delà en utilisant la peur ; pour elle la laïcité n’est pas compatible avec le contrôle de l’Etat sur les religions, comme en Syrie ou en Turquie. Et pour défendre l’une et lutter contre l’autre il faut faire de la laïcité un élément positif de la démocratie et être ferme sur ses valeurs.
C’est vrai qu’on oublie souvent que la laïcité c’est la séparation des églises et de l’Etat mais aussi la garantie de la liberté religieuse. D’ailleurs comme l’a fait remarquer Pierre Cassen, il faut se méfier des adjectifs que certains collent au mot laïcité et qui en changent le sens ("laïcité ouverte" par ex.).
Michèle Vianès a souligné un paradoxe : des appels à la haine sont en vente libre aux éditions Tawhid à Lyon tandis que Charlie Hebdo est poursuivi en justice pour ses dessins, Hani Ramadan se déplace librement alors que Redeker se cache. Elle a évoqué aussi les conséquences quotidiennes des prêches islamistes en Rhône-Alpes : mariages uniquement religieux, port du voile, refus de la mixité dans les services collectifs… bref un retour à des modèles patriarcaux et une "non intégration psychologiques des principes de la République".
Alain Calles, ancien président du MRAP ("j’ai quitté le MRAP quand il a demandé la libération de Papon") a dénoncé la dérive des associations type MRAP ou Ligue des droits de l’homme vers une lutte spécifique, une hiérarchisation des victimes et des racismes (les victimes ce sont les immigrés ou leurs enfants, les musulmans… et leur antisémitisme est mieux supporté que celui des blancs) ; elles sont ainsi passées de la défense des principes à la défense d’une religion. Comme le dit malicieusement Vinz le MRAP est devenu le mouvement pour le respect d’Allah et du prophète. Deux membres du comité central de la LDH viennent d’ailleurs de démissionner et s’en expliquent dans Le Monde (23-11-06) :

[Extraits] La dérive vient de loin : sans doute du moment où, sous la présidence de Madeleine Rebérioux, elle décida d’épouser de façon acritique l’engagement aux côtés des plus démunis de nos concitoyens. La Ligue n’eut plus seulement pour ambition d’être à côté du mouvement social, elle se mit à en faire partie. De même, les débats, provoqués par l’arrêt du processus électoral en Algérie en 1992 ont introduit au sein de la LDH cette culture de la repentance postcoloniale.
La LDH a cru pouvoir répondre au racisme dont sont victimes les jeunes issus de l’immigration en faisant preuve de complaisance à l’égard des organisations religieuses qui prétendent les représenter. La dérive s’amplifie. Après avoir affirmé qu’il s’agissait de discuter avec l’islam politique, on a insensiblement glissé vers le débat libre avec l’islamisme radical, comme lors de ce colloque à l’Unesco sur le féminisme musulman coorganisé par la Ligue en septembre. La Ligue donne ainsi une suite logique au fait qu’elle n’a jamais pris de position publique contre l’expression politique de l’intégrisme musulman. Dans le même mouvement, elle a tergiversé en hésitant à réagir lors de la recrudescence des actes antisémites en 2003.
[...]  Sans distance à l’égard du mouvement social, trop souvent ambiguë ou même compromise à l’égard d’un intégrisme islamiste dangereux, et en recul sur la lutte contre l’antisémitisme ou la défense de la liberté d’expression, la Ligue a perdu sa légitimité d’autorité morale de la République.

La dérive n’est pas nouvelle en effet : déjà Desproges la fustigeait avec humour (voir là). Enfin Corinne Lepage a évoqué les tests que le monde libre a perdu contre l’islamisme : l’affaire des caricatures avec le peu de soutien aux danois et l’absence de réaction aux attaques d’ambassades, le peu de mobilisation des politiques pour Redeker, et plus récemment (une information passée inaperçue…) l’adoption par l’ONU d’une résolution initiée par un pays membre de l’OCI contre la diffamation des religions :

Le secrétaire général de l’OCI se félicite de la résolution de l’assemblée générale de l’ONU sur la diffamation des religions.
[...] La résolution a été adoptée par 101 voix pour y compris celles des Etats membres de l’OCI, de plusieurs membres du Mouvement des non alignés ainsi que des membres permanents du Conseil de sécurité telles que la Fédération de Russie et la Chine. Les pays occidentaux et les membres de l’UE ont voté contre la résolution.
La résolution exprime, entre autres, sa profonde préoccupation quant aux images stéréotypées qui se font des religions et la manifestation d’intolérance et la discrimination, déplore fortement les agressions contre les commerces, les centres culturels et les lieux de cultes des religions ainsi que celles ciblant les symboles religieux et note avec une profonde inquiétude l’intensification de la campagne de diffamation contre les religions et le profilage ethnique et religieuse des minorités musulmans à la suite des tragiques évènements du 11 septembre.
La résolution insiste sur le fait que le droit à la liberté d’expression doit être exercé avec les responsabilités et les limites prescrites par la loi. Elle invite la communauté internationale à initier un dialogue global pour promouvoir une culture de tolérance et de paix basée sur le respect des droits humains et de la diversité religieuse et exhorte les Etats, ONG, institutions religieuses et médias à soutenir et promouvoir un tel dialogue. (Source : News Press du 28-11-06 via Yahoo)

C’est le monde à l’envers ! Help Desproges ! Ils sont tous devenus fous !
Le plus grave dans l’histoire ce n’est pas que les islamistes avancent (normal, ils jouent leur jeu), le plus grave c’est que nous reculions…
En ces heures d’élections présidentielles, Corinne Lepage a dit vouloir mettre le sujet de la laïcité sur la table : souhaitons lui bon courage.

About these ads

Publié le 7 décembre 2006, dans politique et société, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Un commentaire.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  840 followers